Leïla & Samuel - Un Amour Compliqué par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Romance

34 Episode 34 - 382

Catégorie: G , 2046 mots
6 commentaire(s)

Pendant que Leïla rassemblait ses affaires dans l'intention de quitter cette maison, Samuel se dirigea vers la porte d'entrée pour en barrer l'accès à l'infirmière. Il ne voulait pas qu'elle parte et surtout pas dans l'état où elle était. Ses mots l'avaient blessé il en était conscient mais par moment son côté sarcastique réapparaissait sans crier gare il ne pouvait pour maintenant que s'excuser encore et encore de ses paroles si déplacées surtout envers l'amour de sa vie. Le choc de cette grossesse le fît tellement tomber de haut, fonder une famille pour lui était tellement impossible dans le sens où n'ayant pas eu enfant une vraie vie de famille comme celle de Leïla avec ses filles et Bilel. Il s'était interdit de répéter les mêmes erreurs que son père et n'avait donc jamais envisagé avec aucunes de ses anciennes conquêtes ne serait-ce que d'envisager de fonder une famille. Et puis il est tellement exclusif qu'il savait qu'il ne supporterait jamais qu'un enfant s'immisce entre lui et sa femme en tout cas l'ancien lui le pensait ! Accolé de tout son poids contre la porte fermement déterminée à ce que Leïla ne s'en aille pas, il regarda cette dernière arrivait vers lui de pied ferme bien déterminé elle aussi a passé cette porte ! 


LEÏLA : (se plantant devant lui toujours en colère) Laisse-moi partir Samuel ! 


SAMUEL : (la regardant droit dans les yeux) Non, Je peux pas te laisser partir comme ça ! 


LEÏLA : Et tu vas faire quoi me garder ici de force ? Pour la dernière fois pousse-toi de mon chemin Samuel ! 


SAMUEL : Je veux juste que tu te calmes pour que l'on puisse discuter tu comprends ?! Si tu pars maintenant, je sais que tu vas me quitter ! 


LEÏLA : (tendant la main vers la poignée de la porte) Qu'est-ce-que tu en sais ! J'ai juste envie de rentrer chez moi donc bouge de cette porte s'il te plaît ! 


SAMUEL : (mettant ses mains de chaque côté du visage de Leïla pour qu'elle le regarde dans les yeux) Regarde-moi Leïla ! Je veux qu'on parle de ce bébé pas qu'on se quitte comme ça ! 


LEÏLA : (le regardant dans les yeux toujours avec sa main sur la poignée de la porte) A quoi bon ça reviendra au même de toute façon ! On n'a pas besoin de discuter je sais déjà que tu n'en veux pas et moi non plus donc la décision est déjà prise ! 


SAMUEL : (la regardant toujours dans les yeux) C'est bien toi qui es venu ici pour qu'on en parle ! Donc pourquoi quand je veux en discuter avec toi tu t'enfuis ? Si c'est parce que j'ai agi comme un con en découvrant les résultats, je m'excuse ! Tu sais que je peux être con parfois ! Laisses-nous une chance d'en discuter.


LEÏLA : (se mettant à pleurer tout en lâchant la poignée) Et tu en vois le résultat ! 


SAMUEL : (essuyant avec son pouce une larme sur la joue de Leïla) On va reprendre depuis le début... Se rasseoir et discuter calmement de la suite tu veux bien ?


LEÏLA : (passant sa main dans ses cheveux) Je ne sais pas si j'ai la force de me disputer encore avec toi là ! 


SAMUEL : (enlevant ses mains du visage de Leïla) Je ne veux pas non plus me disputer avec toi mais tu sais qu'il va falloir en discuter on ne peut pas faire comme si que ce n'était pas important. 


