Mad Love (Jerome Valeska) par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Préquelle / Drame / Amitié

17 L'Oiseau de Minuit

Catégorie: T , 2302 mots
0 commentaire(s)

Kaysha menait désormais son propre numéro, impressionnant tout le public en émoi devant sa prestation incroyable. Le premier jour de sa représentation, Kaysha s’angoissait seule dans le cirque, du côté des artistes.  

-         Je vais jamais y arriver, se murmurait-elle.

Elle tournait en rond, une veste par-dessus son maillot de danseuse.

-         Si je tombe… conjecturait-elle. Ou si j’attrape mal mes cordes…

Quelqu’un se racla la gorge derrière elle, et la jeune femme se retourna brusquement pour trouver Jérôme. Elle lâcha un soupir de soulagement en se précipitant vers lui.

-         Jérôme !

Il posa une main sur son épaule.

-         Alors, prête, l’artiste ?

-         J’ai tellement peur ! s’exclama-t-elle en lui tourna le dos, avec des mouvements anxieux de ses membres.

Elle fit quelques pas et revint vers lui.

-         Regarde comme je tremble ! s’écria-t-elle. Je vais jamais y arriver ! et mon père… enchaina-t-elle sans arriver à s’arrêter de parler. Mon père… il me hait encore plus, et je sais pas si j’ai bien fait ! et pourtant, j’adore tellement ce que je fais !

Elle marchait, ainsi soucieuse. Jérôme s’approcha d’elle avec un petit rire amusé. Il la maintint en face de lui.

-         Tant pis pour ton père, dit-il. Tu es magnifique comme ça, et tu vas tous les impressionner, parce que je sais que tu seras la meilleure ce soir. Lorsque Haly dira ton nom, tu entreras en scène, et tu montreras à ton père et à tout le monde que tu es la meilleure.

A ces mots, Kaysha s’apaisa quelque peu. Ils ne faisaient pas attention au reste des artistes.

-         Mesdames et Messieurs ! reprit Jérôme. Je vous prie d’accueillir avec vos plus beaux applaudissements la merveilleuse, la talentueuse, Kaysha Wade qui va, sous vos yeux ébahis, vous montrer comment voler devient possible !

Kaysha ne pu s’empêcher de rire nerveusement. Elle regardait Jérôme avec gratitude, puis sursauta soudainement.

-         C’est à moi dans deux minutes ! s’exclama-t-elle. Elle passa son regard discrètement pour voir où en était le numéro avec la présentation des tigres. Souhaite-moi bonne chance ! dit-elle à Jérôme en enlevant sa veste rapidement, avec un sourire crispé.

Il lui prit son visage dans ses mains, qu’il posa ensuite au dessus de ses clavicules.

-         Tu seras excellente.

Il lui laissa un baiser sur le front, elle sourit brièvement, et elle s’en alla pour se poser derrière le rideau des artistes. Jérôme la regardait, ainsi de dos. Il fit le tour du chapiteau, et s’assit sur les sièges spectateurs pour voir son entrée. Après la pénombre, la piste s’illumina pour laisser place à Haly et sa bedaine proéminente.

-         Et, pour la suite de ce spectacle, je vous prie d’adresser vos applaudissements à notre nouvelle recrue…

« Nouvelle recrue », quel mensonge. Et quel surnom dégradant.

-         … L’Oiseau de Minuit…

Quelle appellation sublime, pour le plus splendide des oiseaux.

-         … Kaysha Wade, qui va, sans plus attendre, vous présenter son numéro de cordes volantes ! Offrez-lui une chaleureuse entrée !

