Sanglante revanche... par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Angoisse

10 Trop tard...

Catégorie: M , 1531 mots
0 commentaire(s)

 

Chapitre 10 : Trop tard

Toute l’équipe et tous les flics se préparaient pour aller investir l’entrepôt. Plus personne n’était devant l’écran sauf JJ qui ne participait pas à l’intervention et qui resta plantée là, devant l’écran, à regarder Reid allongé sur le sol totalement inerte. Elle avait peur qu’ils arrivent trop tard. Elle espérait qu’ils pourraient le sauver, pendant que tout le monde partait sur l’intervention, le commissariat était vide. Maintenant tout était une question de temps. L’entrepôt était à 30min du commissariat.  Mais 30, c’était sûrement trop surtout avec ce que JJ allait voir….

******

Reid avait mal au crâne mais il essaya d’ouvrir les yeux. Et tout ce qu’il aperçut était flou, mais il distingua la silhouette d’un homme sûrement son agresseur, enfin il en fit sûr que lorsqu’il aperçut un couteau dans sa main.

Ronald : « Tiens, la belle au bois dormant se réveille ! Je suppose que tu as vu ce que je tiens dans ma main ? Donc je n’ai pas besoin de t’expliquer que je ne vais pas tenir parole. »

Il se rapprocha de Spencer de manière dangereuse et il posa le couteau contre le milieu du thorax de Reid puis il appuya de plus en plus fort jusqu’à ce qu’il lui transperce la peau. Il sentit son sang lui couler entre les doigts ce qui lui fit enfoncer le couteau encore plus profond dans son corps qui resta totalement inerte. Reid ne sentit qu’à peine le couteau le transperçait, simplement il se sentit retourner dans le néant qu’il venait à peine de quitter. Puis l’homme retira son couteau et regarda le corps de Reid secoué de spasmes qui commençait à baigner dans son sang…

******

JJ vit toute la scène et se retint de hurler d’horreur. Elle se jeta sur son téléphone et composa le numéro de Hotch aussi vite qu’elle le put.

JJ : « Hotch il l’a tué !! Il l’a tué !! »

Hotch : « Quoi ? Quand ? Comment ? »

JJ : « Il vient de lui mettre un coup de couteau vers l’abdomen ! »

Hotch : « Morgan, roules plus vite !! »

Ce fut la dernière phrase que JJ entendit avant que Hotch ne raccroche. Puis elle se tourna et aperçut Garcia en pleurs dans l’encadrement de la porte.

Garcia : « JJ est-ce qu’il est … »

JJ : « Je ne sais pas Garcia…Je ne sais pas. Il faut attendre qu’ils l’aient retrouvé… »

******

Morgan explosa la porte de l’entrepôt  à coup de pied et tout le monde entra. Ce fut Hotch qui aperçut le suspect ou du moins qui l’entendit rire. Il était à genoux devant une mare de sang qui devait sûrement appartenir à Spencer.

Hotch : « M. Goodman, vous êtes en état d’arrestation ! »

Ronald se retourna et pointa son couteau sur Hotch.

Ronald : « Non, je ne me rendrai pas ! »

Ronald lança cette phrase en courant droit sur Hotch qui lui tira une balle en pleine tête. Il s’approcha de son corps inerte pour bien vérifier qu’il était mort et pour, par mesure de sécurité, lui éloigner l’arme de la main. Il tourna la tête et aperçut le corps de Spencer allongé, baignant dans son sang. Il s’approcha, prit son pouls et appela aussitôt Morgan.

Hotch : « Appelles les urgences. Son pouls est vraiment très  faible… »

Morgan s’exécuta et les urgences arrivèrent en un temps record. Ce fut Rossi qui monta avec lui dans l’ambulance et qui assista à ses nombreux arrêts cardiaques. A vrai dire, Rossi était sûr que Reid ne s’en sortirait pas, mais pour ne pas porter malchance, il préféra ne dire mot de ses craintes. Ils arrivèrent à l’hôpital. Spencer fut conduit au bloc d’urgence. Il avait déjà perdu beaucoup de sang. L’équipe alla patienter dans une pièce prévue à cet effet. Cela faisait déjà 2 heures qu’il était au bloc quand un médecin vint enfin leur faire le topo.

Docteur : « Vous êtes là pour Spencer Reid ? »

Blake leva la tête et prononça un bref “Oui“.

Docteur : « Alors, je tiens à vous dire qu’il est vivant. Nous avons pu lui faire une transfusion. Ensuite, il est atteint de la grippe ce qui l’a beaucoup affaibli mais nous devrions la soigner facilement. Seulement il est dans le coma et nous n’avons aucune idée de QUAND il se réveillera et même de S’IL se réveillera un jour… »

Blake : « Combien sur l’échelle de Glasgow ? »

Docteur : « Euh de 7, malheureusement…. »

Blake baissa la tête, au bord des larmes. Morgan la dévisagea ne comprenant pas vraiment la situation.

Morgan : « Comment fonctionne l’échelle de Glasgow ? »

Docteur : « Oh…euh…alors : à 15 : tout va bien ; de 14 à 10 : coma léger ou somnolence ; de 9 à 7 : coma lourd et de 6 à 3 : coma profond ou mort… »

Rossi : « Donc si on comprend bien, Reid est dans un  coma lourd. »

Docteur : « Oui c’est ça. Seulement à 7, les chances de se réveiller un jour, son faible. Mais peut-être voulez-vous le voir ? »

Hotch : « Euh, oui s’il vous plaît. »

Le médecin les conduisit dans la chambre 228 et ils aperçurent Reid, immobile sur le lit, sous assistance respiratoire et branché à tout un tas d’autres machines. Cette vision d’horreur était bercée par le bruit régulier de l’électrocardiogramme. Tout le monde se mit autour de Spencer et le regarda. Il avait l’air si paisible. Puis le regard de Garcia tomba sur ses mains mutilées et elle retint un cri. Morgan aperçut son mouvement de recul et il alla la prendre dans les bras. Garcia fondit littéralement en larmes. Toute l’équipe s’en voulait car, au fond, s’il était là, c’était leur faute. C’était eux qui n’avaient pas compris assez vite et peut-être que plus jamais, ils ne verraient son visage innocent illuminé par la vie, peut-être que plus jamais ils n’entendraient  ses résonnements complètement tordus mais tellement utiles, que plus jamais ils ne pourraient l’écouter parler de chose qui n’intéressait que lui. En fait, plus jamais, il ne reverrait Spencer. Et, sans lui, le département ne serait plus jamais pareil. S’il ne revenait pas, celui-ci aurait perdu un agent prometteur, un agent brillant. Et, concernant son équipe, ils perdraient plus qu’un simple collègue : Il perdrait un ami ! Cet ami qui aurait tout fait pour eux mais pour qui, EUX, n’avait rien fait ! Un ami qui était là quand ils avaient besoin alors qu’eux l’avait laissé dans CE besoin.

L’équipe resta dans la chambre pendant 1 heure avant d’enfin s’en aller. Mais ils se promirent de passer tout les jours jusqu’à ce qu’il se réveille.

 

 

A suivre...

 

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?