Leïla & Samuel - Un Amour Compliqué par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Romance

36 Episode 36 - 384

Catégorie: G , 2702 mots
8 commentaire(s)

Durant le reste de sa garde, Samuel repassa en boucle dans sa tête l'échange rapide qu'il avait eu avec la belle infirmière avant qu'elle ne parte de l'hôpital. Il se demandait si le baiser si spontané qu'elle lui avait donné quand il lui a répété qu'il voulait vraiment de ce bébé était une façon de lui dire qu'elle voulait poursuivre sa grossesse en fin de compte ou bien si c'était tout simplement un baiser sans signification! Il fallait qu'il en soit le cœur net, c'est pourquoi après sa garde nocturne au lieu de rentrer chez lui, il se dirigea vers la maison des Beddiar ! Ce n'était peut-être pas le meilleur lieu pour en parler étant donné que ses filles n'étaient au courant de rien mais il ne pouvait pas attendre plus! Garer devant la maison, Samuel attendit que les filles de Leïla ainsi que Rémy soit partis pour aller frapper à la porte. Se demandant qui frappait surtout que cela ne pouvait pas être ni les filles ni Rémy qui frapperaient s'ils avaient oublié quelque chose, Leïla se dirigea vers la porte abandonnant le rangement de la table du petit déj. 


LEÏLA : (ouvrant la porte) Samuel ! Qu'est-ce-que tu fais là ?


SAMUEL : Je me fais peut-être des idées mais hier soir avant que tu partes, tu m'as embrassé on est d'accord ?


LEÏLA : (interloquée) Tu viens jusqu'ici pour savoir si je t'ai bien embrassé hier soir avant de partir ? Tu es sûr que ça va ?


SAMUEL : Non, je sais bien qu'on s'est embrassé hier soir ce n'est pas la question mais il avait une signification ce baiser ou je me suis fait des films toute la nuit ?


LEÏLA : (hésitante) Qu'est-ce-que tu veux dire par là ?


SAMUEL : Je sais pas, plus j'y pense et plus je prends ça pour une réponse positive de ta part concernant la poursuite de ta grossesse c'est pour ça que je veux que tu me le confirmes ou pas !


De peur que ses filles ou bien Rémy reviennent sans prévenir à la maison et entendent ce que Samuel venait de dire ! Leïla ne répondit pas à la question de Samuel et à la place lui attrapa le bras pour le faire rentrer dans la maison tout en vérifiant qu'il n'y est personne aux alentours de la maison pour ensuite fermer la porte d'entrée afin de pouvoir continuer cette conversation ! 


LEÏLA : (en refermant la porte) Ça va pas de dire ça aussi fort en plus dehors là où tout le monde peut t'entendre ! Mes filles et Rémy sont partis depuis peu, ils auraient pu revenir sur leur pas et t'entendre ! 


SAMUEL : Je les ai vus partir et il n'y a pas un chien dans la rue à cette heure-ci ! 


LEÏLA : Il n'y avait personne non plus quand Rémy nous a surpris en train de s'embrasser à l'hôpital pour ensuite aller le dire à Soraya ! 


SAMUEL : On peut revenir à ce dû pourquoi je suis venu s'il te plaît ? Même si n'est pas ce que j'espère dis-le-moi juste pour que ça arrête de tourner en boucle dans ma tête ! 


LEÏLA : (se dirigeant vers la cuisine) Tu veux un café ?


SAMUEL : (suivant Leïla derrière le comptoir de la cuisine) Tu m'as entendu ? Je t'ai déjà dit que je respecterai ta décision donc pourquoi tu as si peur de me le dire ?


LEÏLA : (sortant une tasse d'un placard en hauteur) Car à l'instant où je vais te le dire, il n'y aura plus de marche arrière possible !


SAMUEL : Je dois en déduire quoi alors que tu étais pour le garder hier et que tu as changé d'avis depuis ? Car je suis certain que ce baiser n'était pas qu'un simple baiser d'en revoir maintenant que tu ne veux pas me dire si oui ou non il voulait dire quelque chose car s'il n'avait rien signifié tu me l'aurais dit depuis que tu m'as fait entrer ! Je me trompe ?


