Le Corbeau. Saison 1 par

8 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 1 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Suspense / Action

31 XVII Poursuite à Beauxbâtons

Catégorie: M
0 commentaire(s)

CHAPITRE XVII : POURSUITE A BEAUXBÂTONS

 

Un corbeau entra par une lucarne brisée et tourna autour de la tête d’Hargus. Ce dernier tendit sa baguette et tenta de stupéfixer le volatile en plein vol. Il le rata plusieurs fois, ne faisant qu’éclater des fioles vides. Le corbeau poussa un croassement strident et fonça sur le ravisseur. Un dernier éclair rouge frôla les plumes de jais. Le corbeau se changea en un homme. Un homme au regard vide qui lui percuta la mâchoire d’un violent coup de pied. Hargus s’étala de tout son long sur le sol.

            Pierrick se tourna vers Thomas et le libéra d’un coup de baguette.

« Ça va ? demanda Pierrick en se tournant de nouveau vers Hargus pour garder un œil sur lui.

-Oui, répondit Thomas. Ce mec est complètement fou, il dit qu’il est le mal. Je ne crois pas qu’il soit mangemort. C’est juste un malade.

-Que voulait-il ?

-Il voulait ressusciter son frère. Je ne sais pas exactement comment. Tout ce que j’ai compris c’est qu’il avait besoin de Laura pour ça. Pour le porter qu’il a dit. Il étudiait ce feuillet.

-Le reste du dossier dont nous avions la première page. »

Pierrick s’approcha du bureau où était posé le feuillet. Au moment où il allait le prendre, le dossier s’envola pour venir se loger dans la main d’Hargus. L’étudiant s’était relevé. Il jeta un sortilège vers les combles, provoquant un éboulement. Les réflexes de Pierrick lui permirent d’empêcher les débris de toucher Laura et Hans mais Hargus en profita pour s’enfuir en courant. Le chasseur déposa les débris en tas loin des adolescents.

« Occupe-toi d’eux, ordonna t-il à Thomas en se lançant à la poursuite d’Hargus. »

            Thomas détacha Laura et la réveilla avec le sortilège Enervatum. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle découvrit le professeur penché sur elle.

« Où suis-je ? fit-elle. Où est Hargus ?

-Tout va bien mademoiselle Jiraud, rassura Thomas. Il est parti et va bientôt être arrêté.

-Tho…Professeur Radus ? Comment nous avez-vous retrouvé ?

-J’ai vu Hargus vous agressé et j’ai essayé de m’interposer. Mais il m’a eu aussi. Heureusement, Pierrick est arrivé.

-Pierrick ?

-Le professeur Dochal, c’est en fait un chasseur infiltré.

-Le professeur Dochal ? Un chasseur ? Et Hans ?

-J’allais le réveiller. »

Thomas détacha l’adolescent et le réveilla. Il ouvrit les yeux sur le magnifique sourire de Laura. Mais à mesure que ses esprits lui revenaient, il se souvint. Il chercha sa baguette dans sa poche mais elle n’y était plus. Il regarda de tous les côtés.

« Où est Hargus ? s’écria t-il. Qu’est-ce qu’il a fait ?

-Du calme Hans, calma Laura. Il n’a rien eu le temps de faire.

-Vous lui expliquerez tout mademoiselle Jiraud, dit Thomas. Je dois aller aider Pierrick.

-Qui ? »

            Thomas sortit en trombe du pigeonnier. Laura répéta le peu que lui avait dit Thomas en la réveillant.

« Ainsi donc, le professeur Dochal est un chasseur, répéta t-il. Le professeur Radus a voulut nous protéger. Tu ne lui as toujours pas dit que tu sais qui il est je parie.

-Non, mais maintenant je suis sûre qu’il ne veut que me protéger. Je vais lui parler dés que l’occasion se présentera. »

Hans étreignit sa petite amie.

 

            Hargus courait dans les couloirs. Les autres élèves se retournaient sur son passage, certains l’évitant de justesse. Lorsqu’il ne pouvait éviter le choc, Hargus passait en force l’épaule en avant, s’attirant des insultes de ses condisciples. Mais il ne pouvait s’arrêter. Il savait qu’il était suivi. Il regarda par-dessus son épaule et vit que le chasseur se rapprochait. Il devait s’en débarrasser rapidement.

            Hargus s’arrêta pour faire face à son poursuivant. Sa baguette prête à agir, il attendait le bon moment.

« Avada Kedavra ! »

L’éclair vert du sortilège mortel fusa vers le chasseur sous les yeux ébahis des autres élèves.

