Game of Thrones : Fire and Ice. par

5 vote(s) de lecteurs, moyenne=6/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Fantasy

5 Game of Thrones Fire and Ice : Chapitre 4 Sansa Stark.

Catégorie: T , 2874 mots
1 commentaire(s)

CHAPITRE NUMERO QUATRE : SANSA STARK.


« Impossible ! »


   Ce simple mot résonna dans le silence qui régnait alors dans la grande salle suite à la déclaration qu’elle venait d’entendre. Rapidement les murs en absorbèrent le moindre écho. C’était un terme simple qui, pour Sansa, produisait l’effet que non, ce qu’elle venait d’apprendre était faux, que la vie resterait comme avant et que cette terrible vérité qu’on venait de proclamer ne pouvait pas tout chambouler, tout remettre en question. Jon Snow était un Targaryen.


« Impossible, répéta la jeune femme, cherchant toujours à échapper à cette révélation. »


   Elle chercha du soutien auprès de sa jeune sœur Arya. Loin de l’aider, la cadette arborait déjà une expression neutre, passé l’éclat de stupéfaction que la déclaration de Bran lui avait également causée. Ce qu’elle pouvait en penser dès à présent, Sansa eut bien été incapable de le dire tant Arya ne laissait rien filtrer de ses émotions ni de ses pensées intimes.

   La Lady de Winterfell toisa donc les deux hommes présents. Il y avait Samwell Tarly, un jeune homme costaud et ami de Jon, et comme elle l’avait noté, passablement timide en sa présence. C’était un frère juré de la Garde de Nuit et sa présence à Winterfell s’expliquait surtout par son désir de venir apporter son aide à Jon contre l’armée des morts.


« Aegon, il s’appelle Aegon Targaryen et non Jon Snow, se rectifia-t-elle mentalement. »


   Sam gardait la tête baissée. Il paraissait ressentir de la honte ou de la culpabilité, elle n’aurait su le dire, d’être des deux individus à avoir colporté l’information sur la réelle origine de Jon.

   Le veilleur de la Garde de Nuit se refusait à fixer les deux sœurs Stark et seuls ses pieds paraissaient témoigner d’un intérêt démesuré. Qu’à cela ne tienne, il finirait bien par reprendre le fil de la conversation. Soudain la voix d'Arya retentit.


« Vous dites que Jon est le fils de notre tante Lyanna et de Rhaegar Targaryen, débuta sa petite sœur en s’adressant à Bran et Sam en même temps. Et qu’il se nomme en réalité Aegon Targaryen. Comment serait-ce possible ? »


   Sansa approuva silencieusement, ravie que sa sœur ait posé cette question. Après tout, Bran et Sam ne pouvaient qu’avoir tort. Tout le monde connaissait l’histoire. Rhaegar qui avait kidnappé puis violé leur tante avant de la laisser mourir dans une tour à Dorne. Quand bien même Jon devait s’avérer être le fils de Lyanna alors son nom réel deviendrait dès à présent Sand en lieu et place de Snow puisque Jon était né dans ces terres lointaines. Jamais il n’aurait pu devenir un Targaryen dans de telles conditions.

   Si véritablement Jon avait été le fruit d’un amour sincère, et non d’un viol comme le voulait la version officielle du sort réservé à Lyanna Stark, pourquoi donc leur père l’aurait-il dissimulé à la face du monde durant toutes ces années ? Pourquoi ne s’en serait-il pas ouvert auprès de leur mère, Catelyn ? Sansa ne se souvenait que trop bien de la haine que cette dernière vouait à Jon qui lui faisait se remémorer que son mari Eddard ait pu aimer une autre femme. Une rancœur qui finalement s’avérait être totalement imméritée. Sauf que Ned n’avait jamais parlé, s’étant tu toute sa vie sur un secret qui devait lui peser sur les épaules. Cela n’avait aucun sens. A ses yeux, la vérité paraissait bien plus simple. Honteux du sort de sa sœur, son père avait décidé de faire passer Jon comme son propre fils plutôt que le fruit des tourments de Lyanna auprès du terrible Rhaegar Targaryen.