Samuel s'écarta de la porte espérant que Leïla ne décide pas d'en profiter pour partir comme elle l'avait prévu il y a encore quelques minutes et se dirigea vers l'îlot central de la cuisine pour laisser l'infirmière décider de ce qu'elle voulait faire soit discuter ou bien partir. Samuel avait réussi grâce à ses excuses et ses mots à faire partir toute la colère qu'elle avait en elle juste avant de partir cependant il n'était pas sur à 100% que cela la fasse rester pour parler. Épuisée de toute cette histoire, Leïla suivi Samuel jusqu'à l'îlot pour déposer ses affaires sur une des chaises présente et s'installa au comptoir sans dire un mot. Samuel se retourna après avoir pris deux verres dans la cuisine et ne pût s'empêcher de sourire en voyant que Leïla l'avait suivi. 


SAMUEL : (souriant tout en posant les verres sur l'îlot) Tu veux boire quelque chose ? De l'eau ?


LEÏLA : Oui, je veux bien un verre d'eau. 


SAMUEL : (se dirigeant vers le frigo en inox) Ça marche... (hésitant) Je peux savoir de combien de semaines tu es ? 


LEÏLA : (d'une petite voix) 5 semaines. 


SAMUEL : Ok. (réfléchissant tout en versant l'eau dans le verre) Si je calcule bien ça nous ramène à quand j'ai acheté la maison ! Peut-être même la saint-valentin.


LEÏLA : (tête baissée) Si tu le dis... 


SAMUEL : (tendant le verre d'eau à Leïla) Ça veut également dire qu'on a encore pas mal d'option devant nous pour bien choisir.


LEÏLA : (après avoir avalé une gorgée d'eau) Je t'en supplie Samuel, arrête de faire comme s'il y avait une chance que je le garde ! Ça me fait plus de mal que de bien là ! 


SAMUEL : Pourquoi pas ? 


LEÏLA : (plus que surprise) Tu plaisantes là? 


SAMUEL : Je sais que ça peut te paraître étrange venant de moi mais avec toi j'ai déjà fait beaucoup de choses que je n'avais jamais faites avec aucunes autres femmes donc je me dis que puisqu'il est là on pourrait au moins y réfléchir ! 


LEÏLA : Tu dis ça maintenant et quand il sera là ça sera l'enfer que ce soit entre toi et moi ou bien avec mes filles et j'en passe... J'ai beau retourner ça dans tous les sens, interrompre cette grossesse est la meilleure solution pour tout le monde.


SAMUEL : (s'approchant de Leïla avec prudence) Tu vois que les points négatifs là ! tu seras peut-être surprise de la réaction de tes filles à cette annonce ! C'est plus des enfants et puis je suis vraiment sérieux en te disant que j'aimerais que tu le gardes, je n'aie jamais été aussi sérieux ! Je sais aussi que si tu fais ça tu le regretteras toute ta vie Leïla, je te connais ce n'est pas dans tes principes ! 


LEÏLA : (se levant pour être face à Samuel) Tu me dis ça juste pour m'empêchait d'avoir un poids sur la conscience si j'interromps cette grossesse le reste de ma vie ! 


SAMUEL : Un peu...


LEÏLA : (énervée de nouveau quittant la cuisine) Eh bien je préfère le regretté tout le reste de ma vie plutôt que de le faire naître et que ce soit la guerre entre nous ou bien avec les filles et qu'il ne reçoive pas tout l'amour que l'on doit donner à un enfant ! 


SAMUEL : (lui rattrapant le bras) Attends, laisse-moi finir ma phrase avant de t'énerver comme ça ! 


LEÏLA : (tirant sur son bras pour qu'il l'a lâche) Je m'énerve car tu ne comprends rien ! 


SAMUEL : (lâchant le bras de Leïla) Si je comprends, je t'assure ! 


LEÏLA : Non, car tu es prêt à me dire de le garder car tu as peur que je te quitte après avoir interrompu cette grossesse car tu penses que je serais trop brisé pour être avec toi après ça !


SAMUEL : Tu me crois si égoïste que ça ? Que je te dis de le garder pour être sûr que tu restes avec moi !


LEÏLA : Tu es capable de beaucoup de chose pour me garder Samuel ça je le sais ! 