« Protego. »

Le bouclier bloqua le sortilège. Hargus visa un élève et réitéra son sortilège de mort. Pierrick se projeta en avant pour plaquer l’élève au sol. L’éclair vert ne rencontra que le mur mais Hargus en profita pour reprendre sa course effrénée.

            Sans rien dire, Pierrick se releva et se relança à la poursuite d’Hargus. En passant dans un couloir du quatrième étage ouvert sur le parc, Hargus tendit sa baguette vers une Angelina Armose qui discutait tranquillement avec Frédéric Gono. La jeune fille bascula au dessus du garde-fou et tomba dans le vide, arrachant des cris de frayeur à ses condisciples. Le sang de Pierrick ne fit qu’un tour, il sauta dans le vide, son regard sombre croisant celui effrayé de la jeune fille durant une seconde, des yeux qui hurlaient qu’elle ne voulait pas mourir. Il se transforma en corbeau pour plonger vers le sol, les ailes repliées contre son corps. Il dépassa Angelina et se posa au sol en forme humaine. Il tendit sa baguette et arrêta la chute de l’adolescente, à peine à deux mètres de la pelouse. Il la reposa délicatement sur le sol. Angelina resta sans voix ni réactions durant quelques instants. Puis comme se réveillant soudainement, elle voulut remercier son sauveur. Mais quand elle se tourna vers lui, il était déjà reparti.

            Frédéric Gono vint aider sa cousine à se relever. La jeune fille cherchait encore le Corbeau des yeux.

« Tu n’as rien ? demanda son cousin.

-Ça va, fit-elle sans le regarder. Grâce au professeur Dochal.

-Je ne savais pas qu’il était animagus. Et quel sang froid ! Il n’a pas hésité une seconde ! Par contre je me demande pourquoi Hargus t’as poussé et pourquoi Dochal le poursuit.

-Moi aussi. »

Elle avait dit ces derniers mots sans y penser. D’autres pensées, d’autres émotions obnubilaient son esprit. Cette chaleur. C’était la première fois qu’une telle chaleur se répandait dans son corps. Même ses plus puissants orgasmes ne lui avaient procuré autant de chaleur. Elle se sentait bizarre. Elle repensa à cet homme qui l’avait sauvée. Et un léger sourire se dessina sur son visage. Pas son sourire habituel. Un sourire chargé d’un sentiment nouveau pour elle. Son cœur battait plus fort que jamais et elle savait au fond d’elle-même que sa chute du quatrième étage n’y était pour rien. C’était une autre chute. Elle était tombée autrement.

 

            Hargus avait passé les portes du palais en trombe. Il regardait régulièrement derrière lui. Le chasseur n’était plus derrière lui. Il avait réussi. Il avait le dossier, il pourrait atteindre son but hors de l’Académie, en se cachant. Mais alors qu’il réfléchissait à un endroit où se cacher, il ne vit pas l’aigle brun lui foncer dessus. Le rapace le renversa au sol et resta au dessus de lui en battant des ailes, les serres en avant. Hargus se protégea instinctivement les yeux. L’aigle en profita pour se saisir du feuillet et s’envoler. Hargus, impuissant, suivi l’oiseau des yeux. Il allait vers le stade de Quidditch tout proche. Il lâcha le dossier qui fut rattrapé par une silhouette encapée se dressant sur le toit recouvrant les gradins.

            Hargus n’était pas le seul à avoir assisté à l’attaque du rapace. Thomas et Pierrick était arrivé à ce moment là et ne comprenait pas ce qui se passait. Qui était cet inconnu ? Pierrick vit que Hargus s’était relevé et s’était remis à courir mais cette fois-ci en direction du stade. Ce dossier devait être précieux pour lui et il voulait sûrement le récupérer. Alors il fallait le reprendre à cet inconnu.

« Thomas, occupe toi de cet homme, ordonna Pierrick. Il nous faut ce dossier. Je m’occupe d’Hargus.

-Compte sur moi. »

            Les yeux dorés, Thomas s’élança vers le stade et grimpa le mur avec une facilité et une rapidité inhumaine. Il se retrouva face à l’inconnu qui semblait l’attendre. Il était habillé d’une cape grise, un chapeau marron style cow-boy enfoncé sur sa tête, un foulard noir lui masquait le visage dont on ne voyait que les yeux marron. L’inconnu tenait encore dans sa main le feuillet. Il le rangea sous sa cape.