   C’est Bran, qui de sa voie atone et de son air impassible, lui apporta des éléments de réponse.


« Notre père savait que le roi Robert aurait tué Jon dès l’instant où il aurait découvert qui était réellement ce dernier. Père ne pouvait pas se permettre de perdre l’enfant de sa sœur juste après avoir perdu cette dernière. Père a toujours été proche de Lyanna. Il tint donc la promesse qu’il lui avait faite et ce pendant toutes ces années, cachant même la vérité sur ce qu’il savait auprès de mère. »


   Sansa sentit un élément d’amour pour son père. Il aimait sa famille et était un homme qui avait su préserver son honneur. Elle regrettait toutefois que sa mère soit restée dans l’ignorance. Ne pouvant rien changer quant à ce fait, elle se tourna vers Sam, décidant de s’adresser à ce dernier en employant son ton autoritaire de Lady de Winterfell.


« Vous dites détenir une preuve irréfutable de ce que vous avancez. Pouvez-vous nous la produire ? »


   Sam adressa un coup d’œil à Bran, paraissant chercher l’approbation de ce dernier. Bran se contenta d’un simple hochement de la tête tout en continuant de toiser Sansa et ce sans ciller un instant. Sansa préféra ne pas croiser son regard, malgré l’aide précieuse que son frère lui avait apporté pour faire tomber Littlefinger, elle le craignait encore puisqu’elle avait le sentiment de ne rien pouvoir lui cacher, qu’à chaque instant Bran avait accès à tout ce qu’elle avait vécu, tout ce qu’elle avait fait depuis sa plus tendre enfance.

   Dans le même temps Sam sorti un vieux journal de sous son épais manteau de fourrure noire. Le cuir usé du carnet témoignait de son ancienneté. D’un geste vif, et avant qu’elle n’ait seulement eu elle-même l’idée de vouloir le prendre, Sansa vit Arya s’emparer de l’objet puis de s’éloigner dans son coin, commençant déjà à tourner les premières pages en vue de découvrir le passage concernant le témoignage quant à la filiation de Jon.


« Rhaegar a répudié Elia Martel, débuta Sam comme s’il récitait une leçon apprise par cœur. Suite à quoi, et dans le plus grand secret, il épousa Lyanna. Seul le Grand Septon Maynard est au courant pour cette union puisque ce fut lui qui officia pour les marier. »


   Sansa était loin d’être convaincue.


« Cela pouvait tout aussi bien être un mariage forcé, rétorqua-t-elle, coutumière du fait. »


   En effet, ses deux propres unions n’avaient en aucun cas été le reflet d’un amour sincère. Il y avait d’abord eu Lord Tyrion de la maison Lannister. Le seigneur s’était montré galant et attentionné à son encontre, la protégeant souvent des griffes du roi Joffrey. Malgré tout il n’y avait pas d’amour entre eux. Comment cela aurait-il pu être le cas ? Car quand bien même Tyrion n’avait pas choisi sa famille, il n’en demeurait pas moins qu’il appartenait à cette dernière et pour Sansa il était inconcevable de se lier à quelqu’un dont les proches avaient fomenté la mort de son père Ned ainsi que celles de son frère Robb et de sa mère Catelyn. Lord Baelish avait beau avoir œuvré de manigances et autres stratagèmes pour que la guerre entre les deux grandes maisons éclate, les Lannister avaient tout de même grandement contribué pour anéantir près de la moitié des Stark.


« Mais ils n’auront plus l’occasion d’y parvenir, se fit-elle silencieusement la promesse. »


   Quant à Tyrion aurait-il été le plus bel homme de Westeros que ce fait n’aurait en rien changé ses sentiments pour ce dernier. Non il n’y avait pas la moindre attirance et il n’y en aurait jamais eu.

