Ceux qui brûlent dans la lumière

Chapitre 10 : Darnassus 1ère partie : Teldrassil

2719 mots, Catégorie: M

Dernière mise à jour 20/06/2020 21:46

Darnassus 1ère partie : Teldrassil


J’ai du mal à trouver le sommeil. Tout simplement parce que je ne peux pas cesser de penser à Anduin, mais également au présage de Velen. Devrais-je lui en parler ? Ce peut-il que le Prophète lui ait aussi dévoilé pendant leur entretien privé ? Qu’est-ce que tout ça signifier pour nous ? Je serre le bijou qu’il m’a offert dans ma main, caressant une des feuilles en améthystes de mon pouce. Ce geste est apaisant. Un sourire béat orne mon visage éreinté. Son présent m'a beaucoup touchée, il faudra que je pense à le remercier. Je pose la broche sur mon sac de cuir qui se trouve sur une petite table de chevet. La fatigue commence doucement à m’emporter dans son royaume. C’est un tintamarre épouvantable à l’extérieur qui me fait comprendre que c’est déjà l’aube. Je n’ai pas très envie de me lever, ce lit est tellement confortable que je vendrais mon âme pour y rester quelques heures de plus. Je me fais violence et m’extrais du matelas. J’enfile mes vêtements puis m’assoie sur la chaise face au miroir, essayant de multiple coiffures pour mettre en valeur le cadeau d’Anduin. Je me mets à soupirer de frustration en frottant ma tête nerveusement. Pourquoi je me comporte ainsi ? Je dégage de mon visage les nombreuses mèches que j'ai devant les yeux. Au final, je laisse mes cheveux au vent, tirant juste une mèche en arrière sur le côté droit que je fixe avec la broche. Je me lève en jetant un dernier regard hésitant dans la glace avant de sortir.

Yaedrel est déjà là, en compagnie des gardes, mais Anduin et Jaina manquent à l’appel. Je me dirige vers mon protecteur qui m’accueil avec un sourire.

•        Vous avez bien dormi, madame ? Me demande-t-il cordial.

•        Plus ou moins… où sont le Roi et Dame Jaina ?

•        Je sais juste qu’ils nous rejoindront au port.

•        Je vois… Dites-moi, Yaedrel, Exodar ne va pas vous manquer ?

•        Bien sûr que si, mais ce n’est pas la première fois que je voyage.

•        Si Velen ne vous avez pas ordonné d’être mon bouclier, vous seriez resté auprès des vôtres. Dis-je d’un ton désolé.

Yaedrel reste silencieux et hausse un sourcil avant de me passer devant en posant avec bienveillance sa main sur mon épaule et d’ouvrir la marche. Ensemble, nous sortons de la cité par une autre issue. L’air frais matinal me fait un bien fou et puis il y a cette étrange brume bleue qui donne une certaine beauté au paysage. Quand mon regard se tourne vers l’océan pour admirer le port… Eh bien… Je suis désappointée. C’est juste un ridicule ponton de bois en lisière de forêt avec deux grotesques lampadaires magiques. Au moins, ça met le navire en valeur en lui donnant quelque chose de majestueux. Je me mets à rire et je remarque que mon protecteur part s’entretenir avec le capitaine. Moi, je scrute attentivement l’arrivée d'Anduin. Mon cœur palpite quand je l’aperçois enfin et j’en oublie la présence de Jaina à ses côtés. J’arrange mes cheveux une dernière fois et voilà que je recommence… Je prends une grande inspiration et je m’avance vers lui, le sourire aux lèvres.

•        Veuillez nous excuser de notre retard, hélas, une affaire fortuite nous est tombée dessus au dernier moment.

En se rapprochant, il se tourne vers moi. Son regard d’azur me fixe silencieusement avant d'entamer la conversation. 

•        Est-ce que votre visite à Exodar vous a plu ? M’interroge-t-il, souriant.

•        Beaucoup, cet endroit est vraiment unique en son genre. Répondis-je avec admiration.

•        Je suis sûr que notre prochaine escale vous plaira tout autant.

•        Je suis curieuse de voir à quoi ressemble Darnassus et anxieuse à l’idée de rencontrer les dirigeants.

•        Il est vrai qu’ils peuvent paraître intimidant, ça serait mentir de vous dire que je ne l’étais pas moi-même lors de ma première entrevue avec eux, il y a de cela longtemps. Mais ce sont des personnes bienveillantes, vous pouvez me croire sur parole. Essaye de me rassurer Anduin.

•        Voilà des paroles réconfortantes, votre Altesse. Je vous en remercie.

Il me sourit, puis son attention se porte alors sur le bon Yaedrel, qui s’incline devant Anduin avant de se redresser.