LEÏLA : (se retournant vers Samuel) Oui tu te trompes ! Oui ce baiser avait un sens caché mais je ne voulais pas te le dire comme ça dans ton bureau en coup de vent ni même ici tu vois ! Mais tu te trompes quand même sur le fait que j'ai changé d'avis entre-temps car non je n'ai pas changé d'avis ! Je voulais tout simplement faire les choses bien et mémorables mais vu ton insistance c'est louper !


SAMUEL : (tout en prenant les mains de Leïla dans les siennes un sourire jusqu'aux oreilles) Je m'en fou de l'endroit, j'ai seulement besoin de l'entendre de ta bouche.


LEÏLA : (le regardant dans les yeux avec un large sourire) Oui ! Oui, je vais poursuivre ma grossesse! 


À peine Leïla avait-elle fini de prononcer le dernier mot de sa phrase que Samuel colla ses lèvres contre celle de l'amour de sa vie tellement cette nouvelle le rendait heureux ! Qui aurait cru qu'il serait heureux de fonder une famille lui qui détestait cela il y a encore quelque temps mais grâce à Leïla et surtout avec elle tout devenait possible. De la puissance de ce baiser, l'infirmière se retrouva plaquée contre l'angle du comptoir ! Au même moment la porte d'entrée s'ouvrit brusquement. C'était Soraya qui était revenue chercher un dossier qu'elle avait oublié. 


SORAYA : (entrant dans l'entrée) C'est moi, J'ai juste oublié ma pochette avec mes dossiers sur la table ! 


Autant surpris de voir Soraya débarquait comme cela tout comme cette dernière d'assister à cette scène alors qu'elle ne si attendait pas, Soraya s'arrêta net dans ses mouvements fixant sans qu'elle ne le veuille vraiment sa mère et Samuel, comme la plupart des enfants, elle avait toujours détourné les yeux lorsqu'elle voyait ses parents se montrer un peu d'affection mais voir dans la cuisine sa mère si passionnelle avec Samuel lui fit un mini-choc ! Oui elle savait que sa mère était avec Samuel maintenant mais elle n'avait jamais vraiment assisté dans le passé à un rapprochement si intense de sa mère avec son père et de voir cela avec Samuel lui fît réaliser que c'était bel et bien fini entre ses parents ! Tout aussi surprise que sa fille, les amants se lâchèrent instantanément. 


LEÏLA : (toussant légèrement, gênée de la situation) Soraya, Je peux t'expliquer...


SORAYA : (gênée elle aussi) Tu n'as rien à m'expliquer ! Désolé de vous avoir interrompus, je prends juste ma pochette et je repars sinon je vais arriver en retard au cabinet. 


LEÏLA : Sois pas bête, tu n'as rien interrompu. C'était... juste... un... baiser !


SORAYA : (attrapant sa pochette tout en rigolant) Et bien c'était un sacré baiser alors ! Je dois y aller.


Soraya reparti aussi vite qu'elle était entrée. Samuel ne pût s'empêchait de rigoler de la situation après le départ de l’aînée de Leïla.


LEÏLA : (tapant légèrement Samuel au bras) Arrête de rigoler ce n'est pas marrant ! C'est plus qu'embarrassant ! Tu vois pourquoi c'est toujours une mauvaise idée de venir chez moi ?!


SAMUEL : Il fallait bien que ça arrive un jour ! Et puis elle va s'en remettre elle a certainement fait pire avec Valsky !


LEÏLA : (quelque peu dégoûtée de l'image que Samuel avait suggéré) Ah je t'en supplie, je n'ai pas envie de savoir ni d'imaginer d'ailleurs ! 


SAMUEL : ( tout en rigolant) Tu te doutes bien que ta fille n'est plus vierge quand même !


LEÏLA : Haha, Je suis au courant merci !


SAMUEL : (se rapprochant de nouveau d'elle) Ok, j'arrête, On peut reprendre où on en était si tu préfère ?!


