L'automne d'une vie par

6 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Romance / Drame

11 X-Dixième

Catégorie: G , 3645 mots
2 commentaire(s)

Elle consulta sa montre. 6H00. Elle allait devoir se lever, et ce malgré la maladie qu'elle avait attrapée et qui la faisait éternuer et tousser. Evidemment, elle devait tomber malade la veille de la graduation. 

Difficilement, elle s'emmergea de sous la chaude couette et pose un pied à terre. Elle laissa sa tête s'échouer un moment dans ses bras. Sa migraine était bien présente et elle savait qu'elle allait devoir la supporter tout le long de la journée.

Elle se força à se lever, lentement, et se dirigea vers les douches tout en ayant pris soin d'emporter ses vêtements.

Après avoir fini de se laver, elle enfila précautionneusement sa chemise et son pantalon et quitta la salle d'eau après avoir fermé la porte.

Elle déambula dans les couloirs sans fins -elle avait vraiment du mal à y trouver son chemin, et en plus sa migraine faisait des noeuds dans son cerveau et l'empêchait de réfléchir. Après s'être retrouvée devant une pièce entourée de pots, elle se rendit compte qu'elle était totalement perdue. Dépitée, elle s'assit par terre, genoux contre le front, et stoppa tout geste. Elle avait réussi à se perdre, et même si d'habitude elle avait du mal à sy retrouver, elle finissait toujours par retrouver son chemin. Et le jour où il ne fallait absolument pas qu'elle se perde, qu'est-ce qu'elle avait fait ? OUI. Elle s'était perdue.

Elle soupira en passant doucement ses pouces sur ses tempes pour tenter de remédier à son mal de tête.

"Je suis juste, juste perdue. A l'intérieur des murs, en sécurité. Je ne risque rien, c'est déjà ça. A part me faire passer un savon par mes supérieurs pour avoir raté la graduation, je ne risque rien."

Sans vraiment le vouloir, ses larmes commencèrent à couler silencieusement sur ses joues. Ce n'était pas dans ses habitudes de pleurer pour des choses aussi futiles, pourtant. Mais elle contenait depuis l'attaque de Shiganshina ses larmes et tout ses sentiments qu'elle gardait au fond d'elle. Il fallait bien que ça explose, à un moment. Elle ne pouvait simplement pas garder tout à l'intérieur d'elle indéfiniment. C'était comme une bombe; elle explosait. Toujours. Et il suffisait d'un petit, minuscule impact.

En se rendant compte de ses larmes, la blonde les essuya rageusement, tout en s'engueulant intérieurement. Elle n'était même pas foutue de garder son sang-froid dans une situation comme celle-là ! 

Elle se calma graduellement en respirant regulièrement. Elle parla à voix haute, pour se réconforter. Malgré le fait que sa voix était complètement déformée par la maladie, elle préférait parler à voix haute pour réussir à bien comprendre et se donner des directives claires.

-Ok. Tu vas te lever, et retrouver ton chemin. Parce que tu t'es perdue dans un bâtiment où tu habites depuis 3 ANS. Donc tu vas retrouver cette maudite salle et arrêter de te perdre comme un enfant inexperimenté !

Après s'être passé un savon à elle-même, elle soupira et se releva péniblement. Sa montre affichait 8h28. Il lui restait 22 minutes pour rejoindre les autres recrues à la salle à manger.

Elle suivait lentement les murs, main appuyée contre le matériau blanc. Quand elle finit par apercevoir une tête brune, elle accéléra la pas pour rejoindre la personne en question.

-Aki ! Qu'est-ce que tu fous ? T'es presque en retard ! Toi qui es toujours en avance !

La blonde rougit et piqua du nez.

-Je me suis...

Elle prit une grande inspiration et se balança d'un pied sur l'autre.

-Un peu...Perdue.

Le brun aux yeux indéfinissables la regarda un moment, incrédule. Il y eut un silence pesant qui dura environ trois secondes avant que Yuki éclate de rire.

-Oh, bordel...fit-il en se tenant le ventre.

-Ce n'est pas drôle ! J'ai vraiment eu du mal à retrouver mon chemin... Et puis tout ça, c'est la faute de mon mal de tête.