   Peu après, Lord Baelish, qui avait également intrigué dans le meurtre de Joffrey et lui avait permit d’échapper à Port-Réal et à Cersei, l’avait mené droit au Nord où après un bref séjour chez sa tante Lysa Aryn et la mort de celle-ci, toujours sous l’action de Petyr, Littlefinger l’avait accompagné à la rencontre de son second mari, Ramsay Bolton.

   Sansa savait pertinemment que les Bolton avaient une grande part de responsabilité dans ce que tout le monde appelait les tristement célèbres : « Noces Pourpres ». Elle n’en épousa pas moins Ramsay et il ne lui fallu guère longtemps pour découvrir le monstre qui sommeillait chez ce dernier. Cet horrible homme l’avait humilié en la violant chaque nuit et qui avait l’audace de lui affirmer que c’était là le témoignage de l’amour qu’un homme devait montrer à une femme. Ramsay connu également pour appréciait torturer les gens, notamment cette vieille femme qui avait tenu à l’aider à s’échapper de ce calvaire dans lequel Littlefinger, décidément elle était heureuse de ne plus l’avoir à ses côtés pour lui susurrer des choses à l’oreille, l’avait plongé.

   Sans l’aide de Theon Greyjoy, lui-même victime des tourments de Ramsay, Sansa n’aurait probablement jamais échappé à l’horrible trépas que Ramsay lui aurait prodigué quand elle lui aurait donné un héritier ou encore entre les mains tout autant perverses de sa maîtresse bien que cette dernière l’eut accompli sans le concours de Theon leur donnant par la suite la possibilité de s’enfuir.

   Ramsay n’était plus à présent, dévoré par ses propres molosses. Une vision que la Lady de Winterfell revivait parfois, non sans un frisson de délectation.

   De fait, au travers de l’horreur de ce qu’elle avait personnellement vécu, de par ses expériences avec les hommes et de l’histoire de ce qu’il était advenu à sa tante Lyanna plusieurs années auparavant, Sansa refusait toujours d’accorder du crédit à cette vérité comme quoi le prince Rhaegar et Lyanna aient pu être amoureux et que de cette relation soit né Jon.


               ********************


« Après que Sam m’eut apporté le contenu du journal, débuta Bran de sa voix sans émotion, j’ai pu me rendre dans le passé et assister à leur mariage, conclu-t-il aussi banalement que s’il venait de lui dire qu’à l’extérieur il venait de neiger. Je peux vous garantir que notre tante et Rhaegar se sont véritablement aimés. Jon est bel et bien un Targaryen avec tout ce que cette information implique. »


   Arya paru ne pas comprendre le sens de cette affirmation. Un doigt dans le carné usé en guise de marque page, les sourcils froncés et oubliant pour un temps son côté imperturbable.


« Que veux-tu dire par là ? »


   Mais Sansa l’avait compris dès le début, bien avant d’avoir à croire en cette vérité dissimulée au monde depuis tellement de temps.


« Jon est l’héritier du Trône de Fer. »


   Arya sembla perplexe durant une fraction de seconde et fit la seule chose que lui dicta sa conscience pour faire face à cette nouvelle révélation, c’est-à-dire aborder une expression neutre tout en se repliant sur elle-même et de ne rien partager sur ses ressentis. Sansa préféra ne pas s’en préoccuper, Bran retenant toute son attention.


« Pourquoi nous avoir dit tout ça à nous, le questionna-t-elle. Jon est le principal intéressé, c’est à lui qu’il aurait fallu en parler le premier.

-Je crois que vous êtes en droit de le savoir, affirma Bran. Vous êtes de sa famille et vous devez être présentes à ses côtés pour l’aider à accepter qui il est réellement.

-Il n’est pas notre frère. Il est un Targaryen. Comment pouvons-nous… . »


   Ce fut une voix hargneuse qui s’empressa de lui répondre.


