Demain nous appartient, la LOVING FICTION par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Famille / Romance

61 Chapitre 61 de la LOVING FICTION

Catégorie: G , 2127 mots
1 commentaire(s)

*Dans la tête de Noor*

Deux heures étaient passées depuis que Rémy m'a passé un coup de fil et après plus d'une centaine de textos échangés entre lui et moi toujours aucune réponse de Soraya! C'est dingue quand même elle n'a pas pu se volatiliser comme ça! Surtout que ce n'est pas son genre...elle aime Rémy! Et quand bien même elle avait besoin de faire un point elle nous aurait prévenue! Enfin...je crois.

Mon téléphone sonna, je décrocha :

"- Du nouveau Rém'?

- Non...je suis mort d'inquiétude Noor!

- Prend sur toi, elle n'a pas pu aller bien loin, pas sans toi, ce n'est pas son genre et tu le sais

- Elle a peut-être eu peur de tant de responsabilités quand je lui ai parlé du bébé...en plus je ne lui ai même pas laissé l'occasion de s'expliquer, je suis horrible

- Dis pas ça! Bon on fait quoi maintenant? On peut pas appeler ma mère elle serait tellement énervée qu'on ai perdu Soraya...

- Non tu as raison, je connais quelqu'un qui sait tracer des téléphones portables, c'est un ami à moi, je vais lui demander de tracer Soraya

- Ok bonne idée, je vais faire un tour en ville on ne sait jamais, à plus"

J'enfila mon manteau 4 à 4 et je sorta. Je m'appuya contre le mur, je me devais de réfléchir! Si j'étais Soraya, où serais-je allé? Aucune idée ne me vint en tête...je m'imagine déjà ma sœur découpée en morceaux par un psychopathe qui la séquestre! Les larmes me piquaient les yeux et je me fis sacrément violence pour les empêcher de s'étaler sur mes joues...

Elle est forcément là, quelque part...

Je marcha dans le centre-ville de Sète, je ne sais pas vraiment ce que je recherche. Soudain, je m'arrêta net en voyant la voiture de ma sœur sur le petit parking en face de son travail. Mon dieu mais elle serait à son travail depuis toutes ces heures?! Je coura à en perdre haleine jusque son bureau, je monta les étages en colimaçon qui d'ailleurs ne doivent pas être pratiques en talons, j'entra et je tomba sur ma sœur, affalée sur sa chaise de bureau, les yeux rouges de larmes et de fatigue. Je me jeta dans ses bras, les larmes aux yeux puis je la lâcha et commença :

"- Mais Soraya qu'est-ce que tu fais là?! Est-ce que tu as la moindre idée de ce qu'on vit avec Rémy depuis des heures? On te cherche partout! Il est prêt à tout!"

(J'envoya un message à Rémy pour lui dire de venir au plus vite)

Soraya sanglotait, elle avait du mal à aligner deux mots et mit bien 10 minutes à calmer sa respiration pour pouvoir m'adresser la parole, mais elle fit un effort en voyant mon air ahuri :

" - Nouch...je suis désolée je ne voulais pas vous faire peur mais...je m'en veux tellement, Rémy a tellement envie d'être papa et moi je suis tellement folle amoureuse de Rémy mais...je ne veux pas d'un enfant tout de suite, je veux profiter de ma vie avec lui et seulement lui mais j'ai l'impression qu'il ne comprendra jamais et qu'il aura l'impression que je me refuse à lui...Noor j'ai peur il est tout ce que j'ai, je ne veux pas le perdre

(Rémy était là, il venait d'arriver et avait tout entendu de ce que Soraya a dit, il fit apparition, Soraya baissa la tête d'un air gêné et Rémy s'approcha de moi, il commença)

- Oui j'ai tout entendu si c'est ta question Soraya...

- Je suis désolée...

- Ne le sois pas, rahhh...tu ne peux pas savoir combien j'ai eu peur...mon amour pourquoi tu m'as fais cette frayeur?!

- Pour la raison que je viens d'énoncer à Noor et que tu as entendu...je comprendrais que tu ne m'aimes plus après ça mais moi je t'aimerais toujours je..."

