Leïla & Samuel - Un Amour Compliqué par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Romance

38 Episode 38 - 386

Catégorie: G , 3663 mots
6 commentaire(s)

La journée tant redouté est arrivé plus vite que l'aurait voulu Leïla mais il fallait bien qu'elle annonce sa grossesse à ses filles avant que cela ne se voit sur son physique! Pour le moment elle arrivait à le dissimuler et comme les nausées se faisaient de plus en plus rares cela facilité grandement les choses. La belle infirmière avait prévu de leur annoncer après en avoir discuté avec Samuel, elle savait que la présence de Samuel lors de cette annonce n'arrangerait pas les choses mais elle ne pouvait pas le laisser à l'écart non plus étant le père de cet enfant. En attendant de faire cette redoutée annonce, Leïla quitta le domicile en compagnie de Rémy pour prendre son service à l'hôpital tout comme son gendre. À peine avait-elle quitté la salle de pause où elle avait déposé ses affaires que le docteur Dumaze l'interpella dans l'encadrement de la porte laissée ouverte.


RENAUD : (passant la tête à la porte) Leïla, je peux vous voir un instant ?


LEÏLA : (se retournant pour voir qui lui parler) Là tout de suite ? 


RENAUD : Oui là tout de suite après je suis au bloc opératoire pour le reste de la matinée! Pourquoi il y a un problème ? 


LEÏLA : Non du tout, c'est juste que je dois relever l'infirmière de nuit ! 


RENAUD : Bon ba euh... Allez la relever et puis vous viendrez me voir dans mon bureau ensuite mais ne tardez pas ! 


Le docteur Dumaze parti aussi vite qu'il était arrivé en direction de son bureau, laissant dans l'interrogation de savoir ce que lui veut le directeur de l'hôpital. Rémy qui avait assisté à la scène se le demandait autant que l'infirmière.


REMY : Convoqué dès ton arrivée ça sent bon la bonne nouvelle tu crois ?


LEÏLA : J'en ai aucune idée, tout ce que je sais c'est que je n'ai rien à me reprocher c'est déjà une bonne chose ! 


REMY : Oui c'est sur mais bon c'est un peu bizarre quand même qu'il soit si pressé de te voir.


LEÏLA : (tout en quittant la pièce) Mais dis-moi c'est gentil de me rassurer Rémy ! J'irai le voir juste après avoir eu le contre-rendu de la nuit pour les patients pour savoir de quoi il

en retourne. Tu sais les patients dont tu dois toi aussi te charger en leur prodiguant des soins, Rémy ?!


REMY : (lui répondant en quittant la pièce lui aussi) J'y vais, j'y vais. Je voudrais pas que tu me balances à Renaud que je ne suis pas encore à mon poste !


LEÏLA : (lui répondant tout en s'éloignant du coté opposé de Rémy) Haha ! Ne me tente pas ! 


Malgré cela ne l'inquiété pas tant que cela, Leïla se demanda quand même le pourquoi de cette convocation. Après avoir discuté quelques minutes avec l'infirmière en chef de nuit pour savoir ce qui s'était passé durant la nuit, Leïla se dirigea vers le bureau du docteur Dumaze. Durant le court trajet, elle avait beau réfléchir à la raison pour laquelle Renaud voulait la voir assez urgemment. A ce que l'infirmière de nuit lui avait dit, il n'y avait rien eu d'anormal durant la nuit donc cela ne pouvait pas être pour cette raison qu'il voulait la voir ni pour faire le point avec le suivi des patients étant donné qu'elle venait juste de prendre son poste. Arrivé devant la porte fermée, Leïla frappa et attendit qu'on l'invite à rentrer. 


RENAUD : Entrez et fermez la porte derrière vous s'il vous plaît. 


Leïla entra tout en refermant la porte derrière elle qu'en à Renaud, il était assis non pas à son bureau mais à la table ronde que disposer son bureau à côté d'un canapé. le docteur Dumaze en attendant Leïla s'était mis à signer des papiers administratifs qu'il n'avait pas eu le temps de faire durant sa nuit de garde ! 


RENAUD : (montant de sa main la chaise en face de lui) Assoyez vous ! Je finis de signer ce tas de feuilles et je suis à vous.


Leïla s'exécuta tout en posant les dossiers des nouveaux patients arrivés pendant la nuit que l'infirmière de nuit lui avait donné sur la table devant elle tout en attendant que le docteur Dumaze finisse avec ses papiers.


