Les Elémentaires par

8 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Aventure / Amitié

3 ... Chose non humaine ?

Catégorie: G , 2991 mots
2 commentaire(s)

Petite note pour ensorceleurisee : Contente que ces petits détails te plaisent ^^ Enfin, le côté écologique devient de plus en plus secondaire mais… M’enfin. Et bien sûr, contente qu’Etian te plaise ^^ J’avais un peu peur qu’on le prenne pour un gros lourdingue XD Et j’espère que tu as pu gouter ces magnifiques macaronis ! (alors que j’aime pas les macaronis au fromage, j’arrive à donner faim avec, je suis trop forte XD) J’espère que la suite sera à la hauteur de tes attentes !

 

Bonne lecture à tous !

 

******************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

 

-OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!

Je suis complètement paralysé je bouge plus du tout je panique complètement et POURQUOI CETTE BRANCHE BOUGE ???

Non sérieux ! C’est pas normal qu’une branche bouge comme ça ! D’accord elle était plutôt grande mais quand même pas bouger comme ça c’est pas possible !!! En fait je mens quand je dis que je suis paralysé parce que j’ai quand même trouvé la force de mettre mes bras devant moi pour me protéger parce que BORDEL UNE BRANCHE BOUGE !!!

Et y’a pas une trace de vent ! Rien ! C’est juste une branche qui s’est levée un matin et qui a dit « oh bah chiche je vais bouger devant ce type ! » AAAAAAAH !!!

Même si je suis terrifié, je n’arrive pas à bouger d’un poil bon sang mais qu’est-ce qu’il se passe !!!

Cette branche continue de bouger… Mais… Se redresse ?

J’arrête enfin de crier. Je baisse mes bras.

Et surtout, n’arrête pas de cligner des yeux.

-Kaf uwyfk kei kuensch weki’ir iulla ?

Je rêve ou… Ou cette branche… A deux bras deux jambes une tête et des boo…

Des formes ?

J’ouvre la bouche, toujours aussi halluciné. Oui… Cette branche à la silhouette d’une fille ! Mais comment c’est possible ! Une minute, on m’a jamais dit qu’une branche pouvait être sexy !

Je regarde alors plus attentivement. C’est vrai que ça ressemble à une fille… Mais c’est pas vraiment une fille…

Elle tient bien plus de la branche que de la fille.

Elle (on va supposer que c’est un « elle ») est à peine plus petite que moi, alors que je fais un bon mètre quatre-vingt. Elle est plutôt fine… Et robuste à la fois, comment c’est possible ?

En fait… Sa taille est presque droite, rigide. Elle est presque taillée comme un homme… Et en même temps elle a une certaine finesse, qui fait que je ne peux pas dire que c’est un homme.

Elle semble pied nue -mais sans avoir d’orteils- , mais peut être que c’est juste que je n’arrive juste pas à distinguer de limite entre sa jambe et son pied… Pareil avec les bras et, en fait, le reste de son corps. C’est comme si elle ne portait rien…

Et en même temps, elle n’a bizarrement rien à cacher. Elle… Elle n’a même pas de peau… C’est… C’est de l’écorce ! Sa peau est en écorce !

Je regarde, j’ose regarder son torse. Elle a des formes plus… Féminines, on va dire. En en même temps c’est presque invisible pour les yeux nus. J’ai jamais vu de seins -si on peut appeler ça des seins- aussi petits de toute ma vie.

Juste au-dessus du départ de sa poitrine, donc en dessous du son cou ? Est-ce que c’est seulement un cou ? Je veux dire… Oui, c’est sans doute un cou, ça peut pas être autre chose mais il est… Plus gros que la normal. Comme si la jonction cou/tête était moins brute…

BREF tout ça pour dire qu’à cet endroit, il y a une gemme verte, parfaitement ronde. Elle est d’un vert profond, la même couleur que les feuilles des arbres.

Par reflexe, j’attrape ma propre gemme autour de mon cou, et la cache derrière mon sweat. Je sais pas pourquoi, je me sens soudainement pas à l’aise à l’idée qu’elle puisse la voir.

La… Chose, je ne trouve pas d’autres mots, semble soudainement confuse. Elle se retourne, regardant derrière elle.

-Kaf uwyfk llaer viekrusch ? Kae ifulla ekwullf uakuif fisch ?

Elle… Vient de parler ? J’ai bien entendu des bruits étranges, plutôt faible, voir étouffé, mais c’est bien elle ?

Donc… Cette chose est douée de parole ? Les arbres se rebellent ? Y’a une usine pétrochimique dans le coin et personne m’a prévenu ? Est-ce que je suis en train de regarder UNE BRANCHE VIVANTE ???

