Un personnage, une histoire par

6 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Aventure / Famille

64 Shura : Pays perdu

Catégorie: G , 1987 mots
0 commentaire(s)

...

...

...

Saleté...

Espèces d’enflures...

Je vous hais... Vous m’avez mentis...

Moi qui pensais qu’Hoshido était un royaume de paix et de tolérance... Je me trompais ? Sur toute la ligne ? On m’aurait menti depuis tout ce temps ? On dirait bien...

C’est pas vrai, ce n’était que des mensonges, depuis tout ce temps... Bien. Je vais être obligé d’aller à Nohr, alors.

Quoique, à l’heure où je dis ça, je suis bien plus proche de Nohr que d’Hoshido... Bien que je me sois fait jeter il y a déjà un bon mois, je crois que j’ai été profondément choqué...

Enfin, je ne suis quand même pas forcé à aller à Monkushu. Ma situation...

...

Non, elle ne pourrait pas être pire. Je suis sans royaume, sans village, sans maison... Sans rien... Tout a été détruit...

Mais qu’est-ce que je peux y faire, à mon échelle ? Je ne peux pas reconstruire un pays entier... Et certainement pas le venger...

Je soupire. Je ne suis plus qu’un ancien ninja errant. Sans royaume. Faible, complètement faible... Lâche, inutile...

Je lâche une petite larme. Bon sang, même en marchant, je suis capable de pleurer... J’en ai marre...

Je lève la tête faiblement. Je vois d’ici les sombres forêts de Nohr. Cette ambiance pesante dans laquelle je m’apprête à entrer... Il faudra que je passe la frontière... Mais on ne devrait pas me poser trop de problème...

Ils n’ont pas intérêt. J’ai déjà trop souffert.

Premiers dragons de ce royaume, expliquez-moi... pourquoi ? Pourquoi nous faire subir une épreuve pareille ? Pourquoi nous ? Je veux une réponse, pitié, une réponse !

Nohr semble tellement... inhospitalier... Si je n’étais pas déjà un adulte, je serais terrorisé. Et même là, je ne suis pas rassuré. Heureusement pour moi, la capitale n’est pas si loin de la frontière... J’y serais dans quelques jours de marches.

J’ai de l’espoir. Et en même temps, il n’y a aucun espoir. Absolument aucun.

Je ne vais pas pouvoir faire renaitre un royaume entier. Je ne suis qu’un simple homme en cavale...

...

Et pourtant, j’espère tout de même avoir une nouvelle vie, dans ce nouveau royaume.

******************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

-P... Prenez ça, comme paiement !

-Espèce d’escroc ! Barrez-vous !

-Je vous en prie, c’est tout ce que j’ai...

-Partez d’ici, tout de suite !

Il me prend le bras, et me balance en arrière. Je suis sorti de l’auberge de force. Balancé dans la rue comme un vulgaire déchet. Mon arc suit juste derrière. Et des insultes aussi, au passage.

Je crache, peste, et me relève. Je prends aussi mon arc. Nohr, Hoshido... Ils sont tous pareils. Tous profondément égoïstes...

Je voulais juste échanger un repas chaud contre un arc ! Un arc, fabrication de Kogha, qui ne sont normalement pas des archers ! Cet arc est fait sur mesure, un cadeau de mon maitre ! Je suis si désespéré que je vends cette merveille contre rien, et on me fiche dehors ?

Trois jours, à ne presque rien manger ni boire, à dormir dans le froid et l’austèrité de ce royaume, et même à la capitale, je devrais dormir dehors ? ENCORE ???

Si ça ne tenais qu’à moi, ce vulgaire aubergiste serait déjà mort ! Espèce d’égoïste, de pourriture Nohrienne !

Je continu à pester encore quelques instants, en marchant sur les pierres grises de la capitale. Qu’est-ce que je vais faire, maintenant ? Même mon arc ne peux plus être accepté !

Comment je vais faire pour vivre, maintenant ? Comment je vais faire pour...