LEÏLA : Ça me fait surtout penser qu'il va falloir que je l'annonce aux filles ! 


SAMUEL : Tu veux dire qu'on l'annonce plutôt non ? Il faut bien être deux pour faire un enfant aux dernières nouvelles!


LEÏLA : (surprise) Tu es sérieux ? Tu veux vraiment qu'on leur annonce ensemble sachant qu'elles ne vont pas du tout le prendre bien ?

 

SAMUEL : Oui ! Je te l'ai déjà dit, (en touchant le ventre de Leïla) je veux être impliqué dans tout ce qui le concerne ! 


LEÏLA : (souriante) D'accord ! 


SAMUEL : Il va falloir discuter de la suite aussi.


LEÏLA : (caressant la barbe de Samuel) Chaque chose en son temps, Samuel !


SAMUEL : (enlevant sa main) Je te fais peur avec mon enthousiasme c'est ça ?


LEÏLA : Un peu, te voir si surexcité alors que tout n'est pas rose loin de là. Je ne voudrai pas que tu changes d'avis en voyant réellement tous les obstacles qui nous attend !


SAMUEL : Tu crois que je n'ai pas assez réfléchi avant de te dire que je voulais que tu le gardes ? détrompe-toi ça m'a occupé l'esprit plus de temps que tu ne le penses ! Il faut que je fasse quoi pour que tu me crois ?


LEÏLA : (tout en l'embrassant) Rien, juste d'être là pour moi et avec moi ! 


SAMUEL : C'est ce que je fais ! 


Sur ses mots rassurants, les deux amants s'enlacèrent pour ensuite se quitter. Samuel rentra chez lui pour dormir avant de retourner à l'hôpital plus tard dans la journée. Quant à Leïla, elle alla travailler.


************************************

Depuis quelques jours, Samuel & Leïla ne faisaient que de se croiser à l'hôpital étant donné que Samuel cumulait des gardes de nuit et que l'infirmière travaillait la journée. Ils ne se voyaient que lorsque cette dernière finissait sa journée et que le médecin commençait la sienne. Voulant faire une petite surprise à sa belle, Samuel arriva plutôt ce soir-là et alla à l'encontre de l'infirmière qui finissait de rapporter ce qu'il s'était passé dans la journée à l'infirmière qui la remplaçait pour la nuit dans une salle de soins. 


SAMUEL : (dans l'encadrement de la porte vitrée) Leïla, Tu peux venir avec moi quand tu auras fini ? 


LEÏLA : (levant la tête de ses papiers) Euh oui bien sûr ! 


Leïla refit la liste de ce qu'elle avait à dire à l'infirmière rapidement afin de vérifier si elle n'avait rien oublié avant de la quitter pour rejoindre Samuel qui l'attendait dans le couloir. Ce dernier lui prit la main et l'emmena dans son bureau.


LEÏLA : (suivant Samuel) Qu'est-ce-qu'il se passe ? 


SAMUEL : (l'invitant à entrer dans la pièce) Entres et tu le seras.


Leïla fît ce que lui demanda Samuel tout en se demandant pourquoi tant de mystère. Samuel ferma la porte derrière lui pour ensuite fermer également les stores des vitres du bureau.


LEÏLA : Tu vas me dire ce qu'il te prend ? Si tu penses que je vais faire l'amour avec toi ici, c'est même pas la peine de finir de fermer les stores car il en est hors de question ! 


SAMUEL : (finissant de fermer les stores tout en rigolant de la phrase de Leïla) Non, ce n'est pas ça ! Même si cela ne me gênerait pas que tu changes d'avis !


LEÏLA : Bon dis-moi ce que je fais ici ?


SAMUEL : (se rapprochant de Leïla) J'ai eu une idée mais si tu en as pas envie, ce n'est pas grave on attendra.


LEÏLA : (cherchant ce que pourrait être l'idée) Bon ba tu vas me dire c'est quoi ton idée car j'ai beau chercher je trouve pas surtout ici! 


SAMUEL : Ok, Bon tu sais que je suis gynécologue.


LEÏLA : Oui encore heureux ! 