RENAUD : (remettant les feuilles signées dans leur dossier) Vous le savez certainement mais j'ai passé la nuit ici et durant cette nuit, j'ai appris quelque chose d'important dont vous auriez dû m'informer. 


LEÏLA : (réfléchissant à ce que venait de lui dire Renaud) Quelque chose d'important ? Eh bien j'ai beau réfléchir je ne vois pas de quoi vous voulez parler! Tous mes rapports sont à jour et étant donné que je n'ai pas commencé réellement ma garde d'aujourd'hui et qu'il ne sait rien passé de particulier lors de ma précédente, je voudrais bien savoir quelle est cette information importante que je ne vous ai pas dit !


RENAUD : (avec quelques hésitations) Samuel m'a informé que... vous étiez enceinte. 


LEÏLA : (baissant les yeux sur ses dossiers) Euh... oui effectivement. 


RENAUD : Pas que je veuille m'immiscer dans votre relation avec mon fils mais vous êtes sûr que c'est vraiment ce que vous voulez ? Surtout avec Samuel ! 


LEÏLA : Sans vous manquez de respect je doute que cela vous regarde ! C'est vrai j'aurais dû vous informer en tant que mon supérieur hiérarchique mais cette grossesse m'a pris de court tout comme vous. Concernant mon travail, je compte bien continuer à le faire correctement malgré ça je vous rassure ! 


RENAUD : Leïla, Je ne m'inquiète pas pour le travail mais je m'inquiète pour vous ! Je doute que mon fils soit compatible avec un enfant ni même une vie de famille, vous le savez autant que moi ! Je ne voudrais pas qu'il gâche davantage votre vie ! 


LEÏLA : (se levant pour partir quelque peu énervée) Vous ne savez rien de ma relation avec votre fils ni même que c'est votre fils qui m'a convaincue de poursuivre cette grossesse... Je suis vraiment désolé pour vous que vous ne soyez pas capable de le voir tel qu'il est maintenant!


RENAUD : Leïla, attendez. Oui c'est vrai je n'arrive pas à me dire qu'il a changé pour de bon. Si vous l'aviez vu replonger autant de fois que moi vous serez aussi inquiète que moi je vous assure ! 


LEÏLA : Je sais que ça ne sera jamais un long fleuve tranquille avec votre fils ça ne l'a jamais été d'ailleurs ! Je l'aime et je serai là et ferai tout pour que cela se passe aussi bien que possible je peux vous l'assurer ! Je ne voudrais pas vous dire quoi faire dans votre relation avec votre fils mais croire qu'il en est capable tout autant que moi serait plus que bénéfique pour vous deux vous ne croyez pas ?


RENAUD : (baissant les yeux sur son dossier fraîchement fermé) Peut-être, vous avez certainement raison !


****************************


La belle infirmière savait que cette journée ne serait pas la meilleure de sa vie en se levant ce matin mais elle était loin de s'imaginer qu'elle aurait eu la conversation qu'elle venait d'avoir avec le docteur Dumaze. Certes le docteur Dumaze est le père de Samuel mais elle l'a toujours considéré plus comme son patron que comme le père de son amant et par conséquent elle ne s'était jamais mêlée de la relation que Samuel entretenait avec son père ! Durant sa pause-déjeuner, Leïla se demanda si fallait qu'elle parle de cette conversation avec Samuel au risque d'envenimer la relation de Samuel avec son père ou bien ne rien dire au risque là aussi que ça lui retombe dessus quand Samuel l'apprendra ? Marianne était présente dans la pièce prenant elle aussi sa pause-déjeuner, voyant l'infirmière toute pensive elle se déplaça pour être en face de cette dernière ! 


MARIANNE : (s'assoyant) En pleine réflexion à ce que je vois ?


LEÏLA : (relevant les yeux de son café) Ahh euh oui effectivement ! 


MARIANNE : Et à quoi vous pensez pour risquer de boire un café froid à force de le touiller ? J'ai cru comprendre que vous avez changé d'avis pour ce que vous savez ?


LEÏLA : (interloquée) Effectivement mais comment vous le savez ? Le docteur Dumaze vous en a parlé ?


MARIANNE : J'en suis ravie pour vous mais je vous assure que ce n'est pas moi qui lui a dit ! Le secret médical est sacré chez moi mais oui c'est Renaud qui me l'a dit. J'en ai conclu que vous aviez changé d'avis depuis que l'on s'est parlé !


