L'homme choisit, l'esclave obéit par

21 vote(s) de lecteurs, moyenne=9/10 900 point(s) avec 2 review(s) sur 2 chapitre(s), moyenne=9/10
Side Story / Drame / Action

21 Epilogue

Catégorie: T
9 commentaire(s)
9
Style/Orthographe
10
Scenario
9
Note globale

460 point(s)

Voici la fin de cette histoire. Cette review portera donc sur l'ensemble des chapitres et en sera une synthèse.

Style/Orthographe :

C'est du bon, que ce soit l'orthographe qui ne laisse finalement que quelques coquilles ou bien le style, bien enlevé, haletant. L'auteur est capable de vous tenir en haleine malgré le fait que la fin soit prévisible pour quiconque ait joué à Bioshock, grâce à son style intéressant, très agréable à lire qui sert à merveille le récit. Les informations sont savamment apportées, l'Histoire se mêlant sans lourdeur au récit, les détails sont nombreux, servant une ambiance déjà bien marquante dans le jeu, mais ne rendent pas le texte indigeste. Le lecteur averti saura retrouver avec plaisir les clins d'oeils, les anecdoctes, les références au jeu, certaines scènes qui, couchées sur "papier", ne sont pas un simple copier/coller descriptif de ce qu'il se passe dans le jeu... Tout cela donne à ce texte une véritable place dans le canon de Bioshock malgré son statut d'UA (causé par la sortie de Bioshock 2). L'auteur va même glisser des sources d'inspirations diverses par le biais d'événements, de personnages ou de caractéristiques de ses personnages. On pensera au sou fétiche qu'affectionne Ryan qui nous rappelle un certain canard. Une inspiration qui ne se cantonne pas à la repompe stérile. C'est agréable de voir un tel niveau de style.

On lirait et relirait d'une traite ce récit avec plaisir tant la plume est douée.

Le seul petit bémol est dans la présentation des dialogues où Code 44 utilise un underscore au lieu d'un tiret cadratin. Les plus pinailleurs d'entre les lecteurs pourront le regretter.

Scénario/Personnages:

Code 44 a su donner au personnage d'Andrew Ryan une dimension nouvelle. D'une crédibilité infaillible, son passé, ses pensées sont narrées avec intelligence. Il est réaliste, plausible et, à la lumière de ce qu'apporte Code 44 à ce personnage, il devient très ambigu, entier, le lecteur ne pourra plus se cantonner à la voir comme seulement un des méchants de l'histoire, et l'on se surprend à considérer cet homme comme sympathique par moments. Son amour pour sa création, Rapture, le mènera loin et l'on compatit étonnamment avec lui lorsqu'il sentira qu'il en perd le contrôle et qu'il se débattra en vain pour remettre de l'ordre dans son oeuvre. Fidèle à ses convictions, malgré tout, il est logique avec lui-même, humain face à l'inévitable, pathétique parfois quand il découvrira la vérité sur Jack et quand ils se rencontreront enfin. Une personnage entier et réaliste comme on sait les apprécier et dont on a un plaisir certain à suivre son histoire, à le voir évoluer.

L'auteur n'oublie aucun personnage du jeu et les cerne relativement bien. Il sait utiliser leurs personnalités afin de servir le récit et n'en fait pas de simples figurants faisant office de papier peint. Ils agissent de manière plus ou moins loyale envers Ryan, montrant que, eux aussi, ils ont des convictions et des buts propres à atteindre et que la philosophie de Rapture ne peut qu'encourager. On suivra la folie qui s'empare de chacun des fidèles de Ryan durant la chute de Rapture. Bien structurés, crédibles et plaisant à renconter dans le récit, ces personnages ne sont pas en reste et c'est un bien.

Quand au scénario, même si le jeu donne de bons appuis et balise assez les contours de la trame narrative, il se tisse de lui-même avec aisance et talent. La question qui tenaillait le joueur, ce "comment cette ville en est arrivée là ?", trouve une réponse on ne pourrait meilleure. L'histoire de Ryan est bien construite, son cheminement est logique pour un personnage tel que lui. Là encore, Code 44 a su monter un passé à ce personnage qui lui correspond tout à fait. Quand à ce que l'on pourrait qualifier de dernière partie, soit celle où Rapture sombre de plus en plus dans le chaos, elle trouve naturellement sa place dans la trame du jeu. Les éléments arrivent, s'emboîtent comme les pièces d'un puzzle, on découvre les événements avec plaisir et horreur. Certains passages sont à donner la chair de poule et l'ambiance malsaine qui émane du jeu s'installe petit à petit avec intelligence et style.

 

En résumé:

Un fandom intéressant, bien exploité, un scénario bien ficelé, on ne peut plus fidèle au canon mais cependant très original et naturel, des personnages humains, cernés avec intelligence, le tout servi par un style délicieux, voilà une fanfic qui aura attiré mon attention et qui mérite bien sa seconde review !

A lire de toute urgence pour tout fan de Bioshock qui se respecte.



Réagir à cette review sur le forum