Jurassic Park - Retour Fatal par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Aventure / Action

12 Surprise

Catégorie: G
0 commentaire(s)

Surprise

 

Il était à peu près midi. Les cinq explorateurs mangeaient dans la caravane. Après avoir effectué des fouilles de l’île en entier, du nord au sud, de l’est à l’ouest, ils étaient revenus au camp de base pour faire l’analyse de la situation.

-Tout est reconstruit et en parfaite état, tout prêt pour une ouverture prochaine de Jurassic Park, commença Richard.
-Mais il n’y a rien. Pas de dinosaures, même pas présence de vie humaine,  complétât Ellie.
-Il y a même de l’électricité sur l’île, fit Jonathan.
-Qu’en dites-vous, vous deux ? demanda Richard à Kev et Mireille.

Kevin déposa sa fourchette à coté de son assiette et prit la parole :

-D’après moi, ils ne …

Un immense bruit de moteur vint interrompre la conversation. Richard regarda sa montre.

-Richard, ce n’est pas Keith, dit Jonathan.

Ils sortirent tous de la caravane et ils levèrent les yeux au ciel. Cinq hélicoptères passèrent en haut de la plaine.

-Voilà la réponse que nous attendions, Richard, lui dit Kevin.

Un sixième hélicoptère arriva à l’arrière des autres. Celui-là fit quelques tours autour du camp de base et atterrit non loin de la caravane. Un homme sorti de l’appareil. Plus l’homme s’approcha, plus Ellie et Richard le reconnaissait. C’était Marty Guitierrez.

Ellie se souvint de lui quand elle, le Dr Grant et les autres survivants du Jurassic Park étaient au Costa Rica. Martin Guitierrez, de son vrai nom, était un peu comme un porte parole.

Mais Richard Levine lui, se souvint de Marty Guitierrez comme d’un patron. Ils ont travaillé ensemble pendant un bout de temps. À chaque fois que Richard allait au Costa Rica il contacta Marty pour travailler avec lui. Et là il le trouva sur Isla Nublar.

Richard alla à sa rencontre.

-Je suis surpris de te voir ici, Marty.

Marty ôta ses lunettes de soleil.

-Moi de même, Richard. Malheureusement j’ai été naïf de vraiment croire que tu avais changé d’idée, hier.
-Je ne savais pas que tu avais rapport avec cette affaire, lui dit Richard en lui jetant un regard mauvais.
-C’était pour te dissuadé de venir sur cette île que j’ai ordonné qu’on te suive si tu retournais au Costa Rica.

Marty se retourne pour faire signe au pilote d’hélicoptère. Le pilote lui répondit par un signe de tête et décolla.

-Écoute Richard … Si je te voix ici c’est parce que tu as reçu ma lettre, exact ?
-Alors c’est de toi cette enveloppe.

Assit au fond du siège, Marty regarda les cinq personnes devant lui.

-Pourquoi m’as tu envoyer ces documents Marty ? lui demanda Richard. Et pourquoi ne pas avoir dit que c’était de toi ? Nous sommes amis pourtant, non ?
-Oui nous sommes amis. Je n’ai pas signé simplement pour tester ta curiosité, voir jusqu’où tu irais pour tout découvrir et pour savoir si tu irais m’en parler. C’est plus à moi de te demander si nous sommes bien amis, puisque tu ne m’a rien dit.
-T’aurais été le suivant à le savoir. Mais ton offre était sérieuse ?
-Absolument ! J’ai besoin d’un spécialiste des espèces comme toi, Richard, lui répondit Marty.
-Bordel, s’imposa Ellie dans la conversation, Vous savez très ce qui s’est passé quand nous y avions été. Et vous voulez quand même qu’on ouvre encore le parc.
-Excusez-moi Dr Sattler, reprît Guitierrez, mais selon ce qu’on sait, si la première tentative n’a pas marcher, c’est parce que Dennis Nedry est parti en laissant tout derrière lui. Le projet est très bon et réalisable. Tant et aussi longtemps que nous tenons les dinosaures sous notre pouvoir, tout devrait bien aller.
-Et sur Sorna ? Tu n’as pas oublié tout ce qui s’est passé ?
-Non Richard, mais les dinosaures étaient libre et avec aucun contrôle. Pas comme ici.

Marty se leva.

-Maintenant excusez moi, finit-il, mais j’ai un travail de directeur à faire.
-Mais comment as tu pu avoir le permis Marty ?
-Richard, je suis surpris que tu me le demandes.

Marty fait le tour de la caravane avec ses yeux et remit ses lunettes sur son nez.

-Oui, vraiment surpris, dit-il en sortant du véhicule.

Richard le suivit dehors. Il vit une Jeep verte et noire à rayure jaune et rouge s’approcher. Il y avait le logo de Jurassic Park sur le côté.