SAMUEL : (souriant) Et que la première échographie ce n'est pas avant la 9ème semaine de grossesse mais étant donnée qu'on a le matériel à disposition et même si tu n'es pas à ta 9ème semaines. On pourrait en faire une quand même ? Qu'est-ce-que tu en penses ? Je me répète mais je t'oblige à rien d'accord, je sais qu'en faisant ça cela rendra encore plus réelle la situation.


LEÏLA : D'accord !


SAMUEL : D'accord quoi ? Dans mes souvenirs tu étais beaucoup plus franche avant ! Maintenant il faut que je te tire les vers du nez !


LEÏLA : (souriante) Oui,je veux bien la faire même si c'est utilisé le matériel de l'hôpital alors qu'on ne devrait pas ! 


SAMUEL : Mais ça on s'en fout ! Personne ne le saura rien il n'y a que nous deux !


Contente tout en étant angoissée en même temps, Leïla s'installa dans le siège pendant que Samuel alluma le moniteur de l'échographe. D'un côté elle était contente de pouvoir rendre concret ce petit être mais cela lui faisait ressentir de l'angoisse au cas où l'échographie révélerait un souci voir pire ! Tout en prenant la sonde dans les mains, Samuel vît que Leïla n'était pas sereine.


SAMUEL : (voyant la tête de Leïla) Si tu préfères on ne le fait pas !


LEÏLA : (soulevant son pull) Si je voulais pas le faire je t'aurais dit non ! 


SAMUEL : (reposant la sonde) Tu es sûr ? car vu l'expression de ton visage, tu as l'air pas complètement sur !


LEÏLA : Ça m'angoisse un peu c'est tout !


SAMUEL : Qu'est-ce qui t'angoisse ? 


LEÏLA : Je sais pas trop. Et si on découvre un truc pas normal ou j'en sais rien en fait ! J'y peux rien c'est ce que je ressens c'est tout! 


SAMUEL : (attrapant le gel pour la sonde) Pourquoi tu veux qu'il y soit un souci, tu peux me le dire ? Il y a aucune raison pour qu'il y en est !


LEÏLA : Je te ferai dire que je n'ai plus 20 ans non plus Samuel et comme tu le sais plus une grossesse est tardive plus il y a de risque ce n'est pas à toi que je vais l'apprendre !


SAMUEL : Je le sais tout ça ! (essayant de détendre l'atmosphère en montrant le gel comme si il allait opéré) On y va alors ?


LEÏLA : (en souriant) Oui! 


Samuel appliqua le gel délicatement sur le ventre qui commençait à prendre de plus en plus la forme d'un ventre de femme enceinte de l'infirmière tout en regardant cette dernière avant de poser la sonde sur le même endroit. Tous les deux tournèrent la tête vers le moniteur et virent un petit embryon qui commençait à ressembler à un petit être avec une tête, des bras et des jambes. Avec les yeux remplis de bonheur, Samuel regarda la réaction de Leïla à la vue de cette image ! Cette dernière se mit à pleurer d'émotion mélangé mais surtout de bonheur de voir comment cela rendait heureux Samuel ! 


SAMUEL : (la voix chargée d'émotion) Ce n'est déjà pas une grossesse gémellaire c'est une bonne nouvelle non ?


LEÏLA : (rigolant tout en reniflant) Oui, c'est sûr ! 


SAMUEL : Tu veux entendre les battements du cœur où c'est déjà trop d'émotion ? 


Samuel appuya donc sur un bouton du moniteur pour mettre le son des battements de cœur de l'embryon. Entendant tous deux le bruit régulier des pulsations du cœur de ce petit être, ils se regardèrent les yeux remplis de bonheur. L'angoisse qu'avait ressentie Leïla en s'installant dans ce siège s'était envolée aussi rapidement qu'elle était apparue. Après avoir savouré ce moment si particulier, Samuel essuya le gel sur le ventre de Leïla pour ensuite lui déposer un baiser sur ce même endroit ce qui fît poser les mains de Leïla de chaque côté de la tête de Samuel pour le rapprocher de ses lèvres...


A SUIVRE

8 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?