Après la pluie viendra peut-être le beau temps par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Univers Parallèle / Romance / Drame

2 Un soleil violet

Catégorie: T , 1516 mots
3 commentaire(s)

Natsuki se retourna et se retrouva nez-à-nez face à Yuri.

- B... Bonjour.

- H...Hey !

- Natsuki p... pourrais-tu te décaler s'il te plaît ? J'aimerais pouvoir rentrer...

Natsuki rentra dans la salle libérant ainsi l'entrée.

- Merci.

- C... C'est rien ! Et puis de toute façon j'allais rentrer !

Sayori dit soudain.

- Natsuki tu vas bien ? Tu es toute rouge, tu commences à m'inquiéter...

- Je vais bien !

- Tu ne m'en donne pas l'impression... En plus tu n'avais pas l'air d'aller très bien en cour.

- Je t'assure je vais parfaitement bien !

- Bon, si tu le dis.

Monika les interrompit.

- Les filles ! Ce n'est pas pour vous embêter mais il faudrait commencer.

Natsuki se dirigea vers l'armoire où elle rangeait ses mangas, en essayant d'attraper le tome 10 de parfait girl elle fit tomber le 9 sur son bras. Jusqu'ici elle avait fait attention à ne pas faire de grands mouvements pour ne pas se faire mal, mais le poids du livre lui fit pousser un petit grognement.

Yuri qui n'était pas loin avait vu la scène, elle s'approcha pour l'aider à ramasser.

- Tu as besoin d'aide ?

Merde ! Il fallait que ce soit Yuri qui me voit !

- Non, tout va bien ! En plus je peux très bien le débrouiller sans toi.

La grande fille parût blessée.

- D'accord...

Au moment où elle s'apprêtait à partir Natsuki la retint par le poignet. Yuri se retourna surprise.

- En fait... Je veux bien que tu m'aides...

La petite fille était rouge écarlate et elle sentit une goutte de sueur sur sa tempe.

C'est ainsi que Yuri ramassa UN livre qu'elle replaça dans l'étagère.

- Merci.

- Tu sais, il n'y avait qu'un livre, ce n'était vraiment rien.

- Mais c'était quand même gentil de ta part.

- Natsuki ?

- Oui ?

- Qu'est-ce que tu t'ai fait à la joue ?

Non ! Non ! Non!

- C'est un chien qui m'a mordu. Euh... Non ! Mon chat qui m'a griffé !

Yuri la regarda intensément, puis elle croisa son regard et baissa la tête.

- Bon, et bien je vais retourner à ma place.

- Tu ne veux pas lire ici ?

- J'aimerais vraiment ! Euh pardon, je veux dire que ça pourrait être intéressant de lire à côté de quelqu'un d'autre.

La grande fille devint rouge et se recoiffa les cheveux du bouts des doigts comme à chaques fois qu'elle était gênée. Elle alla ensuite chercher son livre et s'assit par terre à la droite de Natsuki.

- Encore ce livre ?

- Oui, c'est vraiment mon préféré... Et puis ce n'est pas juste un livre, il s'appelle...

La petite fille interrompit Yuri.

- Le portrait de Markov.

Yuri regarda Natsuki visiblement étonnée qu'elle ait retenue le nom.

- Bin quoi ? Comme tu n'arrête pas d'en parler j'ai fini par retenir le titre.

- Ce n'est pas contre toi ! Vu que tu dis tout le temps que tu n'aimes pas les romans ça m'a étonné.

- Ce n'est pas parce que je n'en lis pas que je déteste ça ou que je ne peux pas me souvenir de leurs titres.

- Alors donne moi un autre exemple.

- Umhh... Naruto !

- Ce n'est pas un manga ?

- Si, mais ils ont fait des livres.

- Si je peux me permettre, c'est de la triche.

- Bon d'accord... Harry Potter.

- C'est vraiment très connu... Mais bon je vais laisser passer ça.

- Héhé !

Les deux filles rirent un peu puis elle se mirent à lire. Plusieurs minutes s'écoulèrent ainsi, on ne pouvait entendre que le bruit des pages tournées et les chuchotements de Sayori et Monika. Celle-ci finit par prendre la parole.

- Bon, tout le monde je pense qu'il est temps de nous montrer nos poèmes !

Natsuki se leva en râlant, elle avait écrit son poème la veille au soir et il se trouve qu'elle l'avait fait après que son père lui ait causé les bleus qu'elle avait sur elle. La fille aux cheveux roses ne se souvenait pas exactement de ce qu'elle avait notée, mais elle savait qu'elle n'allait pas aimer le montrer.