(Elle s'arrêta et se mit à pleurer...Rémy s'approcha d'elle et la prit dans ses bras, il reprit.)

" - Tu ne comprends pas...

- Si...si je comprends, je t'ai déçu, et tu as raison je me suis mal comportée j'aurais dû poser des bases plus rapidement

- Non...oui c'est vrai que j'aurais voulu être papa et avoir un enfant de toi, mais ce n'est pas pour assouvir un besoin de père compulsif! Si je voulais un enfant de toi c'est parce que je me sens prêt, tu es la femme de ma vie c'est ma plus grande certitude! Mais j'ai compris grâce à Noor qu'on tombe pas tous prêts au même moment et qu'un enfant ça demande une stabilité qui est encore trop fragile chez nous, mais un jour on aura une maison et une famille à construire! Ça prendra juste plus de temps que prévu

- Oh...merci mon amour, je pensais que tu m'en voudrais de te priver d'un enfant et que tu aurais des doutes et c'est pour ça que je ne suis pas rentrée, j'avais tellement peur que tu ne sois plus là à mon arrivée...j'ai eu l'impression de te décevoir d'une telle violence! J'étais persuadée que tu allais me quitter...

- Te quitter pour ça? Mais enfin jamais, je t'aime Soraya! Ça n'arrivera jamais vraiment crois-moi

- Rémy je te promets qu'un jour je me sentirais prête et qu'on aura un enfant ensemble

- Quand tu voudras"

(Ils ria et s'embrassèrent.)

Pfff bon ce n'est pas demain la veille que je deviendrais marraine...une déception de plus. Mais voir leur amour me console, j'ai retrouvé ma soeur et c'est le plus important. Un jour ils auront un enfant ensemble et ce jour là maman verra que je n'en ai rien à faire des triplés. Ma vengeance arrivera un jour. Mais je ne peux pas mettre ma sœur dans un état pareil pour l'obtenir. Alors qu'ils prennent leur temps du moment que ça se concrétise un jour, parce-que je n'aurais jamais d'autres frères ni sœurs que Soraya et mon défunt Lyes. Je n'ai pas su prendre soin de Lyes mais je veillerais sur Soraya, et sur Rémy. Je ne veux plus la pousser à la peine. Le reste n'existe pas, les triplés ne seront rien pour moi. Jamais. Je ne les connais même pas. Je ne connais que ma soeur et son copain, et ça me cause déjà bien des tourments.

*Dans la tête de Samuel*

Ça fait deux jours que Leïla et moi sommes arrivés en Polynésie Française et je ne me suis jamais senti aussi bien. Passer du temps seul avec ma femme et mes trois futurs merveilles, je ne pouvais pas rêver mieux. J'aurais dû l'emmener loin de Sète plus tôt. J'aime tellement la voir avec une couronne de fleurs autour de la tête en train de lire ses magasines au bord de la piscine, je l'aime tellement, elle a toujours donné un sens fou à ma vie.

Nous étions allongés dans la piscine de l'hôtel, elle sur une bouée et moi accoudée à cette bouée, elle me faisait lire un article sur son magazine de mode quand une voix appela Leïla. Nous nous retournons, c'était Michaël, Angèle et le petit Andy. Andy sauta dans la piscine. Nous sortons de l'eau, prenons une serviette pour deux et allons à leur rencontre. Ils nous firent la bise bien chaleureusement, tout ce que je déteste. Nous nous asseyons dans le sable artificiel qui alentoure l'hôtel puis Angèle commença :

" - J'espère qu'on ne vous dérange pas! Comme nous habitons une maison voisine à l'hôtel nous avons un accès illimité à la piscine de cet hôtel alors nous en profitons souvent!

Leïla - Non non ça ne nous dérange absolument pas, c'est toujours sympa de rencontrer des gens dans ce genre de voyages, qui plus est des personnes gentilles!

Michaël - Oh bah on vous retourne le compliment! Angèle n'arrête pas de me parler de vous, dès que nous rencontrons des français par ici elle ne peut s'empêcher de créer des liens, elle est très sociable, n'est-ce pas chérie?

