Le Corbeau. Saison 1 par

8 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 1 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Suspense / Action

35 III Un moment de félicité

Catégorie: M
0 commentaire(s)

            CHAPITRE III : UN MOMENT DE FELICITE

 

            A Paris, la chaleur était encore plus étouffante malgré le soir tombant. L’officier de police Chun Yang-Li étudiait un rapport d’autopsie avec un ventilateur qui faisait volé ses cheveux derrière elle. Son coéquipier, un homme d’une cinquantaine d’années s’appelant Jacques Mareau, se pencha sur elle.

« Alors ? fit-il.

-Rien de spécial, dit Chun. Une balle de neuf millimètres parabellum dans la tête tiré à bout touchant. Il faut retrouver l’arme du crime. Et les interrogatoires ?

-Sa femme n’a rien pu me dire de probant. Soit elle est vraiment choquée de la mort de son mari, soit c’est une excellente actrice. »

Chun pensa que parfois être une sorcière lui serait utile pour fouiller dans l’esprit des témoins et des suspects.

« Ça ne sert à rien de continuer ce soir, dit Jacques. Rentre chez toi.

-Tu as raison. Je dois aller au Mini…chercher Pierrick et Thomas.

-Pierrick, il a fini par t’avouer ses sentiments.

-Oui. Je suis si heureuse avec lui.

-Et Thomas, qui est-ce ?

-Un de ses amis, il habite chez Pierrick pour quelques jours. A demain.

-A demain. »

            Jacques regarda la porte se refermer derrière la jeune femme. Le quinquagénaire avait le regard triste. Il sentait que Chun s’éloignait de lui. Il l’aimait comme sa propre fille. Mais ainsi allait la vie. Chun avait trouvé quelqu’un avec qui vivre une vie heureuse. Professionnellement, cela n’avait eu aucune incidence. Chun continuait à être un officier de police prometteur. Non. C’était personnellement que tout était entrain de changer. Jacques espérait qu’elle ne le rayerait pas entièrement de sa vie.

 

            Chun aimait beaucoup le Ministère de la Magie. Surtout en cette saison car la température y était agréable. Après avoir étouffé dehors, elle pu enfin respirer en parcourant le hall de marbre blanc lumineux. Elle entra dans l’aile est où était réuni les services d’ordre du Ministère.

« Bureau Central de la Police Magique.

Unité d’Intervention de la Police Magique.

Département des Chasseurs.

Département des Oubliators. »

En montant l’escalier de marbre noir menant à l’étage du Département des Chasseurs, Chun jeta un regard toujours amusé et impressionné au sceau des Chasseurs : une baguette et une épée croisée autour desquelles tournoyaient trois dragons représentant les trois sections des Chasseurs. Le bleu de la section Action Intervention. Le rouge de la section Investigation Recherche Interrogatoire Analyse. Et le noir de la section Spéciale.

            Le bureau d’accueil des Chasseurs était occupé par un vieux sorcier au crâne dégarni. Il sourit à la jeune femme en la saluant.

« Mademoiselle Yang-Li, pas trop cuite ?

-Bonjour monsieur Filipelli. Ne m’en parlez pas, cette chaleur est insoutenable. Heureusement qu’ici il fait bon. Au bureau, les climatiseurs sont presque tous grillés.

-Les climatiseurs ?

-Des appareils qui permettent de rafraîchir l’atmosphère.

-Le service de maintenance se sert d’un sort de rafraîchissement pour faire descendre la température.

-Parfois j’envie les sorciers. Pierrick est là ?

-Oui, il doit être à la salle d’entraînement avec Zimong. »

            Chun entra dans la salle d’entraînement. C’était une grande pièce, genre gymnase, où les chasseurs pouvaient venir s’entraîner au combat ou simplement se maintenir en forme. La pièce était modulable par divers procédés magiques. Elle pouvait n’être qu’une simple salle vide, ou bien avoir des tatamis comme un dojo, ou encore des appareils de sport divers. Mais pour l’entraînement aux opérations réelles, les hommes de la section AI et ceux de la section S pouvaient la configurer pour qu’elle colle à la réalité. Des maisons, des rues, des forêts pouvaient y apparaître. La salle y intégrait même des ennemis réagissant comme dans la réalité à part que les sortilèges de mort des faux mangemorts ne tuaient pas.