LEÏLA : Je n'ai aucun doute là-dessus! Je sais que la relation entre Samuel et le docteur Dumaze a toujours était compliqué donc cela m'étonne que Samuel lui en est parlé ! 


MARIANNE : Eh bien, on peut-être surpris parfois ! Samuel avait peut-être envie de partager cette bonne nouvelle avec lui comme un fils le fait avec son père dans une vraie relation père/fils dans une bonne relation en tout cas. La meilleure façon de le savoir c'est de lui demander !


LEÏLA : (souriante) Je compte bien lui demander.


Reprenant son poste de jour après ses quelques gardes de nuit, Samuel entra dans la salle de pause ayant vu Leïla à travers de la vitre pendant il cherchait après elle, surprenant une nouvelle fois la discussion des deux femmes!


SAMUEL : (entrant tout en se dirigeant directement vers Leïla) Demander à qui ? 


LEÏLA : (arrêta Samuel dans son intention de l'embrasser devant Marianne avec sa main) Ça t'amuse d'écouter nos conversations ?


SAMUEL : (se redressant) un peu mais pour ma défense je n'ai entendu que le "je compte bien lui demander" rien d'autre ! d'où ma question ! 


Cela faisait quelques jours que Samuel ne voyait qu'en coup de vent sa chère et tendre, il avait envie de l'embrasser même si le docteur Delcourt était présente dans la pièce il s'en fichait tout ce qu'il voulait c'est ce contact physique avec Leïla car cela lui manquer trop. N'étant absolument pas habitué de voir ce côté-là du docteur Chardeau, Marianne se senti quelque peu de trop dans cette pièce.


MARIANNE: (se levant avec son assiette dans les mains) Je vais vous laisser en privé ! 


LEÏLA : Marianne, vous n'êtes pas obligé à partir, vous n'avez même pas fini votre déjeuner! 


MARIANNE: Ce n'est pas grave j'ai des patients qui m'attendent de toute façon ! 


Le docteur Delcourt sortit de la salle de pause après avoir jeté le contenu de son plat dans la poubelle, laissant Leïla seule avec Samuel. 


SAMUEL : (rigolant tout en se repenchant vers Leïla) L'avantage avec Marianne c'est qu'elle sait quand elle est de trop !


LEÏLA : (arrêtant une nouvelle fois Samuel dans sa lancée) Il n'y a rien de drôle là dedans ! 


SAMUEL : (lâchant l'idée d'embrasser l'infirmière pour s'asseoir à côté d'elle) Si un peu mais bon, sinon à qui tu dois demander je ne sais quoi ? 


LEÏLA : (tournant la tête vers sa gauche pour regarder Samuel) A toi si tu veux tout savoir ! 


SAMUEL : (surpris) Ah ok ! Eh bien je t'écoute.


LEÏLA : (voulant être discrète au cas où une autre personne arriverait) Tu as parlé de ça (en mettant sa main sur son ventre) à ton père ?


SAMUEL : Oui même si n'était pas la meilleure idée du siècle pourquoi ? Il t'en a parlé ?


LEÏLA : Oui mais ce n'est pas ça l'important, j'ai juste été surprise de savoir que tu lui en avais parlé alors que je sais que c'est tendu entre vous. 


SAMUEL : (regardant Leïla) J'aurai dû de te demander ton avis avant quand même, ça m'aurait évité d'être déçu encore une fois ! Il a été aussi con qu'avec moi c'est ça ? car si c'est le cas il va avoir de mes nouvelles ! 


LEÏLA : Non, tu n'avais pas à me demander la permission avant de lui dire c'est ton père, tu as le droit de lui dire ! 


SAMUEL : Tu veux pas me dire ce qu'il t'a dit de peur que j'aille faire un scandale dans son bureau ?


LEÏLA : (ne voulant pas envenimer la situation avec son père) Oui et non, il ne m'a rien dit que je ne savais déjà de toute façon ! 


SAMUEL : (se levant quelque peu énervé) Oe j'ai compris !


LEÏLA : (rattrapant le bras de Samuel) Rassieds-toi s'il te plaît ! Il s'inquiète pour la suite c'est tout c'est normal non ?