Toutes les filles se dirigèrent vers leurs sacs pour y récupérer leurs poèmes. Monika et Sayori s'échangèrent les leurs donc Natsuki n'eut pas d'autres choix que de le montrer à Yuri en premier.

Elle tendit sa feuille à la grande fille et celle-ci ou donna la sienne.

Comme d'habitude son poème était parfait, bien écrit et pleins d'images. Natsuki repensa au sien qui devait être pitoyable si on les comparaît, il y était écrit cela :

J'aime quand papa rentre tôt

Quand il fait à manger

Quand il me donne de l'argent de poche

Quand il passe du temps avec moi

Quand il me pose des questions sur mes amis

Quand il me pose des question sur tout et n'importe quoi

Quand il me donne de l'argent pour mon déjeuner

Quand il rentre avant le coucher du soleil

Quand il cuisine

Quand il me laisse de l'intimité

Quand il ne me dit pas comment m'habiller

Quand il ne critique pas mes amis

Quand il ne critique pas mes hobbies

Quand il rentre sans me réveiller

Quand il laisse de la nourriture à la maison

Quand il sait quand se taire

Quand il laisse mes affaires tranquilles

Quand il laisse accidentellement des pièces dans le canapé

Quand il est trop fatigué pour me réveiller

Quand il est trop fatigué pour tout

J'aime quand papa est trop fatigué pour tout.

Natsuki regarda Yuri pendant qu'elle lisait son poème, le visage de la grande fille était d'abord assez hautain mais plus elle avançait dans sa lecture, plus il s'assombrissait et ses sourcils se fronçaient. Quand elle arriva au bout ses yeux restèrent bloqués sur la feuille. Elle finit par relever la tête et fixa Natsuki.

- Ce poème... Il est différent de ce que tu écris d'habitude.

- Si tu le dis...

La petite fille était très mal à l'aise et baissa les yeux.

- Pourquoi as tu écris quelque chose comme ça ? Il n'y a plus cet aspect mignon de tes poèmes.

- Ils ne sont jamais mignons.

- Pardon... C'est juste que les mots que tu utilises peuvent rappeler dès choses assez enfantines.

- Je... Je me suis inspirée d'un manga pour celui-là. C'est sûrement pour ça que tu l'as trouvée différent.

- Mhh...

Yuri ne semblait vraiment pas convaincu mais elle joua le jeu. Natsuki quand à elle ne voulait pas montrer son poème à d'autres personnes et elle avait la tête qui tournait, elle sentit qu'elle allait vomir si elle ne sortait pas. Elle interpella Sayori de l'autre côté de la pièce.

- Sayori ! Je crois que tu avais raison tout à l'heure quand tu disais que je n'avais pas l'air d'aller bien. Est-ce que je peux rentrer plus tôt chez moi s'il te plaît ?

- Je ne vois pas d'inconvénients. Monika tu es d'accord ?

- Bien sûr. Si tu te sens vraiment mal Natsuki tu devrais rentrer chez toi, mais je veux juste que tu m'envoies un message quand tu seras arrivée.

- D'accord. Merci beaucoup.

La petite fille récupéra son sac ainsi que son poème et sortit sans oublier de dire au revoir aux filles. Une fois en dehors de la salle sa tête lui tourna beaucoup plus fort et elle se rua aux toilettes. Se penchant au dessus au dessus du lavabo elle vomit, elle qui était déjà maigre se sentit encore plus faible. Natsuki haletait, elle glissa sur le sol mais se releva aussitôt se repenchant pour vomir, elle s'assit par terre adossée contre un mur le regard dans le vide.


- Zut !

- Que se passe-t-il Yuri ?

La grande fille leva la tête de sa théière.

- Oh, rien... C'est juste qu'il n'y a plus d'eau pour le thé.

- Si tu veux aller en chercher tu peux.

- C... C'est vrai ?

- Tu n'as pas besoin de demander la permission.

- Alors je vais juste en chercher, à tout de suite.

Yuri sortit de la salle et se dirigea vers les toilettes. Tout à coup elle entendit un bruit qui en provenait, elle s'arrêta donc pour écouter.

Ça ressemblait à un fort bruit de respiration coupé par des paroles. En tendant l'oreille la fille aux cheveux violets entendit à peu près cela :

- Pourquoi je suis si faible ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Yuri crut reconnaître la voix de Natsuki et s'avança donc.

Quand elle entra dans les toilettes le spectacle qu'elle vit lui fit écarquiller les yeux. La scène qui était devant elle était un carnage, il y avait de l'eau et des débris de miroir par terre. Au milieu de tout cela se trouvait Natsuki assise à moitié consciente une flaque de vomis à sa gauche.

La grande fille se précipita vers elle.


3 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?