Je me frappe le visage. Non, non, reste calme Etian. C’est juste un rêve lucide, tu t’es probablement endormi dans la forêt… Faut que tu te réveilles, Grand-mère va être inquiète !

-Afov kunny weki’ir av kuensch iulla…

La branche se tourne à nouveau vers moi. Je peux enfin voir son visage. Elle a un visage presque humain, si on oublie la peau en écorce. Ses cheveux… Ne sont même pas des cheveux… Ce sont des espèces de branches molles, recouvertes de feuilles, qui lui arrivent jusqu’en dessous des épaules.

Et plus bizarre, ses yeux… Ses lèvres sont relativement normales et elle n’a pas de nez -mais honnêtement je suis plus à ça près-, mais ses yeux… On dirait de la sève qui coule continuellement.

Et non seulement je remarque qu’il n’y a pas de traces de cils ou de pupilles, mais en plus… Je rêve ou de la sève est en train de couler de ses yeux ?

-Erif urke jweller fo jew korkyvo… Kwisch kill eivisch klai iulla…

Elle pleurait ? C’est bien elle que j’ai entendu gémir ?

Elle commence alors à partir plus loin. Elle se penche devant un arbre, pour attraper quelque chose. Une espèce de… Journal. Comment elle a fait pour créer ce foutu journal ?

Mais alors qu’elle allait disparaitre… Non, quitte à rêver, autant y rester le plus possible !

-Euh… Madame ? Je tente

La branche se fige complètement.

-Ou monsieur, peut-être ? Je veux dire… Je sais pas trop ce que vous êtes ? Je continu

-Ef…

-C’est bien vous que j’ai entendu pleurer ? Vous allez bien ?

Elle se relève alors. Oh non oh non c’est pas bon ça j’aime pas la façon dont elle se relève… C’est trop lent c’est trop flippant j’aime pas ça du tout !

La branche me regarde. Elle a l’air complètement halluciné. Elle est alors très, très proche de moi…

Beaucoup, beaucoup trop proche !

-Kallsch kavvfki fisch fiwell ?

-Euh… Tu peux répéter plus lentement ? Je demande

-Kallsch kavvfki fisch fiwell, kuensch ? Kallsch kavvfki fisch fiwell ?

Elle se rapproche encore de moi ! Je recule d’un pas, mains à moitié en l’air. Ses yeux… Sa sève qui lui sert d’œil brille encore plus intensément ! Elle fait flipper, à me regarder comme ça !

Quoique… Une fille -a priori- me regarde comme ça… C’est pas tous les jours…

-Tu… Euh… Parles français ?

-Ia, ia, erif jledu kunny llaer fiasch all wi…

Raté. Etian, essaie de te rappeler tes cours de collège…

-Habla Espagnol ?

-Ei ?  

Elle semble plus confuse qu’autre chose… C’est pas vrai… J’ai pris espagnol moi, je sais rien des autres langues… Bon…

-Paquito Italiano ?

Je rêve ou elle gonfle une de ses joues ?

-Yfu ke av kuensch keisch wa llalliall foky wirffyf ?

J’aime bien son visage comme ça. C’est chou.

Je secoue la tête. Bon, Etian, on tente le tout pour le tout !

-Ich liebe dish ?  

-*GAAAAAAAAASP*

Elle recule de plusieurs pas en arrière, en plaquant ses mains contre sa bouche.

-Tout va bien ? Je demande

M*rde, est ce qu’elle vient tous juste de comprendre ce que je viens de dire ?! Je connais que ça en allemand moi ! Et mince j’ai pas pensé à l’anglais !

-Wius wykkoschi y skriaf o’r wenfoll o’r keryvyk ?

-… Quoi ?

Ses yeux brillent… Mais comment ?

-Kuensch… Yu yjysch uvavauel… Yu kowwyraek ey…

-Ecoute je ne sais toujours pas si je suis dans un rêve ou non et en plus je comprends pas un mot de ce que tu dis… Si c’est ça je me casse… Je coupe

Elle semble complètement m’ignorer… Et continue :

-Kallsch kavvfki fiarev y skriaf o’r wenfoll o’r keryvyk…

-Eeeeeeeet sur ce, je remarque que tu ne pleures plus, alors je m’en vais !

Je commence à partir. Je trouve ce rêve beaucoup, beaucoup trop bizarre ! Je vais juste… M’en aller, maintenant, et tout ira bien, c’est comme si rien ne s’était passé ! Hehehe !