SAMUEL : (se rasseyant) Tu parles ! Il n'a jamais été capable d'être un tant soit peu heureux pour moi ! Il fait que me rappeler les conneries que j'ai faites dans ma vie mais j'ai l'habitude depuis le temps. Je n'ai jamais eu besoin de son approbation ou quoique ce soit pour faire ma vie alors qu'il soit content ou pas pour ça (posant sa main sur le ventre de Leïla) ça n'a pas d'importance ! 


LEÏLA : Tu es sûr ? Car en lui disant tu espérais qu'il soit content pour toi pour une fois n'est ce pas ?


SAMUEL : Oui c'est vrai ! Mais ça n'a pas d'importance, ce qui est important c'est toi et moi ! En parlant de toi et moi, qu'est-ce-que tu as prévu ce soir ?


Touchée par ce que venait de dire Samuel, Leïla fît un grand sourire en retour de ses beaux mots mais ce dernier disparu aussi vite lorsqu'elle se rappela qu'il fallait qu'elle fasse face à ses filles une nouvelle fois pour les informaient sur cette grossesse. 


SAMUEL : (voyant l'expression de Leïla, il toucha le bras de Leïla posait sur la table) Qu'est-ce-qu'il y a ? 


LEÏLA : (se remit à sourire tout en posant son autre main sur la main de Samuel) Rien, je viens de me rappeler que je comptai parler de ce que tu sais aux filles ce soir ! 


SAMUEL : Sans moi ? Pourtant on avait dit que je serai avec toi pour leur annoncer. 


LEÏLA : Justement j'avais prévu de te le dire quand je t'aurais vu ! Même si tu sais que je ne suis pas emballé par l'idée. 


SAMUEL : Tu sais tout comme moi, qu'elles me tomberont dessus que je sois avec toi pour leur dire ou non ! Et que tout ça sera de ma faute mais je suis prêt à le supporter ! 


LEÏLA : Justement, elles n'ont pas le droit de rejeter la faute sur toi ! On est deux dans cette histoire depuis le début et encore plus pour cette situation ! 


SAMUEL : (rigolant) Je ne peux pas te contredire sur ce coup-là ! 


LEÏLA : On fait quoi alors ?


SAMUEL : Et bien ma garde se termine normalement à 21h si je n'ai pas d'urgence comme hier ! Je te propose de vous rejoindre chez vous et on affrontera tes filles à deux ! 


LEÏLA : Ça a l'air si simple quand tu le dis comme ça ! 


SAMUEL : Parce que ça l'est, de toute façon qu'elles l'acceptent ou non ça changera rien à la situation, elles se feront une raison c'est obligé ! 


LEÏLA : Si tu le dis ! On fait comme ça de toute façon le temps joue contre nous, elles s'en apercevront un jour ou l'autre donc faut mieux que cela vienne de moi maintenant que de le découvrir en me voyant enceinte jusqu'au cou ! 


SAMUEL : (souriant) J'ai hâte de voir ça !! 


Sur cette phrase qui les fît rire tous les deux, Samuel se pencha une nouvelle fois pour embrasser la belle infirmière qui ne protesta pas à ce contact pourtant sur le lieu de leur travail. Elle avait besoin de se sentir rassurée ce qui fût le cas. Tous deux reprirent le travail tout en appréhendant le soir venu.


*****************************


Le moment tant redouté arrivé à grands pas, durant le repas Leïla n'arrêta pas de regarder l'heure sur son téléphone posé à côté d'elle ce qui n'échappa pas aux yeux de Rémy ni même des filles. 


REMY : En fin de compte, Renaud voulait te voir pourquoi au juste ce matin ? 


LEÏLA : (essayant de bien mentir pour ne pas soulever d'autres questions) Rien de spécial, il voulait me demander mon impression sur la nouvelle infirmière du service pédiatrie.


REMY : (déçu) Tant de mystère pour ça !


LEÏLA : Quel mystère ? C'est toi qui fais une montagne d'un petit rien d'inhabituel ! 


NOOR : (se levant pour débarrasser son assiette) Du Rémy tout craché !


Leïla regarda encore une fois son téléphone n'ayant pas d'SMS de Samuel comme quoi il était coincé à l'hôpital, elle en conclut qu'il arriverait comme prévu vers 21h15 c'est-à-dire d'ici 15 mins, le cœur de Leïla ne pût s'empêcher de battre plus vite à cette fatalité. 