Le brun agrippait toujours son ventre et semblait incapable de s'arrêter de rire.

-Mais sérieusement... Comment t'as pu te perdre ?!

-Ce n'était pas vraiment voulu, si tu vois ce que je veux dire. Et puis j'ai vraiment mal à la tête, et comme tu le sais d'ordinaire je n'ai déjà pas un grand sens de l'orientation mais là... C'est pire, du coup.

-Faut quand même être vachement douée...

-Ok, ok, arrête de rire et on y va. 

Tandis que le brun continuait -malgré ses réprimandes- à se bidonner comme pas possible, la blonde ouvrit la porte et se glissa parmi les recrues déjà présentes.

Un adulte prononçait un discours avec un ton solennel, devant les adolescents (plus ou moins). Aki se concentra sur ses paroles, tentant de répéter chaque phrase dans sa tête pour la comprendre à peu près. Elle essayait, vraiment, mais la tâche lui paraissait simplement impossible à réaliser. Son mal de tête faisait résonner chaque mot dans son crâne et la superposition des nombreux échos lui donnait envie de se taper la tête contre un mur. Elle ramena donc toute son attention sur le ciel, qui était d'un gris assez terne. Le temps était maussade, comme elle.

Le discours lui parut interminable. Le temps semblait comme suspendu. Quand, enfin, l'adulte s'arrêta de parler et les félicita, elle soupira longuement et s'adossa au mur.

-Hey Aki !

-Salut, Haru.

-Alors en forme ?

-Pas trop, comme tu peux le voir... Ma maladie résiste bien.

-Pauvre p'tite.

-Hé ! Je ne suis pas petite ! Juste de taille... minimum.

La grande blonde s'empêchait de rire et ça se voyait.

-Oh ! Bon, on se revoit tout à l'heure pour l'entrée dans le bataillon, ok ? Je suis incapable de rester avec des gens comme vous qui polluent mon atmosphère.

-Oooooh ! Ne pars pas maintenant ! Il reste l'annonce des dix premiers ! 

-Oh.

-Non mais comment tu as pu oublier ça ? 

-Ben.... Je l'ai fais. C'est tout.

-Ohlalla. Sérieux, soigne-toi après ça ! Sinon tu vas finir par oublier ta tête dans un coin !

Le brun choisit ce moment pour intervenir.

-Bah sa tête, elle l'a sûrement oubliée ce matin.

-Qu'est-ce qu'elle a fait, encore ?

L'utilisation injuste de ce encore vexa Aki. Elle commettait souvent des maladresses, elle l'avouait. Mais quand même !

-Elle s'est perdue dans les couloirs !

-Non, sérieusement ?

La grande blonde relookait la plus petite avec de grands yeux.

-...Oui. Je n'ai pas fait exprès...

-Encore heureux !

-Eh, pour ma défense, je dois dire que-

Un grand "Recrues !" balancé par le major l'interrompit dans ses paroles.

-Nous allons maintenant annoncer les 10 premiers du classement.

Il marqua une pause pour laisser le temps aux bavardages de s'atténuer et reprit d'une voix forte, qui ne fit qu'augmenter la migraine de la blonde aux taches de rousseur.

-Quand je prononcerais votre nom, avancez-vous et placez-vous à gauche de votre camarade.

-Premier... Taki Nagisa !

Un adolescent, 15 ans a peu près, cheveux blancs et yeux verts, s'avança, tout sourire, et se plaça devant le major.

-Second.... Makoto Ken !

Un jeune homme aux cheveux châtain et aux yeux marrons, presque rouges rejoignit son camarades.

-Troisième...

Aki remarqua Yuki croiser les doigts derrière son dos.

-Tatsumi Yûki !

Yuki soupira. La recrue comptait deux Yuki et, évidemment, c'était l'autre.

-Quatrième.... Aki Misaki !

La blonde ne régait pas en entendant son nom. Il fallut que Haru la pousse pour qu'elle réalisa sa quatrième place, durement obtenue, du classement.

-Cinquième...Ame Shiina !