-NAE AAROV !!! Afov… El eiliuvke…

Je me retourne.

-Un problème ? Je demande

-O via yw’ill viwir ! Iao iaje vollwyr avverje ke yu… O’rev… ke yu yjysch kuensch !

-… Je peux me réveiller maintenant ? Je demande

Elle se retourne et commence à se frapper le crâne, comme si elle réalisait quelque chose.

-Kuw Fey ! Kuw kuw kuw ! Offyvaw ke ef verkyll kisch yu weki’r kisch o’r ywwuschiov ! O’rev, via yw’ill fie wov erif keallevkev llaviel yau kisch…

-Au revoir, essaie numé… Je tente

-Toi comprendre moi ?

Je me fige complètement à mon tour. Elle… Elle vient de parler en français ?! J’ai pas rêvé (ou rêvé dans mon rêve, je comprends plus rien de toute façon) elle a parlé FRANÇAIS ???

Elle semble confuse et impatiente. Elle veut une réponse. Toujours aussi halluciné, je sors :

-Oui ! Oui c’est ça ! C’est parfaitement ça !

-Moi bien parler humain ? Elle demande encore

-Oui ! Oui je te comprends, c’est parfait !

Je ne sais pas pourquoi je suis si heureux, mais ça fait longtemps que je n’ai pas été aussi heureux de toute ma vie !

(Enfin, si on retire les macaronis)

-Super, maintenant on peut se comprendre !

-Je contente !

Oh… Elle parle pas correctement… Enfin, c’est pas grave, tant qu’on se comprend. Sa voix est un peu fluette, fine, comme… J’en sais rien. Une jeune fille de mon âge. Et en même temps, elle n’est pas comme une petite fille de cinq ans. Il y a une certaine… Gravité ? Comme si elle était plus âgée qu’il n’y parait ?

En bref ? J’ai jamais entendu une telle voix avant.

… Et maintenant qu’on arrive à communiquer… On est sensé faire quoi exactement ?

-Bon euh… Par quoi on commence ? Hm ? Je demande

-Commence ?

Elle semble intriguée. Mon cerveau continu de lui-même, en total roue libre :

-Début ! Avant ! Départ ?

-Oh !

Elle s’avance vers moi.

-Moi être Fey, arbre jeune !

-Fey… Arbre jeune ?

Elle hoche la tête. Je cligne un peu des yeux.

-C’est quoi, « arbre jeune » ? Je demande

-Euh…

Elle réfléchit.

-Pas arbre vieux ? Elle répond

-… Super merci ça va m’être utile. Je soupire

Voyant mon air déçu, elle continue :

-Arbre encore en… Grandissante ?

-Euh… Pas sûr que ce mot existe…

-Moi pas encore grande ! Moi petite !

-Mais pourquoi arbre ? J’insiste

-Car moi arbre ! Elle rétorque

-Toi arbre ?

-Moi arbre.

-Tu… Es un arbre ?

-Oui !

-Avec des pensées des sentiments et tout ?

-Oui ? Elle reprend

-Et comment tu t’es retrouvé… Je commence

-Hm ?

Trop de mots compliqués pour elle… On reprend :

-Pourquoi toi être arbre avec sentiment !

-Parce que moi bénie par la déesse Chiara ?

-Ok ça devient de plus en plus bizarre.

Je me pince la joue. Mais non rien ne se passe, je ne me réveille toujours pas…

Non mais il veut pas se finir une bonne fois pour toute, ce fichu rêve ?

-Et toi, humain ? Elle demande

-Donc nous sommes bien différentes races… Fey ? Je reprends

-Oui, Fey !

Elle semble heureuse. Ça me fait sourire aussi.

-Je suis Etian ! Humain, français, auvergnat, et plutôt beau gosse ! Je me présente

Elle hésite une seconde.

-Euh… Juste Etian ?

-Pfff… Juste Etian. Je concède

On se sourit tous les deux.

-Comment toi être venu ichi ? Elle demande

-Ichi ? Oh, ici tu veux dire ? Je corrige

-Ichi ?

Je pouffe un peu.

-Bah en fait j’…

Je me coupe en pleine phrase. Est-ce que dire à une branche d’arbre qu’un incendie est peut-être un peu plus loin dans la forêt est une bonne idée ?

Non. Non, non vraiment pas.

-Je… Euh… Me suis perdu.

-Per… Du ? Elle tente

-Perdu ! Enfin, tu sais, je suis pas là ou je devrais être ! Je reprends

Elle baisse un peu la tête.

-Je pas connaître humain bien…

-J’avais remarqué merci !

Je soupire profondément.