-Bonjour, Mademoiselle !

Je me retourne par pure curiosité. Je vois un homme, vêtu de rouge, blond, l’air arrogant, en train de parler à une jeune femme. Elle a beau lui tourner la tête, faisant virevolter ses cheveux roux, il continu à l’aborder.

-Laissez-moi ! Demande la femme

-Mais non ma belle ! J’aimerais vous connaitre un peu plus, voilà tout ! Il affirme

Elle recule jusqu’au mur le plus proche d’elle. Mais il continu de l’approcher. Trop en colère, je n’ai pas envie de la défendre. Je détourne la tête, et part plus loin.

-Je ne vous le répéterais pas... Elle tente

-Pas besoin, ma mignonne ! Coupe l’homme

Il sort un petit sac de sa poche. J’entends un titillement familier à sa sortie. Je me fige, et me retourne.

De l’argent. Un sac rempli à craquer d’argent. Mes yeux s’écarquillent. C’est impossible...

Comment... On peut avoir autant...

Je n’écoute même pas ce qu’il dit à cette pauvre femme. Je reste concentré sur l’argent. Tellement d’argent...

Puis je réalise... Il doit en avoir des caisses entières ! S’il donne si facilement un sac si rempli, alors combien de sacs il lui reste ?

Je m’évanoui presque sous cette constatation. Tant d’argent... Pour que je puisse vivre un long moment, que je puisse...

Je secoue vivement la tête. Je ne suis qu’un idiot ! Je ne vais quand même pas voler ! Je ne suis pas un voleur ! Je ne suis pas un criminel ! Je refuse de... De...

...

Mais... Avec tant d’argent... Avec encore plus... Je pourrais peut être...

Je relève la tête, mes yeux brillant soudain d’espoir. Avec autant de moyens... Je pourrais peut être... Peut-être...

Peut être demandé l’aide du roi Garon... Ou du roi Sumeragi... Pour recruter leurs armées, et... Et...

Et reconquérir Kogha ?

******************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Du feu. Partout. Mon regard ne peut l’éviter.

Des cris. Partout. Même en me bouchant les oreilles, je les entends. J’aimerais les aider, j’aimerais tellement...

Mais je m’enfui. Je suis complètement lâche. Je m’en veux, je m’en veux terriblement... Mais je ne veux pas mourir, je...

Je pleure. Je pleure infiniment. Me bouchant les oreilles. Fermant les yeux.

Mais je sens que je suis suivi. Je sens des pas derrière moi. J’entends des cris de femmes, d’enfants... Des femmes et enfants que j’ai aimés... Peut-être que j’aurai pu avoir une famille, ici ?

Au secours, premiers dragons, je vous en conjure ! Aidez-nous ! Aidez-nous ! Nous ne sommes pas assez fort, ils nous ont attaqué par surprise, nous n’avons rien pu faire...

J’ai essayé, je vous le jure... J’ai tiré plusieurs flèches, j’ai touché plusieurs personnes... Mais ils sont trop nombreux...

On m’a ordonné de m’enfuir, de partir, pour reconstruire une vie ailleurs, pour vivre... Mais comment vivre ? Comment ? Après tout... tout...

AAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!

Par pitié... Premiers dragons...

Je vous en... Supplie...

******************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

...

Je sors enfin de mes pensées.

...

Je sais quoi faire.

J’ai besoin de cet argent.

Quoi qu’il m’en coute.

******************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

Il fait nuit. Enfin nuit. Je sais exactement ce que je dois faire. Rien, non rien ne me fera reculer.

Je reconstruirais Kogha. Peut m’importe le prix, je le ferais. Voilà tout.

Je me suis enfin retrouvé une mission. Un objectif. Une raison de vivre.

J’ai suivi cet énergumène toute la journée discrètement, alors je sais où il habite. J’ai même appris son nom, Nathan. Un jour, il pourra être considéré comme l’un des reconstructeurs de Kohga... Ha, s’il savait.