« Qui es-tu ? lança Thomas. »

L’inconnu ne répondit pas. Il se contenta de faire un léger signe de la main en signe d’au revoir, se retourna et se mit à courir sur le toit. Thomas se lança à sa poursuite. Malgré ses pouvoirs dragoniars, il ne parvenait pas à le rattraper. Il tendit la main, un éclair rouge fusa vers le fuyard mais le rata de peu, tombant à ses pieds. Le sortilège raté eut pour effet de forcer l’inconnu à s’arrêter. Il se tourna vers le dragoniar en portant une main sous sa cape. Il la ressortit, tenant un pistolet. La détonation retentit dans le parc.

 

            Pierrick avait entendu le coup de feu. Il connaissait ce genre de bruit. Les agents du Département des Chasseurs reçoivent une instruction sur les armes moldues lors de leur formation. Il ne pouvait s’en inquiéter pour le moment, il devait arrêter Hargus. L’étudiant courait en lançant des sortilèges à l’aveugle au dessus de son épaule pour tenter d’arrêter le chasseur. Ils se retrouvèrent sur le terrain. Hargus se saisit d’un des balais laissés négligemment près d’un banc, l’enfourcha et s’envola. Pierrick attira à lui un autre balai et la poursuite continua dans les airs.

            Hargus ne paraissait pas à son aise sur un balai. Et même si ce n’était pas son point fort, Pierrick le surpassait. Ils se retrouvèrent côte à côte au dessus du parc de l’Académie. Les élèves et professeurs assistaient au spectacle sans comprendre. Les deux adversaires se lançaient des sortilèges sans parvenir à se toucher. Pierrick rangea sa baguette. Il évita un Avada Kedavra d’Hargus en effectuant un tonneau. Il se rapprocha d’un coup du fuyard en tendant une jambe pour percuter son balai et parvint à le déséquilibrer. Hargus n’en démordit pas et lança un autre sortilège mortel. Le chasseur esquiva en sautant haut au dessus d’Hargus pour passer sur son autre flanc. Il se rattrapa d’une main sur son balai qui était passé en dessous, et frappa l’étudiant à la tête d’un coup de pied de cette position. A moitié assommé, Hargus tomba de son balai et vint s’écraser sur un buisson qui amortit sa chute.

            Pierrick s’arrêta juste au dessus de lui. A demi conscient, l’étudiant tendit la main comme pour lancer un sortilège. Il n’avait pas remarqué qu’il avait perdu sa baguette dans sa chute. Le Corbeau tendit sa baguette vers lui et le stupéfixa.

 

            La balle avait ricoché aux pieds de Thomas, l’arrêtant net. Il n’avait vu ce genre d’arme moldue qu’une seule fois, quand les soldats chinois étaient venus massacrés les siens. Le canon de son arme encore fumant, l’inconnu l’observait avec insistance. Puis sans rien dire, il se retourna et se jeta dans le vide. Thomas accourut au bord du toit. Il vit l’inconnu se transformer en un aigle noir à tête blanche, un pygargue. L’oiseau majestueux fut rejoint par l’aigle marron qui avait volé le dossier à Hargus et ils disparurent à l’horizon.

 

            Lorsque Thomas rejoignit Pierrick, ce dernier se tenait près d’Hargus toujours inconscient. Il lui avoua son échec, l’inconnu s’était enfui. C’est à ce moment là qu’arrivèrent Jonas Marus, Georges Nide et ses hommes de la section AI. Charles Maldieu et François Garde étaient venus également.

« On est en retard j’ai l’impression, sourit Georges Nide.

-Un petit peu, dit Pierrick. Il était seul. Ce n’est pas un mangemort. Juste un adolescent perturbé. Mais il faudra quand même l’interroger.

-Que voulait-il ? questionna Maldieu.

-Il voulait ressusciter son frère, répondit Thomas. Il l’a tué par accident semble-t-il. Il semble que le dossier qu’il a trouvé lui ait donné un espoir de réparer son erreur. »

Maldieu et Garde échangèrent un regard.

« Où est ce dossier ? demanda Garde.

-Il a été volé, répondit Pierrick.

-Par qui ?

-Un individu masqué, dit Thomas. Il utilisait une arme moldue. Il s’est enfui en se transformant en aigle.

-Qu’est-ce que s’est que ça encore ? »

Garde lança un nouveau regard à Maldieu qui resta parfaitement impassible. Garde comprit le message : ils en parleraient plus tard.

            Ils furent interrompus dans leur réflexion par le professeur Tréveune et une partie des professeurs qui arrivèrent en posant pleins de questions à Garde et Maldieu. Les hommes de la section AI prirent en charge Hargus. Il serait interrogé dés son arrivé à la section S.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?