            Aujourd’hui, c’était un dojo. Les sorciers et sorcières de la section S entouraient le tatami central sur lequel deux jeunes hommes se faisaient face. L’un d’eux était chauve et avait des yeux marron. Thomas Zimong était professeur de défense contre les forces du mal à l’Académie de Magie Beauxbâtons. L’autre homme avait des cheveux et des yeux noirs. Le visage fermé, il ne quittait pas Thomas des yeux. Pierrick Chaldo, un des membres de la section S, le meilleur d’entre eux selon certains. Surnommé le Corbeau, il n’a jamais laissé une de ses cibles fuir, mis à part le maître des mangemorts français Malgéus. Le passé de Pierrick était triste et sombre. Ses parents furent tués en Chine lors du massacre de la communauté magique chinoise. Ce même jour, il perdit celle qu’il aimait à l’époque, Su, morte dans ses bras. Lorsque Chun l’avait rencontré sept mois plus tôt, Pierrick était encore entouré des ténèbres de ses souvenirs. Il ne lui effaça pas la mémoire car elle ressemblait beaucoup à son amour perdu. Mais depuis beaucoup de choses ont changé. Chun était tombée amoureuse de Pierrick dés les premiers jours. Pierrick mit du temps à se rendre compte de ses sentiments pour la jeune femme. Depuis, il était devenu moins sombre.

            Thomas avait une histoire assez similaire à celle de Pierrick. Sa mère était morte en se battant pour permettre à son fils de fuir lors du massacre de la communauté magique chinoise. Avant de mourir, elle lui avoua l’identité de son père, un français nommé Gaston Jiraud. Thomas se rendit en France mais Gaston Jiraud était mort cette même année. Thomas découvrit qu’il avait eu une fille Laura, sa sœur. Thomas n’hésita pas une seconde à s’engager dans l’équipe pédagogique de Beauxbâtons pour protéger sa sœur quand l’ancien professeur de défense contre les forces du mal se fit assassiné. Lors du bal de fin d’année, Laura, qui avait découvert l’identité de Thomas, vint lui parler, lui dire qu’elle savait qui il était.

 

            Thomas et Pierrick se tenaient en garde. La peau suintante de sueur. Pierrick s’élança à l’assaut d’un coup de poing au visage. Thomas esquiva le coup tout en contrant avec un coup de pied circulaire au corps. Pierrick sauta au dessus du coup de pied en faisant une roulade avant pour briser sa chute. Il fit une impulsion sur le sol un vint repousser Thomas en arrière d’un coup de pied latéral à l’abdomen. Thomas encaissa le coup, saisit le pied et d’un mouvement circulaire projeta Pierrick en une vrille. Mais le Corbeau eut le réflexe de tendre l’autre jambe dans sa vrille, frappant Thomas à la tête d’un coup de pied avant de retomber lourdement sur le sol. Thomas était au sol également. Ils sursautèrent en même temps pour se remettre sur pied. Thomas fut le plus rapide, il s’envola vers son ami et le remit à terre d’un ciseau de jambe au corps. Il lança un coup de pique de main qu’il arrêta à quelques millimètres de sa gorge.

« Je t’ai eu, dit Thomas.

-Moi aussi. »

Thomas regarda et vit que le coude de Pierrick pointait dangereusement sur son entrejambe. Il fit une drôle de tête en pensant qu’en situation réelle, il se serait empalé sur le coude et aurait perdu. Mais surtout il aurait eu très mal.

« Merci pour mes futurs enfants, sourit-il.

-Ça suffira pour aujourd’hui. »

            Pierrick et Thomas se relevèrent, dégageant le tatami pour laisser la place aux autres chasseurs qui commentaient le combat. Ils s’approchèrent de Chun. Pierrick voulut l’embrasser mais elle le garda à distance en souriant.

« Si tu allais prendre une douche d’abord, dit-elle.

-D’accord, sourit-il. »

Elle aimait le voir sourire. C’était si rare avant.

« Bonjour Thomas, salua t-elle.

-Salut Chun, tu vas bien ? Pas trop dur le boulot ?

-Comme d’habitude. C’est aujourd’hui que tu vas chez ta sœur ?

-Oui, je vais rencontrer sa mère. Laura m’a envoyé une lettre pour me dire qu’elle était d’accord pour que je reste quelques jours.

-C’est bien. Ça montre que Laura veut te connaître.

-Je vais prendre une douche moi aussi. »

 

            Après une bonne douche bien méritée, le trio entra dans la salle des bureaux de la section S. Un homme blond aux yeux verts vint dire bonjour à Chun.