-Tout va bien aller Richard, dit Marty en se retournant vers lui. Et si tu veux, tu peux toujours te joindre à l'équipe.
-Marty, tu ne devrais pas faire ça et tu le sais.
-Tout est sous contrôle, Richard.
-Qu’est-ce qui se passe avec toi ? Je ne te reconnais plus.
-Assez, Richard, dit Marty en élevant la voix. Je ne suis pas un gosse. Cette occasion est une occasion en or et je ne passerai pas à côté.

Richard senti que quelque chose n’allait vraiment pas chez son ami de longue date. Il resta immobile tout en le regardant.

Marty embarqua dans la Jeep.

-Si vous n’avez rien à faire ici, fini Marty, partez immédiatement.
-L’hélicoptère vient nous prendre demain matin.
-J’espère que vous partirez avant que les dinosaures n’arrivent.

Richard regarda la Jeep s’éloigner. Ellie Sattler sorti de la caravane et alla rejoindre Richard.

-Que faisons-nous ? demanda Ellie.
-Demain, les dinosaures arrivent.
-Mais demain, nous partons.
-Je sais ! C’est compliqué.

Richard vit deux autres hélicoptères arriver.

-Les employés arrivent, fit Ellie.
-En effet.

Mireille et Kev sortirent de la caravane.

-Ne dit rien aux autres à propos des dinosaures, demanda Richard à Ellie.
-D’accord.

Richard savait que s’il dirait aux autres qu’ils n’auraient pas la chance de voir les dinosaures ils seraient très déçus. Surtout Kevin. Un futur paléontologue, le meilleur de sa classe. Aussi intéressé que Richard lui-même. Si ce n’est pas plus.

Ellie remarqua l’air troublé de Richard.

-Que se passe-t-il ?
-C’est Marty … Il n’est pas dans son état normal, ce n’est pas son genre tout ça. Quel cauchemar !

Il devait partir demain matin et il restait des questions qui demandaient des réponses. Qu’allait-il faire ? Qu’allaient-ils tous faire ? Richard regarda sa montre. Il leur restait 20 heures avant de partir. Kevin s’approcha.

-Richard, que voulait-il dire quand il a dit qu’il était surpris que tu ne comprennes pas comment il a put ?
-L’argent ! répondit vivement Richard. L’argent, voilà tout. On peut tout faire avec ça. Crois-moi.

Kevin afficha un petit sourire. Il comprit tout de suite de quoi Richard faisait allusion. Pour Richard avoir quelque chose avec de l’argent n’était pas trop dur. Il n’avait qu’à demander et il recevait. Richard disait souvent qu’avec de l’argent on pouvait acheter tout. Et c’était vrai.

-Vous savez pourquoi il n’y a pas de dinosaures ? demanda Mireille.
-Non ! Désolé.

En se dirigeant vers la caravane Richard levant la tête pour voir un hélicoptère qui ressemblait à celui que Keith pilotait. Richard en conclut qu’il transportait du matériel.

-Dr Sattler, dit Richard en s’arrêtant.
-Oui Richard ?
-Venez avec moi je vous pris.

En se dirigeant à l’air d’atterrissage, Richard paraissait troublé. C’est ce qui inquiéta Ellie.

-Vous êtes sûr que tout va bien Richard ?
-Il faut vraiment trouver un moyen pour empêcher l’ouverture de ce parc.
-D’accord, mais où allons nous ?
-Voir Marty.
-Pourquoi ?
-Vous dites que les dinosaures étaient tous des femelles ?
-Oui, mais les dinosaures ont réussi à se multiplier.
-D’accord. Nous n’avons pas vue d’œuf dans la salle d’incubation, exact ?
-C’est exact !
-Alors d’où viennent les dinosaures s’ils ne les font pas naître ici ?

Ellie réfléchit quelques secondes.

-De Isla Sorna ? demanda Ellie.
-Exactement ! Ils pensent sauver du temps en les transportant déjà adulte jusqu’ici. Mais en plus ses animaux peuvent se multiplier. S’ils laissent ses animaux s’accoupler à volonté, les enclos seront bientôt trop petits pour la tribu.
-Je comprends. Cela pourrait effectivement causer un chaos.

Il regarde Ellie et devine ce qu’elle veut dire.

-Malcolm avait raison, dit Richard. Même vous …
-Comment cela ?
-Mettre des animaux qui ont toujours vécu libre et en captivité, dans des cages renfermées, c’est enlevé la liberté. Et ils se font nourrir, ils ne peuvent pas se déplacer comme bon leur semble.
-Ils le prennent très mal, ils se sentent insulter…
-Et ils ne se laisseront pas faire.
-Ça pourra être désastreux …
-Effectivement.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?