Haly disparut de la scène. La pénombre se fit une nouvelle fois, et au milieu de la piste, au même endroit où se trouvait Haly, une pâle lumière bleutée s’alluma soudainement. Deux cordes blanches, ressemblant plus à des draps coupés en longueurs, pendaient depuis le plafond, et le silence se fit immédiatement dans la salle. Un silence qui n’était pas pesant, mais incroyablement volatile et agréable. Les rideaux se levèrent, et Kaysha, la tête légèrement baissée, avançait avec grâce et lenteur. D’une souplesse qui n’épargnait aucune partie son corps, elle fit quelques pas de danse, se tenant sur un pied et balançant tout son poids en avant, les bras au dessus de sa tête. Tout son corps se courbait, dans des positions incroyables. Elle ondulait son corps, aussi facilement que des serpents glissaient sur le sol, soulevant imperceptiblement la poussière. Elle envoûtait les hommes et les femmes, et bien plus le regard de Jérôme. La danse n’avait aucunement besoin d’accompagnement musical, ses gestes étaient une chanson inaudible et assourdissante. Quel charme elle opérait alors, sur tous les yeux.

Kaysha se déplaça harmonieusement jusqu’à ses cordes. Elle entoura ses avant-bras dessus, et se hissa, avec on ne savait quelle force. Son corps s’éleva sensiblement dans l’air, comme un oiseau cette fois-ci, laissant le serpent au sol. Elle arriva en haut du chapiteau en un rien de temps, tournoyant sur elle-même, elle volait, sous les yeux ébahis de tous. Le cœur de Jérôme s’arrêta, et les exclamations surprises fusèrent, lorsqu’elle se laissa tomber sur de longs mètres avant de se laisser retenir par la corde qu’elle avait solidement accroché à son bras et à son poignet. Un léger sourire se dessina sur la bouche du rouquin, soulagé que rien ne lui soit arrivé. Après plusieurs minutes de voltige irréelle, Kaysha descendit très lentement, contractant chacun des muscles de son corps. Elle tourna sur elle-même, ramenant ses hanches au dessus de sa tête, maintenant les deux cordes parallèlement dans ses mains, et posa ses pieds sur le sol. Elle lâcha les cordes qui l’encadraient, croisa ses jambes dans un mouvement agile, et offrit au public une révérence majestueuse, levant ses mains avec élégance au dessus de sa tête pour les rabattre dans l’air. A cet instant, l’unique lumière du centre s’éteignit, et tous se levèrent pour acclamer la jeune femme qui était alors invisible.

Jérôme ne put se lever pendant plusieurs secondes, encore subjugué. Il finit par refaire le tour du chapiteau, et trouver Kaysha qui attendait dehors, sa veste sur les épaules, le regard emplit de réflexion. Elle avait enfilé des bottines larges, qu’elle n’avait pas prit la peine de lacer.

-         Jérôme ! appela-t-elle en le voyant arriver.

Elle marcha en sa direction, et elle s’effondra dans ses bras. La tenant tout contre lui, il la serra avec un force mesurée.

-         Comment j’ai été ? s’enquit-elle en se détachant de lui.

Il ne répondit pas tout de suite, et laissa s’écouler quelques secondes en souriant.

-         C’était mauvais ? demanda-t-elle avec inquiétude.

Il lui prit une nouvelle fois sa tête dans ses mains, entourant ses oreilles de ses doigts. Il plongea ses yeux dans les siens.

-         Tu as été extraordinaire.

-         C’est vrai ? voulut-elle se rassurer.

-         Est-ce que tu les as entendus ? ils n’en respiraient plus ! Ils se sont levés pour toi, on a tous cru que nos cœurs allaient s’arrêter ! Et puis, waw ! cette façon que t’as eu de tomber dans le vide ! Et cette danse… cette danse ! Et comment tu courbais ton corps, j’ai jamais vu ça ! C’était juste… juste… waw ! s’exclama-t-il une nouvelle fois.

Elle se mit à rire, laissant sortir toute la nervosité qui l’avait abrité depuis longtemps. Elle ouvrit ses bras, ne sachant vraiment pourquoi, et Jérôme en profita pour attraper sa taille, la soulever, et faire un tour sur lui-même. Elle rit aux éclats en sentait l’air tournoyer à ses oreilles, et en voyant la terre tourner autour d’elle. Il la reposa au sol.

Jérôme, qui était en face du chapiteau, vit que Christopher les regardait. Il s’arrêta brusquement de sourire. Le remarquant, Kaysha tourna la tête, pour voir ce qui se trouvait derrière elle. Elle la fit revenir vers Jérôme avec un haussement d’épaules.