« Bonjour Chun, comment vas-tu ?

-Bonjour Jonas, bien et toi ?

-Ça va. Nide et Fabre ont reçu les listes des candidats. Nide voudrait que tu sois là pour les tests AI de demain.

-Bien, dit Pierrick.

-Des tests ? fit Chun.

-Les candidats au Département des Chasseurs. Seuls les sections AI et IRIA sont accessibles directement. Mais des membres de la S participent toujours aux évaluations. Ça permet de voir s’il n’y aurait pas de futur candidats potentiels pour chez nous. Moi je vais aller épauler Franck pour les tests d’interrogatoire. Je vais jouer le rôle d’un dingue. Tiens, voila la liste. Il y en a sûrement que tu connais de ta mission à Beauxbâtons. »

            Pierrick prit la liste et parcourut les noms. Il s’arrêta sur un, totalement interloqué. Ses yeux retournèrent à l’en-tête de la page.

« Tu m’as donné la liste des candidats IRIA, dit-il.

-Hein ! Exact, fit Jonas. Tiens voilà la bonne.

-C’est mieux. Je ne voyais pas Angelina Armose entrer dans la section AI.

-Quoi ?! s’exclama Chun. Angelina Armose veut entrer au Chasseurs !

-On dirait. »

Chun arracha la liste IRIA des mains de Jonas pour voir d’elle-même. Le nom de la jeune fille qui avait cherché à séduire Pierrick à Beauxbâtons apparaissait dans les premiers noms.

« Vous la connaissez ? demanda Jonas.

-Elle vient de finir ses études à Beauxbâtons, expliqua Pierrick. Elle était joueuse de quidditch et présidente du club d’Histoire. Une jeune fille intelligente. Mais également une vraie nymphomane. Elle a cherché à me séduire. C’est bizarre, elle n’avait pas l’air de s’intéresser à ce genre de carrière. Je l’aurai plutôt vu libraire ou bibliothécaire.

-Nous avons des archivistes à la IRIA. Peut-être que ton passage à Beaux bâtons a fait des émules.

-Si Armose veut entrer chez les Chasseurs, j’ai l’impression que ce n’est pas que par envi de combattre les mages noirs. »

            Ils étudièrent la liste des candidats à la section AI. Thomas put donner quelques informations sur certains d’entre eux en matière de défense contre les forces du mal. Certains ayant été ses élèves durant les quelques mois de la fin de l’année scolaire.

 

            Le soir, Thomas récupéra ses affaires chez Pierrick. Il était prêt à aller chez sa sœur.

« Et bien voila, j’y vais, fit-il.

-Ne soit pas nerveux, dit Chun. Tout va bien se passer.

-Je sais mais je ne suis pas habitué.

-Dis bonjour à Laura de notre part, dit Chun en déposant un baiser sur sa joue.

-Je n’y manquerai pas. Au revoir Pierrick. A bientôt.

-A bientôt. »

            Pierrick et Chun se firent un petit dîner en tête à tête. Ils ne parlèrent pas du travail. La soirée fut détendue. Mais le lendemain, ils travaillaient tout les deux, Chun dut rentrer chez elle. Le au revoir sur le pas de la porte de Pierrick dura un long moment, le jeune homme et la jeune femme n’avait pas envie de se séparer ce soir. Depuis qu’ils étaient ensembles, Chun avait découvert que Pierrick était du genre très câlin en amour. Ce qui n’était pas pour lui déplaire, bien au contraire. Ce fut donc avec dépit qu’elle déposa un ultime baiser sur ses lèvres en lui promettant de revenir demain.

            Elle arriva à sa voiture et sursauta en entendant un claquement de fouet derrière elle. Elle se retourna vivement et fut emprisonné dans la puissante volupté des bras de Pierrick pour un nouveau baiser langoureux.

« Arrête, souffla t-elle entre deux baisers. Il faut que je rentre, je travaille demain. Et toi aussi.

-Je sais. Mais je n’y arrive pas. J’aime tellement t’avoir dans mes bras. »

Chun ne pouvait plus partir. Elle non plus ne voulait plus partir. Ses lèvres rendaient chaque baiser à Pierrick avec autant de fougue. Ses mains commençaient à caresser le corps athlétique de son amant. Elle sentit à peine la sensation devenue familière de son corps comprimé comme dans un tuyau qui indiquait qu’ils avaient transplané. Le couple se laissa tomber sur le lit sans relâcher leur étreinte.

 

 

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?