SORAYA : (parlant à sa mère tout en débarrassant elle aussi son assiette) Tu es pire que Noor ce soir, maman ! Tu attends des nouvelles de qui comme ça à regarder ton portable tous les deux minutes ? 


NOOR : ( sur le ton du sarcasme) Certainement de Chardeau ! 


LEÏLA : (se levant à son tour pour finir de débarrasser le reste de la table) Tu sais Noor, il a un prénom comme tout le monde ! Tu pourrais faire un effort de l'appeler par son prénom.


NOOR : Oe j'y penserai quand les poules auront des dents... 


Préférant ne pas empirer les choses avant d'avoir dit ce qu'elle avait à dire à ses filles, Leïla ne répondit pas à sa fille. Voyant que tout le monde avait débarrassé la table et était prêt à aller se coucher, l'infirmière n'eut d'autres choix que de se lancer en espérant que Samuel arrive avant qu'elle ne lâche le morceau ! 


LEÏLA : (voyant tout le monde se dirigeait vers leurs chambres respectives) Vous allez où ? 


SORAYA : Ba se coucher pourquoi ? 


LEÏLA : (regardant une nouvelle fois son téléphone) J'ai quelque chose à vous dire ! 


NOOR : Ba dit le là à part si tu es trop pressé d'aller voir ton amant ! Parce que vu comment tu es scotché à ton téléphone tu attends qu'il soit rentré chez lui un truc comme ça pour le rejoindre.


SORAYA : Noor...


LEÏLA : Vous préférez pas qu'on aille s'asseoir sur le canapé pour que je vous le dise !


REMY : Bon moi je vais me coucher car ça me concerne pas. 


LEÏLA : Non tu peux rester Rémy de toute façon tu le seras. 


Résignés Noor, Soraya & Rémy se dirigèrent donc vers le canapé du salon et s'installèrent attendant que Leïla veuille bien leur dire ce quoi il en retourné.


NOOR : Alors qu'est-ce-que tu veux nous dire ? Car après l'annonce que tu étais avec Chardeau et le divorce avec Papa je vois pas trop ce qui pourrait nous tomber dessus de pire tu vois ! 


LEÏLA : (échappant un rire nerveux) Eh bien ce n'est pas facile à vous le dire mais sachez que ça mets tombait dessus sans que je le veuille.


Pendant que Soraya se tourna pour regarder Rémy tout en s'interrogeant sur la signification de cette phrase si énigmatique, on sonna à la porte. 


LEÏLA : (se levant pour aller ouvrir) C'est quelque chose que je voudrais vous dire avec Samuel car il est tout aussi concerné que moi! 


SORAYA : C'est ça que tu attendais toute la soirée ? Qu'il arrive ?

 

LEÏLA : (se dirigeant vers la porte d'entrée) Oui !


Laissant leur mère allait ouvrir à Samuel, les filles ainsi que Rémy se regardèrent toujours aussi intrigués par tout ça ! Samuel arriva dans le salon, il ne s'attendait pas à un accueil chaleureux de la part de ces derniers et c'est ce qu'il eut. Leïla l'invita à s'asseoir dans l'un des fauteuils bleus du salon tandis qu'elle se contenta de s'asseoir sur l'accoudoir de ce même fauteuil faisant une barrière entre ses filles et Samuel au cas où tout cela dégénérerait. 


NOOR : (s'impatientant) Bon maintenant qu'il est là on peut savoir ?


LEÏLA : Et bien voilà comme j'étais en train de vous le dire ce n'est pas quelque chose qu'on n'avait pas prévu mais pas du tout même ! Mais c'est arrivé et après avoir dirigé la nouvelle et d'en avoir longtemps discuté ensemble (en regardant Samuel) on a décidé de poursuivre cette aventure malgré tout. 


NOOR : Et en clair ça veut dire quoi ? car je sais pas vous (en regardant Soraya & Rémy) mais je n'ai toujours pas compris ce que tu voulais nous annoncer ! 


SAMUEL : (ne comprenant pas pourquoi Leïla tournait autour du pot) Ce que votre mère essaye de vous dire avec un peu trop de finesse c'est qu'elle est enceinte ! Voilà c'est dit.


Le mot tant redouté par Leïla fût prononcé pas de sa bouche mais il avait été entendu tout de même, il n'y avait plus de marche arrière possible. Un grand silence s'installa dans le salon de la maison comme si le temps s'était arrêté en entendant ce mot...


A SUIVRE

6 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?