« Jon est NOTRE frère. »


   Bien malgré elle, Arya n’avait pu réfréner sa colère suite aux propos que Sansa venait de tenir. La Lady connaissait les secrets de sa sœur, notamment son séjour à Braavos et sa formation auprès des Sans-Visage, elle évita donc soigneusement d’envenimer la situation. De plus la main que sa sœur avait posée sur la garde de son poignard en acier Valyrien lui rappela la façon dont elle avait tranché la gorge de Littlefinger avec cette arme.


« Il a été élevé par notre père et il restera à jamais notre frère qui qu’il puisse être réellement, continua Arya toujours véhémente.

-Oui, concéda Sansa bien malgré elle. »


   Non Jon ne l’était pas. Ne l’avait jamais été. Pas à part entière tout du moins du fait de sa prétendue bâtardise. Et il l’était encore moins à présent. Jon était leur cousin. Et en tant que Targaryen il ne disposait d’aucune prétention quant à gouverner le Nord. Sansa s’en voulu aussitôt pour cette pensée mesquine. A son corps défendant, cette réflexion due transparaître sur son visage car d’un ton haineux Arya s’adressa à elle tout en s’approchant dangereusement.


« Peu importe qui sont ses véritables parents, ce qu’il est pour nous demeure inchangé. Souviens-toi des paroles de père : « Le loup solitaire meurt mais la meute survit ». Jon est un Stark par notre tante, il fait partie de la meute, notre Meute, notre Famille. »


   Sansa ne l’avait pas vu aussi véhémente depuis bien longtemps, même lorsqu'Arya avait témoigné sa colère quant à la « trahison » dont elle l’accusait à l’encontre de leur famille suite à une missive qu’elle avait envoyé des années plus tôt sous la conduite de Cersei.

   A bien y réfléchir, cette réflexion ne la surprenait pas vraiment. Effectivement Arya avait toujours été la plus proche de Jon, plus proche qu’aucun des autres membres de sa fratrie. Il suffisait de les avoir vus ensembles pour s’en rendre compte. Sansa essaya de visionner la réaction qu’aurait sa sœur lorsque Jon reviendrait à Winterfell. Malgré tout elle ne put y parvenir. Arya avait changé depuis et Sansa n’aurait su la représenter se laisser aller à trop dévoiler des émotions qui pourraient la rendre plus fragile aux yeux du monde.

   Bran reprit la parole, l’obligeant à se concentrer sur l’instant présent.


« Jon est le feu et la glace. Tout à la fois Targaryen et Stark. En acceptant cette vérité il pourra apporter beaucoup dans la guerre à venir.

-Comment, voulu savoir Sansa. »


   Bran ne lui répondit pas, gardant ses secrets pour lui. Au lieu de quoi il aborda le nœud du problème.


« Vous devez aider Jon à admettre qui il est, Aegon Targaryen. Surtout, et le plus important, de le faire accepter en tant que tel par l’ensemble des autres seigneurs du Nord qui pourraient vouloir répudier leur allégeance en le découvrant de manière inopportune. Ce serait là une mauvaise chose d’autant que l’ennemi n’a de cesse d’approcher. »


   Sansa opina silencieusement du chef, bien consciente qu’il s’agissait là d’une tâche particulièrement ardue qui les attendait. Toutefois elle se sentait capable de relever ce défi. Les seigneurs l’écouteraient, elle en était certaine.


   En revanche elle se voyait mal à devoir rapporter directement la nouvelle à Jon quant à ses origines. Malgré tout ce n’était pas vraiment la réaction de Jon qu’elle appréhendait. Bon peut-être en partie. Non, c’était celle de Daenerys Targaryen, qui pour ce qu’en savait Sansa, avait passé toute sa vie durant à trouver le moyen de récupérer le Trône de Fer perdu par sa famille des années plus tôt. Si cette femme découvrait que Jon était un Targaryen elle le verrait désormais comme un obstacle qui se dresserait entre elle et son objectif de toujours puisque Jon posséderait davantage de légitimité. Avec une inquiétude sans cesse croissante, Sansa se prit à espérer que tout se déroule pour le mieux alors que Daenerys et ses terribles dragons s’apprêter à arriver à Winterfell.





1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?