•        Sir, le bateau est prêt à partir, Tout ce dont nous avons besoin se trouve à bord. Nous n'attendons plus que vous et Dame Portvaillant.

•        Alors ne perdons pas une minute de plus, à combien de temps est estimé notre arrivée ? Demande alors le Roi.

•        Nous avons deux heures de traversée. La mer est calme aujourd'hui, une chance, nous ne devrions pas avoir de problème.

•        Bien, alors nous pouvons y aller. Intervient Jaina.

Je touche légèrement la broche du bout des doigts, déçue qu’il n’est fait aucune remarque. Je me sens idiote de m'être autant embêtée pour une broutille pareille, mais d’un côté, je n'ai pas oublié qu'on était en public et que ce n’est pas le moment ni l’endroit. Notre charmante petite troupe montent sur le bateau et le capitaine nous assignent des quartiers si on souhaite s'y retirer en toute tranquillité pendant la traversée. Sauf pour les gardes, qui doivent se contenter d’un “confortable“ tabouret de bois dans la cales. Je préfère rester à l’extérieur pour profiter du vent à la senteur salée et écouter le bruit des vagues qui percutent la coque de bois du navire. Je m’appuie sur le bord de la rambarde en regardant l’immense étendue d’eau bleue foncé, même si à maintes reprises j’observe secrètement Anduin. Il passe le plus clair de son temps avec Dame Jaina ou avec le capitaine. J’avoue que je désire ardemment être seule avec lui. Sous la surface de l'eau, j’aperçois une immense ombre se mouvoir rapidement à proximité de l’embarcation avant de disparaître dans les profondeurs. Une baleine ? Ou alors un créature marine qui m’est inconnue ? Un vieux souvenir de ma tendre jeunesse refait surface. Je devais avoir entre 10 et 12 ans, mon père et moi sommes partis en voyage dans un royaume éloigné pour affaire diplomatique. Ma mère était restée sous la surveillance de mon oncle au château, la pauvre était malade… Je me souviens que pendant la traversée, nous avions vu des dauphins qui avaient suivi le navire sur plusieurs mètres en sautant et chantant. C’était un spectacle grandiose pour l’enfant que j’étais. 

Derrière moi, Yaedrel est assis, appuyé contre le mât, son marteau repose à ses côtés. Est-il endormi ? Je n’en suis pas certaine. Je m’installe à ses côtés, sors mon livre de ma sacoche et reprends ma lecture. L’histoire d’amour entre un elfe de la nuit et une humaine où tous les opposent et pourtant ils bravent d'incroyable péripéties, liés par leur union indéfectible, m’emporte dans un tourbillon d'émotion à chaque page. Qui ne désire pas vivre une histoire aussi romantique… J’ai dû m’assoupir un moment parce que quand j’ouvre les yeux, mon protecteur discutaille avec le Roi. Je range mon livre et me lève vers le gaillard d’avant du navire. L’endroit est désert et je suis cachée par le massive mât de bois. J’ignore combien de temps s’est écoulé depuis notre départ mais la seule question qui me trotte alors dans la tête c’est "à quoi peux bien ressembler la capitale des Elfes". Si je me remémore bien, il m’avait narré l’histoire de leur immortalité perdue et je ne l’avais pas questionné davantage. En me retournant, je me retrouve face au charmant minois du Roi. Prise de court, je recule d’un pas. Il me sourit et son doux regard d’azur se pose sur la broche dans ma chevelure.

•        Elle vous va bien, Elle fait ressortir vos yeux d’argents. Me dit-il subitement.

•        Merci… Anduin. Pour la broche et… le compliment… Balbutié-je en la touchant.

•        Quand je l’ai vu sur l’étale, elle m’a fait penser à vos récits et je me suis dit… enfin, ça peut paraître idiot… Mais je me suis dit qu’elle était faite pour vous, Lynawen… Répond-t-il, rougissant.

•        Ça me touche beaucoup que vous vous en soyez souvenue…

Il avance vers moi, m’observe de ses yeux d’azur brillant comme s’il cherchait à résoudre une énigme. Il m’adresse un sourire tout en replaçant une de mes mèches rebelles derrière mon oreille et ses doigts glissent avec tendresse le long de ma joue. Mes yeux se perdent dans les siens, mon cœur se met à tambouriner dans ma poitrine tellement fort que j’ai l’impression qu'il pourrait s’en échapper et aucun mot n’arrive à franchir mes lèvres. Anduin lève subitement les yeux, quelque chose semble attirer son attention. Il penche légèrement la tête sur la gauche et arbore un large sourire très différent de celui qu’il m’a offert plus tôt.

•        Il semblerait que nous ne soyons plus très loin de notre destination…M’Informe-t-il avant de reprendre après une courte pause. Lynawen, voici Teldrassil, l’arbre monde. Dit-il, enjoué.