SAMUEL : (déçu qu'elle pense cela de lui) Et bien tu me connais pas si bien en fin de compte ! Tu sais très bien que la vie de famille pourrie je connais et je voudrais jamais la même chose pour mon propre enfant ni même pour n'importe quel enfant !! Mais après tout c'est ton corps et tu as déjà pris ta décision à t'entendre ! Mon avis compte pas j'ai raison non ?! Sinon tu aurais pas mis autant de temps à me le dire ! 


LEÏLA : (voyant qu'elle l'avait blessé) Je suis désolé, Samuel mais je me suis persuadé que c'était la meilleure solution alors t'entendre me dire que tu veux de cet enfant me fait peur ! Car tu ne sais pas ce que c'est d'avoir un enfant, tu dis ça maintenant mais j'ai peur que tu changes d'avis quand il sera trop tard pour faire marche arrière !


SAMUEL : On n'est pas obligé de prendre une décision là tout de suite non plus ?!


LEÏLA : Non mais je me rapproche dangereusement de la date limite pour IVG, on ne peut pas se permettre de perdre du temps !


SAMUEL : Je sais. Mais on ne perdra pas de temps si c'est pour prendre la meilleure solution quelle qu'elle soit ! 


LEÏLA : (se rapprochant de nouveau de lui) Tu vois bien que tu n'es pas totalement sûr de vouloir tout chamboulé dans ta vie pour cet enfant !


SAMUEL : Ce n'est pas ça ! C'est juste que l'on est en train de penser à quand il sera là mais le déroulement de la grossesse peut aussi mal tourné. Je vois tellement de complications dans ce genre de grossesse que te perdre de cette façon, je le supportais pas ! 


LEÏLA : (le serrant dans ses bras pour le rassurer) On en est pas encore là, Samuel ! 


SAMUEL : (la serrant encore plus fort) Je sais... Restes avec moi ce soir s'il te plaît ! Je n'ai pas envie que tu partes ! 


LEÏLA : (la tête collée sur le torse de Samuel) Seulement si on arrête d'en parler car je suis fatiguée de penser constamment à ça ! 


SAMUEL : D'accord ! 


Voyant l'heure si proche du petit matin et épuisés tous deux d'essayer de convaincre l'un l'autre que la bonne solution et la leur, les amoureux arrêtèrent de parler et se dirigèrent vers la chambre principale pour aller se coucher. Après avoir enlevé sa chemise et son jean, Samuel s'installa dans le lit attendant que Leïla vienne le rejoindre après être sorti de la salle de bain. L'infirmière réapparut simplement vêtue d'une chemise (noire) de Samuel qu'elle avait trouvé dans la salle de bain ce qui fît sourire Samuel !


LEÏLA : (intriguée du sourire de Samuel) Pourquoi tu souris comme ça ?


SAMUEL : Rien, j'aime bien te voir dans mes chemises c'est tout !


LEÏLA : (s'installant dans le lit) Tant mieux, elles sont confortables pour dormir !


SAMUEL : (se collant à l'infirmière tout en passant l'une de ses mains sur son ventre) Je veux bien te croire !


LEÏLA : (repoussant la main de Samuel) S'il te plaît Samuel, ne fais pas ça !


Quelque peu peiné de la distance entre eux et surtout qu'elle est l'air d'être si catégorique concernant l'envie de ne pas poursuivre cette grossesse malgré qu'il lui est fait comprendre qu'il n'avait pas envie de cela, Samuel resta quelque temps les yeux fixés au plafond de la chambre à repenser à cette bombe qui venait de lui tomber dessus quelques heures plus tôt avant de s'endormir. Serait-il capable d'accepter qu'un enfant vienne entre lui et l'amour de sa vie ? Même s'il l'avait dit à Leïla que oui, est-ce bien raisonnable de prendre ce risque tout en étant pas sûr qu'il y arrive ? Et si en fin de compte il devrait tout simplement accepter la décision de Leïla d'interrompre la grossesse même si cela aller la faire souffrir tout le reste de sa vie au risque qu'elle le quitte de nouveau . Et si...


A SUIVRE


6 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?