-         Il y a un problème ? demanda le jeune homme.

Elle eut un petit rire embarrassé.

-         Il croit que… il croit que tu m’as fait du… mal. La dernière fois.

Il fronça les sourcils. Il n’était pas sur. Leur baiser remontait à cinq mois environs.

-         Tu parles de… du jour où… enfin… ?

-         Oui, répondit-elle.

-         Mais je… j’ai rien fait, jamais je te ferai du mal Kaysha, tu le sais…

Elle le coupa d’un mouvement léger de la main.

-         Je sais, je sais, Rouquin, le rassura-t-elle. Je sais même pourquoi il s’inquiète, d’ailleurs. Il a jamais été protecteur ou je sais pas quoi. C’est complètement idiot. Je me suis toujours protégée toute seule, et je m’en suis plutôt bien sortie.

Il regardait Kaysha parler, mais ce qu’elle avait dit n’arriva pas jusqu’à son cerveau. Il était resté sur ce qu’il lui avait assuré. « Jamais je te ferai du mal, Kaysha ». Il avait cette étrange sensation d’avoir menti, en se souvenant de la violence dont il faisait preuve dans ses rêves auxquels il évitait de penser. Rêves qui le dévoraient depuis qu’il avait embrassé la jeune femme. Il se voyait la prendre, soulever son petit corps aux allures de garçons et aux courbes féminines. Peu importe l’endroit où ils se trouvaient, mais il finissait toujours par l’allonger sur le dos, pour se placer au dessus d’elle. Parfois il la jetait littéralement, l’obligeait à obéir à ses désirs puissants. Elle criait, sans qu’il ne puisse l’entendre, suppliait sans qu’il ne l’écoute. Il se sentait frémir, comme si tout était vrai. Et il se réveillait brusquement, avec ce désir qui lui détruisait le bas du ventre, la respiration rapide, et les sens incertains.

Il releva les yeux pour regarder par-dessus les épaules de Kaysha, et ne vit plus Christopher.

-         Il est parti, la coupa-t-il.

Elle vérifia à son tour. Elle sortit un bâtonnet blanc et orange de sa poche, pour le porter à sa bouche.

-         Tu fumes encore ce truc ? s’étonna Jérôme.

-         Ça m’arrive, répondit-elle en allumant la cigarette.

Elle en avala une bouffée. Jérôme la lui arracha de la bouche, et fit de même. Il s’étouffa quelques instants, peu habitué à la fumée. Les adolescents partagèrent la cigarette en silence. Au bout de longues minutes, après que les numéros se soient enchainés, Kaysha dû retourner avec les artistes pour saluer le public. Elle embrassa Jérôme sur la joue, et le laissa seul dans la nuit noire du Tennessee.

Il aimait la nuit, entourée de ses étoiles et de sa lune blanche. Il laissa Kaysha s’éloigner, en écrasant la seconde cigarette qu’ils avaient fumée. Il se gratta le derrière de la tête, et shoota dans une pierre en soulevant un nuage de poussière. Il entendit les applaudissements, accompagnés des exclamations des spectateurs et de Haly dans son micro. Il aurait tout donné pour être sur la piste à ce moment-là. 


Coucou tout le monde ! Bonne année déjà :3 Je vous souhaite plein d'inspiration pour vos oeuvres à venir ! xD

Quelques mots rapides sur le chapitre : j'avais vraiment envie d'en faire un sur Kaysha, comment elle évoluait elle aussi au milieu de tout ça. Et puis un peu comment elle pouvait elle aussi compter sur Jérôme. J'aime beaucoup la description, et faire celle de sa prestation m'a beaucoup plu :3 les lumières, les mouvement de son corps, l'utilisation de l'espace :3

Enfin voilà ! J'espère que le chapitre vous aura plu, bien qu'il ne soit pas rempli de rebondissements xD

Le site étant resté indisponible un bon moment de mon côté, le prochain chapitre ne devrait pas arriver hyper tardivement :')

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?