•        L’arbre ?

Il me saisit par les avant-bras est me tourne avec délicatesse. C’est là que je l’aperçois et j'en ai le souffle coupé. Cet arbre est immense … non, ce n’est pas le mot, il est titanesque ! La largeur de son tronc pourrait recouvrir une ile entière et il est tellement haut que j'arrive à peine à entrevoir le sommet, je n’imagine même pas la taille de ses branches.

•        Après la perte du premier arbre-monde et à la fin de la troisième guerre, des druides plantèrent la graine d’un nouvel arbre-monde sur l'île déserte de Kalidar. Celui-ci grandit jusqu’à recouvrir l’intégralité de l’île, devenant Teldrassil. M’explique Anduin.

•        Après un navire céleste, un arbre géant ! Qu’elle surprise me réservez-vous encore ? rétorqué-je avec étonnement ; et où se trouve donc Darnassus ?

Il se met à rire, je l’entends se rapprocher de moi. Sentant son corps dans mon dos, mes joues se teinte de rouge et mon cœur fait à nouveau des siennes. Il prend doucement mon bras et le pointe au sommet de l’arbres, juste en dessous des gigantesques branches que je peux voire plus clairement avec l’avancée du bateau. Je me retourne alors vers lui brusquement. Il recule de surprise.

•        Dans l’arbre ? La cité se trouve dans cette immense arbre !? exclamé-je avec étonnement.

•        Il n’y pas que la capitale, mais aussi des villages et également tout un écosystème, des animaux, des lacs et des forêts…

•        Attendez… vous êtes en train de me dire qu'il y a des arbres dans un arbre. Dis-je en lui coupant la parole.

•        C’est le principe même d’une forêt, chère Lynawen. Intervient Anduin, taquin.

•        Très drôle, votre Altesse.

•        C’est vous qui m’avez tendu le bâton. Répond-t-il sur le même ton.

•        Vous êtes si mesquin, pour moi c’est inhabituel. 

•        Avec sincérité … J’apprécie votre façon d’admirer les petites choses de la vie. M’avoue Anduin.

•        Celle-ci me semble bien plus grosse. Blagué-je.

On s’échange un sourire et on s’appuie ensemble sur la rambarde, admirant Teldrassil qui se rapproche majestueusement de nous, mais, ce moment de paix est malheureusement de courte durée. La cloche du navire sonne et un brouhaha intense résonne de toute part, on va bientôt accoster. On va surement chercher le Roi. Je pense qu'on a eu la même réflexion car Anduin s’éloigne de moi dans un dernier regard affectueux et retourne sur le pont. Le port n'est pas très grand. Un joli ponton de bois avec deux grandes arches décorées d’étranges courbes. Sur la droite, une grande maison avec un étage et des tuiles violettes. Nous débarquons enfin. Je rejoins mon groupe et nous descendons sur le ponton. Nous avançons sur un sentier pavé parsemé de lampadaires magique qui nous éclairent sous cet épais amas d'arbres de toutes les couleurs : verts, oranges et même violets… Leur tronc n’est pas ébène mais le chagrin me submerge lorsque que nous marchons sous leur feuillage améthyste … J’essuie rapidement mes yeux larmoyant, respirant lentement pour reprendre le contrôle de mes émotions. Juste devant nous, des sortes de racines entremêlées. En leur centre, une sorte d'aura violette. Deux grandes plaques de pierres de chaque cotés ornées d'un symbole elfique brillant. Quatre gardes son postées devant et l’une d'entre elle vient à notre rencontre. Une seconde rentre dans l’aura. Elle a comme disparue. Est-ce une sorte de portail magique également ?

•        Haut-Roi, nous attendions votre arrivée. Permettez-moi de vous guider jusqu’à la grande Prêtresse.

L’elfe me dévisage un instant et ne laisse même pas à Anduin le temps de lui répondre. Elle passe le portail. Jaina ne perd pas un instant pour applaudir la politesse de notre guide et à son tour elle passe dans l’aura. Anduin me propose son bras que je saisie. Lorsque nous passons le portail, comme pour les premiers, je ferme les yeux mais la sensation de celui-ci est très différente, j’ai l’impression de léviter mais ce n’est probablement pas le cas.  


À Suivre...

Ps : La garde appelle Anduin "Haut-Roi" tout simplement parce que c'est le dirigeant de l'Alliance,




Voilà, j'espère que vous aimez la 1ère partie. ^^

N'hésitez pas à laisser votre avis ou question en commentaire.

Sur ce, bonne soirée/journée à vous et merci à tous ceux qui me lisent ça fait très plaisir.




Laisser un commentaire ?