Angèle - Oui c'est vrai chéri, je trouve que l'amitié c'est la plus importante des valeurs après l'amour! Pas vous?

Samuel - Pas vraiment

Leïla - Mais si bien-sûr! Il plaisante, hein Samuel?

(Leïla me donna un coup de coude.)

Samuel - Bien-sûr, je suis un petit rigolo moi...l'amitié hum très important oui

Leïla - Vous habitez ici depuis toujours? Parce-que c'est somptueux!

Angèle - Non non, avant nous habitions à Paris et puis nous sommes venus en vacances ici pour notre lune de miel il y a très longtemps et nous avons trouvé ça somptueux donc nous sommes revenus en vacances ici chaque année qui suivirent puis quand nous avons appris que j'attendais Andy nous avons tout quitté pour venir vivre ici, c'était notre rêve et nous voulions offrir une vie loin de toute cette pollution à notre petite merveille alors voilà

Leïla - C'est une super concrétisation de projet! Et une superbe histoire d'amour familiale! Hein Samuel?

Samuel - Hmm, c'est original oui, pourquoi pas ma foi

(Leïla me lança un regard étrange, qui voulait sûrement dire que je devais être plus aimable. Mais je passe des vacances avec ma femme moi, pas avec des étrangers fadas de tour du monde...).

Angèle - Merci! Et vous, vous habitez où?

Leïla - À Sète

Angèle - C'est une jolie ville, je connais

Leïla - Merci oui, il y fait bon vivre!

Michaël - Et je vous observe légèrement depuis toute à l'heure Leïla et je vois que vous avez déjà un gros ventre de maman! Vous êtes bientôt à terme de votre grossesse?

Leïla - Ah euh...non pas du tout, je suis à 3 mois seulement

Michaël - 3 mois? Waw le beau bébé"

Serait-il en train d'incinuer que ma femme est grosse? Et de quel droit la mate-t-il? Je répliqua :

"- Les beaux bébés vous voulez dire, je vais être l'heureux papa de triplés

(Je posa ma main sur le ventre arrondi de Leïla comme pour marquer mon territoire. Elle me souria.)

Michaël - Oh je ne savais pas! Quelle heureuse nouvelle

Angèle - Oui, très heureuse!

Leïla - Merci

Michaël - Mais Angèle m'a dit que vous aviez déjà d'autres enfants? Pas de Samuel

Leïla - Oui c'est vrai, j'ai 2 filles Soraya et Noor mais en réalité j'ai 3 enfants

(Le visage de Leïla s'assombrit.)

Angèle - 3?

Moi - Oui, oui elle en a 3 et bientôt 6, logique 3+3

Leïla - Samuel! Oui j'avais un fils, Lyes, mais il est malheureusement décédé d'un accident

Angèle - Oh nous sommes vraiment désolés nous ne voulions pas remuer le couteau dans la plaie

Moi - En effet

Angèle - Andy viens mon ange! Aller, nous ne voulons pas rester sur une mauvaise note, allons boire un verre à la maison!

Moi - Une mauvaise note? Vous parlez quand même du fils de ma compagne, mesurez vos mots s'il-vous-plaît

Michaël - Ce n'est pas ce que ma compagne voulait dire! Aller venez

Moi - Nous sommes fatigués, nous allons plutôt rentrer, une prochaine fois

Michaël - Ou sinon Leïla peut venir seule

Moi - Non, je ne crois pas non

Leïla - Samuel a raison, je commence à fatiguer, une prochaine fois avec plaisir merci, bonne fin d'après-midi

Angèle - Comme vous voudrez, à bientôt les amis"

Nous retournons à la chambre main dans la main avec Leïla. Ils ne manquent quand même pas de culot ceux-là, surtout le mari. Il n'a pas l'air d'avoir son œil dans la poche vis-à-vis de Leïla. Je n'aime pas ça du tout. Mais bon Leïla sourit, il fait beau, nous sommes heureux et amoureux et c'est ce qui compte. Laissons l'hospitalité chaleureusement étrange de nos nouveaux amis imposés et profitons.

1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?