Je vois la dernière lueur de la bâtisse de ternir, faiblir, et disparaitre complétement. Une si grande bâtisse... Comment a-t-il pu obtenir autant ? Je me le demande vraiment...

Enfin, je sais que c’est maintenant que je dois rentrer. Je serre les poings, soupire profondément, et commence à escalader le mur. En quête de la fenêtre.

J’ai appris deux trois choses en termes d’escalade et de discrétion... Si mon maitre m’en voyait m’en servir pour cette raison, dans quel état serait-il...

Enfin, je suis sûr qu’il me comprendrait. Il... Etait beaucoup trop bon pour ça... Il... Ne méritait pas de...

Je secoue la tête. Ce n’est pas le moment.

J’arrive finalement à la fenêtre. Elle est plutôt grande. Je vois mon ombre se refléter dans la pièce, qui n’est autre que la chambre même de Nathan.

Je retiens un vomissement de dégout en voyant qu’une seule pièce de tissu de rideaux suffirait à sauver des dizaines de gens à ka rue. Que seule cette pièce serait capable d’avoir protégé des dizaines des miens.

Mais je me retiens. Un bruit, et ce Nathan se réveillera. Et s’il se réveille... Je n’ose songer aux conséquences...

Je marche lentement dans l’immense chambre. Cherchant un coffre, un sac, n’importe quoi...

Je trouve finalement ce qui ressemble le plus à un coffre. En effet, ce n’en est pas vraiment un... On dirait plutôt une espèce de buffet fermé... A clé.

Oh... Besoin d’une clé... Evidemment.

Je prends une petite barre de fer, que j’avais trouvé dans la rue plus tôt. Je SAVAIS que j’aurai besoin de quelque chose pour crocheter une serrure. C’était tellement évident.

J’ai ailleurs pris une dague aussi. Au cas où. Je ne suis pas très doué avec, mais... Je vais compter sur l’instinct de survie !

Je crocheté la serrure doucement. Je fais, heureusement pour moi, presque aucun bruit. Je souris, sentant la réussite...

Un déclic. Bingo. J’ai réussi.

J’ouvre le buffet, et je manque de m’évanouir. Il y a... Tellement d’argent, là-dedans ! C’est incroyable !

Tellement... De richesse...

Je prends d’abord un sac. Puis un autre. Je les accroche tous les deux à ma ceinture. Et encore un autre, et un autre, et un autres !

Je me sens presque devenir riche, c’est...

-Que... Que faites-vous ici ?

Je me fige. Oh non...

-P... Partez ! Partez ou j’appelle la garde ! J’entends toujours derrière moi

Je me retourne brusquement. La peur sur mon regard doit se voir même à travers la nuit.

-Quoi ? Non, ne... Je commence

-GA... Tente Nathan

-NON !!!

Par réflexe, je cours vers lui, sort ma dague, et... L’abat immédiatement. Ce n’est pas long, il n’a pas souffert. Sa veine du cou est tranchée, il n’a pas eu le temps d’appeler sa garde.

Mais moi... Je laisse retomber la petite dague, que je gardais sur moi, par pure paranoïa.

Je regarde ce corps devant moi. Je... Je porte mes mains à ka bouche. Je ne veux pas y croire... C’est impossible... Je viens de... De...

...

...

...

Je lâche une larme. Pardonne-moi, dans l’au-delà... Mais je sais que tu comprendras, un jour.

J’entends des bruits de pas derrière la porte. Armé de ma dizaine de sac s’argent, je m’enfuis par la fenêtre. Et cours, le plus loin possible. Quelques larmes coulent tous de même.

Je suis infiniment désolé, crois-moi... Hélas, tu es mort, et je ne peux rien y faire...

Et, même si je suis en pleur, même si je viens de tuer un innocent qui ne voulait que se protéger...

...

Rien, je dis bien rien, ne m’empêchera de sauver Kohga.

Un peu de patience... Un tout petit peu de patience...

Je te sauverais, mon royaume.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?