Un grand brun s'avança et se plaça à côté de la petite blonde tout en la félicitant chaleureusement. C'est vrai qu'on ne s'attendait pas à ce qui'une fille d'apparence si douce et chétive ait une place dans les dix premiers.

-Sixième... Naegi Rentaro !

Un petit brun d'avança, timidement.

-Septième... Ayanami Rem !

Une fille aux cheveux bleux -étrange, se dit la petite blonde- se planta à côté du sixième.

-Huitième... Yuki Amano !

Aki vit Yuki esquisser un sourire, Haru lui taper sur l'épaule avec un chaleureux sourire.

-Neuvième...Yuuri Kuurisu !

-Et dixième et dernière...Mirai Yagami !

La jeune fille, avec des cheveux roux coupés au carré et un air espiègle, s'avança.

-Vous pouvez y aller ! N'oubliez pas que seul les dix premiers du classement ont des chances d'intégrer les brigades spéciales !

Aki relâcha ses épaules et quitta sa place pour féliciter son ami.

-Bien joué à toi aussi.

-Merci... Mais tout ça, c'est seulement grâce au Caporal.

-Oh oh... Sûrement.

La grande blonde vint les rejoindre et serra Yuki dans ses bras avant de faire une révérence devant Aki.

-Félicitations, votre honneur.

-Bon, je vais y aller, j'ai mal à la tête. On se retrouve tout à l'heure.

Tandis qu'elle s'éloignait, elle entendit Haru lui crier :

-OUBLIE PAS DE VENIR AU RENDEZ-VOUS POUR L'ENTREE DANS LE BATAILLON !

La petite blonde soupira, exaspérée.

Haru lui fit un grand sourire et lui tira la langue.

Quand elle referma la porte derrière elle, les bruits stoppèrent d'un seul coup. Elle avait envie de hurler de soulagement. Enfin, du silence !

Son épuisement était telle qu'il lui semblait que si elle s'allongeait ou même s'asseyait, elle s'endormirait comme une masse. Sa migraine tapait contre ses tempes. Elle gémit tout en cherchant une salle tranquille. Et elle repensa à la bibliothèque. Elle était assez près, et de plus Aki connaissait le trajet par cœur, pour les nombreuses fois où elle avait couru s'y réfugier.

En ouvrant la porte de la salle, un silence rassurant l'entoura et la fit sourire. C'était tellement agréable. Préférant s'asseoir, la blonde alla s'installer sur un chaise. Presque à chaque fois qu'elle venait dans cette pièce, elle prenait un livre -ça va de soi, me direz-vous. Mais aujourd'hui, elle se sentait incapable de déchiffrer ne serait-ce que quelques mots. Alors elle se contentait de s'asseoir.

Elle enfouit sa tête dans ses bras et se laissa aller dans les bras de Morphée, sans vraiment s'en rendre compte.



-Oi, gamine !

Elle emmergea doucement du doux sommeil dans lequel elle était plongée. Tout d'abord, elle ne reconnut pas la voix et eut envie de pester contre la personne qui l'avait réveillée. Elle ouvrit lentement ses yeux turquoises tandis que ses cheveux blonds dégoulinaient dans son dos. Quand elle aperçut le brun devant elle, il lui fallut quelques instants pour le reconnaître.

Elle sursauta tellement que son genou vint se cogner à la table et qu'elle manqua de peu une chute qui promettait d'être spectaculaire.

-C-C-Caporal ?!

-Putain mais qu'est-ce que tu fous à dormir avant la cérémonie d'entrée ?!

Elle regarda autour d'elle, détaillant les lieux.

-Oh, non... Je me suis endormie...

Le brun se pinça l'arrête du nez.

-Putain de merdeuse. Tu me fais vraiment perdre mon temps.

Il releva la tête et saisit le bras de la blonde. 

-Allez, bordel. On y va. 

-Caporal !

Entendant la petite blonde l'appeler, il s'arrêta net.

-Quoi ?

-Attendez, s'il vous plaît...

Elle consulta sa montre avant tout.

-Oh non, non, non !

-Et voilà pourquoi je veux qu'on se grouille !

Quelque chose avait changé chez la jeune fille et il n'aurait su dire quoi.