-Je suis pas du genre à rêver d’habitude, pourquoi ça doit m’arriver, hm ?

-Mé toi parler langue montagne ! Reprend Fey

-Hein ?

Ses yeux de sèves se mettent à briller.

-Toi parler langage peuple moi ! Toi parler montagne !

-Euh… Non ? Je souffle

-Si ! Toi parler montagne avant ! Elle affirme

Minute. Quand elle a réagi tout à l’heure…

-Euh… Quand j’ai dit « ich liebe dich » ? Je demande

-Euh…

Elle semble plus confuse. Elle se serait trompée ?

-Prasque ? Que… « ich liebe dich » dire quoi ? Elle demande

-Euh…

Je cligne plusieurs fois des yeux. Est-ce que je suis obligé de lui dire ? Vraiment ?

-Ca veut dire… « Je t’aime ». Je souffle, baissant la tête

-Oh ! En montagne, « je t’aime » est « Erif kw’isch kyellerisch » !

Est-ce qu’elle n’a sérieusement pas compris, elle fait exprès, elle se fiche de moi, j’en sais rien, qu’est ce qu’il se passe exactement, est ce que j’ai dit je t’aime à un arbre parce que je ne connais pas un seul mot en allemand, au secours ?

-Toi parler prasque montagne…

-Arrête de dire prasque, ça existe pas prasque ! C’est presque ! Je corrige

-Il falloir que toi venir ! Elle ignore

-Hein ?

Elle attrape ma main, soudainement victime d’une joie retrouvée.

-Toi venir avec moi !

-Quoi ?! Hey mais je suis pas consen… WOW !!!

Je manque de tomber sous sa poigne. Bon sang, depuis quand un arbre est-il aussi fort ?

Un… Un ?

Je retire brusquement ma main. Elle se retourne, déçue.

-Quoi ? Elle fait

-Je vais venir avec toi, mais à une seule condition. J’affirme

-Quoi !

Je tousse un peu, pour m’éclaircir la voix.

-Tu es un garçon ou une fille ?

Elle… Ou il, je ne sais même plus, semble confuse. Je veux dire… A cause de sa voix, je SUPPOSE que c’est une fille, mais… J’ai pu apprendre que les garçons peuvent avoir une voix aigüe, et les filles une voix grave.

Mais Fey est confuse. Encore. Oh non…

-Moi… Pas comprendre…

-Oh Seigneur.

Je soupire.

-Toi avoir truc entre les jambes ou non ?

Elle semble encore PLUS confuse. Je commence à être agacé.

-Moi être garçon ! Toi être garçon ?

-Oh ! Je comprendre !

Elle sourit en coin.

-Moi être… Saule ?

-Saule ? J’insiste

Elle hoche la tête.

-Saule.

Je fronce les sourcils.

-Alors non seulement tu ne réponds pas du tout à ma question, mais en plus je ne crois pas me souvenir d’avoir vu des saules ici…

-Moi pas venir ici. Coupe Fey. Moi venir… Moi pas connaître mot ! Ovyv !

-Hein ? Je fais

-Là !

Elle montre vers sa droite. Elle reste une seconde, puis monte ses bras.

-Nord…

Elle les baisse.

-Sud…

Elle ramène ses bras vers la droite.

-Là !

Je fronce les sourcils.

-Là… L’est ? Je demande

-Oui !

-Tu viens… Tu viens des Alpes ?

Elle sourit, et hoche la tête.

-Et pourquoi tu es partie ? Je demande

Elle baisse la tête.

-Feu pas loin.

-Oh. Je suis désolé. Je soupire

Elle a dû partir de chez elle a cause des incendies… Même si c’est un rêve, ça me fait mal pour elle.

Elle me reprend alors la main. Je dis elle depuis tout à l’heure, mais…

-Saule… Donneur et prenant. Reprend Fey

Donneur et prenant… Garçon et fille ?

-Moi être saule prenant. Sourit Fey

Elle sourit.

-Donc tu es une fille… Enfin, c’est toi qui reçois. Enfin qui enfante.

Je m’enfonce je m’enfonce. Elle semble pas comprendre, tant mieux… Mais je me sens de moins en moins à l’aise…

-ENFIN VOILA !!! Je termine

Elle rit un peu.

-Ky kuensch vyv weuklisch fayvoierol !

Elle commence alors à avancer plus loin.

Fey…

Je la regarde plus attentivement. Elle ressemble à un arbre. Elle EST un arbre, un saule même.

Mais franchement ? J’aime bien ce rêve.

Pour une fois qu’une fille mignonne me prend la main…

2 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?