Jurassic Park - Excursion Printanière par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Action / Aventure

16 Interception 27 : 00h 00m / Pause

Catégorie: G
0 commentaire(s)

Interception 27 : 00h 00m / Pause

 

Litgood décida d’arrêter le Durango. Les trois chasseurs se trouvèrent sous un couvert de végétation. John sorti, suivit de Spencer. Eryck Dubois resta sur le siège arrière. Du coin de l’œil, Hallé remarqua un petit groupe de Compys qui les observait.

-Comment va ta tête ? demanda John à son ami.

Spence y posa la main et constata qu’il ne saignait plus.

-Bien, je crois.

Il regarda la route devant lui, il ne vit rien que de la jungle, même chose à l’arrière.

Litgood ouvrit le coffre arrière du Durango. Pendant qu’il fouillait, Spencer avait une envie pressante d’uriner. Il allait sur le bord de la route. Il s’arrêta à temps car la il y avait une pente raide. Ça descendait sur 10 mètres, avec en contre bas, une petite rivière. La chute ne l’aurait pas tué, la pente était raide mais pas tant que ça. Par contre, la remonter aurait été tout un sport, même pour lui.

Il se soulagea. Un rugissement de dinosaure le fut sursauté. Le bruit semblait assez prêt, car Litgood aussi sursauta. Eryck, tant qu’à lui, resta tranquille, regardant le plancher du Durango. John et Hallé chercha la source du bruit. Spence se rendit compte que le sursaut lui a fait se pisser sur son pantalon. Du genou à la cheville gauche. Il jura entre les dents et vit la provenance du bruit. Au bord de la rivière, un troupeau, non, une famille de gros dinosaures avec des crêtes sur le dos et une minuscule tête. Ils étaient trois et le regardant d’en bas de la pente. Spence frissonna car ces dinosaures semblèrent lui en vouloir. Il s’agissait d’une famille de Stégosaure mais Spencer Hallé, en n’étant pas un expert, n’en savait rien.

Il reboutonna son pantalon et s’avança vers John. Il fouilla encore dans le coffre arrière. Litgood avait déjà jeté quelques sacs sur le sol. Il trouva une trousse rouge, l’ouvrit et découvrit qu’il s’agissait de pansements et autre item médicale. Il tendit la trousse à Spencer.

-Y a-t-il quelque chose à manger ? demanda ce dernier.

-C’est ce que je cherche.

Hallé regarda son patron, toujours assit sur la banquette arrière. Il vit du sang couler dans son cou. Il s’approcha d’Eryck. Il ouvrit la porte et lui tendit la trousse.

-Tiens ! Si tu veux soigner les plaies …

Dubois le remercia en prenant l’étui orange. Spencer retourna auprès de John. Ce dernier fouilla dans une petite glacière. Il tendit une barre de céréale à son voisin.

-Il y a aussi de l’eau. De quoi survivre.

Les rugissements des stégosaures se firent très insistants.

-Maintenant, où est-ce qu’on va ? Y a-t-il une carte ?

-Non, pas ici. John soupira. Nous devrions continuer sur cette route et, je ne sais pas, peut-être voir une quelconque indication. Cette île est petite et nous savons qu’il y a une route qui mène au port.

Spencer s’accota sur la voiture. Il prit une barre de céréale et une bouteille d’eau et les lançaient à Dubois. La bouteille frappa Eryck sur la cuisse et tomba par terre. Il se pencha pour la ramasser. Dans son mouvement, il aperçu une saleté qui était collée sous sa botte. Il la leva pour l’ôter et vue qu’il ne s’agissait pas de boue ou une petite branche comme il le pensait. Il prit l’objet entre ses doigts et l’observa. Ça avait la forme d’une aile de poulet. Quelque fils pendait de la brindille. John Litgood regarda ce que Dubois avait dans la main.

-T’as trouvé ça où ? lui demanda-t-il.

-Sous ma botte … Je crois avoir écrasé quelque chose au centre des opérations.

-Il s’agit d’une patte, probablement de dinosaure, en voit de développement.

Eryck ne comprenait pas ce que John lui expliqua. Après quelques secondes il comprit enfin et lança la patte par la porte ouverte. Il tenait entre ses doigts une patte d’un vélociraptor fétus. Dubois avait écrasé un œuf sur le toit du centre des opérations.

-Félicitation, maintenant on comprend pourquoi ce dino nous en voulait à ce point.

-Mais j’y suis pour rien …

-Ah ça va. Rien ne sert de pleurer.

Litgood s’accota sur la voiture et réfléchit. Spencer remarqua que le groupe de compy s’était agrandit. Ça lui donna la chair de poule. Ces petits êtres verts semblaient les dévorer du regard. Certain d’entre eux hochèrent la tête de haut en bas comme pour imiter une danse, un rituelle quelconque. Hallé détourna le regard.

-Suivons cette route, ordonna John.

Ce dernier et Spence monta en voiture. Le Durango avança dans la végétation et les rugissements de dinosaures.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?