Il reprit son bras et l'entraîna dans les longs couloirs. Aki était soulagée qu'il y ait quelqu'un pour la guider, et aussi pour la réveiller. Sans Levi, elle aurait raté la cérémonie d'entrée, sans aucun doute. En plus de ne pas s'être réveillée, elle se serait perdue dans les couloirs.

Le deux sortirent en courant du bâtiment abritant les recrues, suivis du regard par un bon nombre de jeunes semblant avoir reconnu Levi et se demandant ce qu'il pouvait bien faire ici, à courir comme un dératé en tenant la main d'une adolescente. Bon, vu comme ça, ça paraît étrange.

Après avoir réussi à appeler un chauffeur prèt à les transporter jusqu'à l'endroit où se déroulait la cérémonie, ils montèrent dans le fiacre et soufflèrent un bon coup. D'ordinaire, Aki était censée prendre un fiacre avec ses camarades, mais étant donné qu'elle l'avait raté, elle n'avait d'autre choix que d'en prendre un de son côté.

-Caporal...

-Ouais ?

Le brun ne lui accorda même pas un regard, se contentant de regarder le paysage défiler.

-Merci... Merci, vraiment. Je n'aurais jamais pu aller à la cérémonie si vous n'aviez pas été là... Merci. Merci beaucoup.

-Oi, y'a une overdose de merci là. T'es encore malade hein ?

-Ah, euh, oui, mais...

Il avait enfin trouvé ce qui avait changé chez la blonde.

Il se pencha vers elle et effleura une mèche de cheveux. Il ramena les longs fils blonds derrière son oreille.

-Tes cheveux... Détachés.

La petite blonde était rouge comme une tomate. Elle se recroquevilla un peu plus sur la banquette pour éviter le plus possible la proximité avec le brun.

-E-E-E-Euh... Oui...

Le silence s'installa tandis qu'aucun des deux ne bougeait. Le brun était penché vers elle, une de leurs deux jambes se touchaient, il avait la main doucement appuyée sur le visage pâle de la blonde -visage finalement pas si pâle car deux tâches rouges vifs s'étalaient sur ses joues-. Aki était appuyée contre le mur, évitant tout contact visuel avec les prunelles acier du brun.

-T'as de la fièvre ?

-Je ne sais pas... Peut-être..

Il retira enfin sa main. Le moment où il l'avait laissée contre sa joue avait paru interminable à la petite blonde. Et finalement, ce n'était pas si désagréable. La main du brun était froide, contrastant avec la chaleur de sa propre peau. Elle se serait surprise à vouloir qu'il la laisse.

Le brun releva la tête et déposa ses lèvres contre son front.

Aki bugua. Totalement.

-C-Caporal ?! Qu'est-ce que vous faites ?!

-Je prends ta température.

Elle n'avait pas son mot à dire et c'était clair. Très clair. Au bout de quelques secondes qui parurent une éternité, Levi recula.

-Ton front est chaud. Putain, il faut que tu aies de la fièvre ce jour-là.

Il secoua la tête et soupira, exaspéré.

-Tu ne te forces pas trop ok ? Si tu te sens mal éloigne-toi et va te reposer dans un coin.

Il n'y avait aucun gros mot dans toute sa phrase, et c'était absolument exceptionnel. Une petite pointe d'inquiétude perçait dans sa voix -mais alors petite, petite, petite. 

-Bon... En attendant, repose-toi. On arrive dans une demi-heure, essaye de dormir en attendant. Et t'inquiètes, je t'abandonnerais pas, même si tu es une gamine inutile.

Le fait qu'il ai dit « je ne t'abandonnerais pas » perturba grandement la blonde. Elle secoua la tête, tenta de rassembler ses pensées et ferma les yeux.

-Oi tu comptes pas dormir assise non ? Allonge-toi.

Il tapota du bout des doigts la banquette de velours rouge.

-Ici.

La blonde ne protesta pas, tant elle était épuisée. Elle s'allongea sur le dos et posa la tête sur les cuisses du brun. Ca la perturbait énormément, mais y penser lui donnait mal à la tête. Elle arrêta de se poser des questions et ferma les yeux. