Leïla & Samuel - Un Amour Compliqué par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Romance

42 EPISODE 2 - 542

Catégorie: G , 2215 mots
4 commentaire(s)

S'attendant à ce que Noor réagisse comme cela, Leïla ne fût pas du tout surprise de sa réaction. Même si elle n'était pas surprise l'intonation de sa voix blessa quelque peu l'infirmière espérant secrètement que sa fille cadette soit plus compréhensible surtout en vue de ce qu'elle lui avait dit à l'hôpital quand elle avait su pour la grossesse de sa mère.


LEÏLA: (prenant dans sa main, la main de Samuel posée sur la table tout en lui jetant un coup d'œil) Parce que j'ai... On a changé d'avis voilà tout. 


SORAYA: Donc c'est une bonne nouvelle ! (regardant sa sœur) N'est-ce pas Nounouche ?


NOOR: (regardant Soraya puis sa mère) Oui ! Si c'est que tu veux ! Espérons juste qu'il te ressemblera plus qu'à Samuel car sinon on est mal barré surtout si c'est un garçon ! 


Samuel échappa un rire étouffé à la phrase de Noor qui fût sourire tout le monde au passage.


SAMUEL : (regardant Leïla) J'espère aussi ! 


L'image d'un petit garçon aux yeux bleus comme ceux de Samuel courant autour de la table lui traversa l'esprit ce qui l'a fît sourire également. 


NOOR : On sera quand d'ailleurs si c'est un garçon ou une fille ? (sur le ton de la plaisanterie) Qu'on puisse se préparer mentalement !


LEÏLA : Très marrant Noor ! Je suis qu'à ma 6ème semaines, on a encore le temps de voir venir tu crois pas ? 


NOOR : Ba j'en sais rien, c'est pas moi le gynécologue au tour de cette table. 


SAMUEL : On pourra essayer de le savoir d'ici quelques semaines si moi et ta mère voulons le savoir bien entendu !


NOOR : Genre vous n’allez pas nous faire ça quand même a pas savoir avant qu'il naisse. Je connais maman elle tiendra pas jusqu'à là !


SORAYA : Détrompe-toi Noor, pour ta naissance papa et maman ont pas voulu savoir avant que tu naisses si tu étais une fille ou un garçon. J'ai eu la surprise quand tu es arrivé ! 


NOOR : (posant la question à sa mère) C'est vrai ? 


LEÏLA : (se remémorant ses souvenirs) Oui c'est vrai, Comme tu étais notre dernière et qu'on avait déjà un garçon et une fille avec ton père on avait décidés de pas le savoir avant ton arrivée même si ton père faisait tout pour le savoir avant ! 


Ne voulant pas mettre encore plus mal à l'aise Samuel avec leur histoire de famille, Leïla n'en dit pas plus et se leva pour apporter le dessert de ce repas qui fût pas si catastrophique que cela au final. 

-----------------------------------------------


Après avoir fini de dîner, tout le monde regagna leur chambre à l'exception de Samuel et Leïla qui s'installèrent dans le canapé avec un thé chaud pour cette dernière. Samuel enlaça Leïla. Il était heureux que cette journée tant redoutée fût enfin terminée et qu'elle fût plus positive que prévu. 


SAMUEL : Comment te sens-tu ?

 

LEÏLA : Mhhh un peu vaseuse et nauséeuse.


SAMUEL : Mes rimes préférées !


LEÏLA : (se collant encore plus contre le flanc de Samuel avec sa tasse de thé entre ses deux mains tout en souriant) On voit bien que c'est pas toi qui a les symptômes ! 


SAMUEL : (rigolant) Mais je suis de tout cœur avec toi, mon amour ! 


LEÏLA : (rigolant elle aussi) C'est bien une réponse d'Homme ça ! 


SAMUEL : (continuant à rire pour ensuite redevenir sérieux) Cette révélation a bien était prise au final par tout le monde ! Même si tu sais que ce que les autres pensent m'importe peu.


LEÏLA : Le dire aux filles me faisait peur car ça rend notre décision encore plus réelle.


SAMUEL : (caressant le bras de Leïla tout en la regardant) Et effrayante aussi tu trouves pas ?


LEÏLA : Aussi. Mais il y aura plus de positif que de négatif j'en suis persuadée ! 


Samuel embrassa Leïla en guise d'approbation. Tous deux restèrent assis collés l'un à l'autre pendant que Leïla finit son thé quelque peu trop chauffé par Samuel lorsque le portable de Leïla se mis à sonner ! Interloquée, l'infirmière se redressa et prit son téléphone qui était sur la table basse du salon. Sur l'écran s'afficha le numéro de l'hôpital Saint Clair. Après avoir dit le Allo automatique que tout le monde fait lorsqu'il décroche son téléphone, Leïla tout en écoutant son interlocuteur se leva d'un bond du canapé posa sa tasse finie sur la table et s'affaira rapidement laissant perplexe Samuel !


LEÏLA : J'arrive tout de suite, le temps de venir.


SAMUEL : (interloqué) Qu'est-ce qu'il se passe ? 


LEÏLA : C'était ton père au téléphone, un incendie s'est déclaré au Mas des Bellanger et ils ont besoin d'infirmière en renfort à l'hôpital.


SAMUEL : Merde ! Je t'accompagne, on ne sait jamais s’ils ont besoin de moi. 


LEÏLA : (prenant son manteau dans l'entrée ainsi que son sac à main) Si tu veux !


Rémy apparu dans la cuisine, lui aussi venait d'avoir le même coup de fils que Leïla.


SAMUEL : (s'affairant à prendre son blouson) Toi aussi tu as eu un coup de fils ? 


REMY : Oui à l'instant !


SAMUEL : On ne traîne pas alors, on y va.


À peine la phrase de Samuel finit, Noor ayant entendu que tout le monde s'agita dans la cuisine s'était relevée pour savoir ce qu'il se passait et arriva dans l'embrasure de la porte.


NOOR : Il se passe quoi ? 


REMY : L'hôpital nous a appelé en renfort, il y a eu un incendie.


NOOR : Un incendie ? Mais il y a des blessés ?


REMY: C'était au mas ostréicole. 


NOOR : (commençant a paniquée) C'est là où était la fête ! Ça a prit pendant la fête ?


LEÏLA : (attrapant son sac à main) On sait pas ma puce. 


NOOR: Maman, il y avait Jules, il y avait papa, il y avait Judith là-bas ! Ils font partis des blessés ? 


À son tour Soyara arriva dans le salon, où sa sœur commença à crier à cause de la panique qui s'empara d'elle. 


LEÏLA : Je sais pas mais pas ton père l'hôpital me l'aurait dit mais je te tiens au courant.


NOOR : Non, non attendez-moi, je viens avec vous.


LEÏLA : Non, non tu ne viens pas ! 


SORAYA : (attrapant Noor dans ses bras pour l'arrêter) Non Nounouche laisse-les partir, tu les retardent plus qu'autre chose. 


SAMUEL : (attrapant les clés de voiture dans la corbeille prévue à cette effet) Appelle-les si ça peut te rassurer. 


SORAYA : Samuel a raison on va les appeler et si on n’a pas de nouvelles on ira à l'hôpital ok ?! 


Soraya laissa Noor allait chercher son téléphone dans sa chambre. Samuel, Leïla et Rémy en profitèrent pour quitter la maison pour rejoindre au plus vite l'hôpital ne sachant pas vraiment à quoi s'attendre. 


-------------------------------------------


Arrivant à l'hôpital, Samuel, Rémy & Leïla demandèrent plus d'information au Docteur Dumaze présent à l'accueil.


SAMUEL : Il y a beaucoup de blessés ? Des brûlés graves ? 


RENAUD : Je n'ai pas plus d'informations que ça a par qu'ils amènent toutes les victimes ici. Ne sachant pas combien de victimes il y a vraiment j'ai préféré appeler tout le monde.


SAMUEL : Tu as bien fait. 


RENAUD : Leïla, Rémy vous pouvez aider vos collègues a préparé les salles de soins ?


LEÏLA : Oui bien entendu. Tu viens Rémy.


REMY : (emboîtant le pas de Leïla) Je te suis. 


Leïla et Rémy quittèrent Samuel et Renaud pour faire ce que le docteur Dumaze leur avait demandé de faire. 


RENAUD : Et toi Samuel et bien tu...


SAMUEL : Je sais, je sais papa, C'est pas ma première alerte!


RENAUD : (posant sa main sur l'épaule de son fils) Désolé avec toute cette agitation à venir.


SAMUEL : Le calme avant la tempête ! 


RENAUD : Exactement le problème c'est que je ne sais pas quelle force à cette tempête. 


SAMUEL : Il ne devait pas avoir non plus 300 invités à cette fête !


RENAUD : Quelle fête ?


Samuel ne pût répondre à son père puisque les premiers blessés de l'incendie arrivèrent. Flore Vallorta fût la première à arriver à l'hôpital.


Après avoir eu les blessés les plus graves fût le tour de Bilel d'arrivé pour vérifier s'il n'avait pas avalé trop de fumée toxique. Rémy le prit en charge. 


REMY : Bilel ! Installez-vous.


BILEL : J'ai rien occupe-toi plutôt de ceux qui en ont réellement besoin !


REMY : Vous en avez besoin autant que les autres, vous avez pu inhalé beaucoup de fumées toxique sans que vous vous en ressentez des symptômes pour le moment. Donc laissez-moi vous ausculté pour commencer.


BILEL : (s'allongeant dans le lit) Si ça te fait plaisir de perdre ton temps ! Tu as des informations sur les vrais blessés ? 


REMY: (l'auscultant) Non désolé. Les blessés plus sérieux sont amenés dans le service des grands brûlés directement.


BILEL : (s'agitant sur le lit empêchant Rémy de faire correctement son travail) Dans le service des grands brûlés ? Il n'y avait pas de grands brûlés ... À moins qu'ils aient retrouvés Chloé ou Jules. C'est lequel ? 


À travers la vitre de la salle de soin, Leïla avait reconnue son ex-mari et entra donc pour savoir si tout allait bien. En ouvrant la porte coulissante, elle entendit donc les questions que posa Bilel à Rémy. Ayant la réponse, elle répondit à la place de Rémy.


LEÏLA : Personne n'a était transporté dans ce service rassure-toi Bilel. 


REMY : Maintenant que vous avez votre réponse, vous pouvez arrêter de vous agitez, s'il vous plaît Bilel.


BILEL : (ne bougeant plus pour que Rémy puisse continuer son travail) Tu sais s'ils ont retrouvés Jules ? 


LEÏLA : Je ne sais pas, tout ce que je sais c'est qu'il n'a pas était encore admis ici mais ça veut pas dire qu'ils ne l'ont pas retrouvé. Bon je vous laisse, je vais aller appeler les filles pour les rassurées.


Leïla quitta la salle de soin pour aller s'isoler en salle de pause pour pouvoir appeler ses filles morte d'inquiétude pour leur père rester à la maison.


-----------------------------


Malgré avoir répété plusieurs fois à ses filles que leur père n'était pas blessé et avait juste inhalé un peu de fumée et qu'il devait rester en observation pour la nuit par précaution, Noor avait insisté auprès de Soraya pour aller quand même à l'hôpital voir de ses propres yeux son père et pour avoir la moindre information concernant Judith et Jules. 

Traversant le hall de l'accueil, Leïla fût interpellée par la voix de Noor.


NOOR : Maman ! Tu as eu des nouvelles de Jules et Judith ? 


SORAYA : Désolé, Je n'ai pas pu la résonné plus, elle a voulu absolument venir. 


LEÏLA : (posant ses dossiers sur le comptoir pour se diriger vers ses filles) C'est pas grave, ma chérie. (enlaçant ses filles) Judith n'était pas présente dans le bâtiment lorsque le feu s'est déclaré et pour Jules, je ne sais pas tout ce que je sais c'est qu'il n'a pas était admis ici pour le moment.


NOOR : (triste) Ok, tu crois qu'ils ont pu amener Jules dans un autre hôpital ? Et Papa, on peut le voir ? 


LEÏLA: Selon le Docteur Dumaze toutes les victimes étaient dirigés ici mais peut-être, c'est une possibilité. Pour votre père, que quelques minutes car les heures de visite sont finies depuis longtemps.


Leïla enlaça ses filles tout en les menant vers les chambres des patients où Bilel avait été transférer après les premiers soins fait par Rémy. 


LEÏLA : (ouvrant délicatement la porte) Tu as de la visite.


Leïla entra dans la pièce avant de laisser entrer ses filles dans la chambre de Bilel. Noor se jeta dans les bras de son père. 


BILEL : (serrant Noor dans ses bras) Ma chérie ! 


NOOR : (se redressant) Tu vas bien ?


BILEL : Ça va, j'ai perdu mon boulot, ma maison et je n'ai pas réussi a retrouvé Jules mais ça va ! 


SORAYA : Je suis sûr que les pompiers l'ont retrouvés depuis qu'ils t'ont amenés ici, Papa.


BILEL : J'espère, J'espère !


NOOR : Tu ne dormiras pas dans la rue non plus Papa, tu auras qu'à venir à la maison en attendant hein maman ?


A SUIVRE

4 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?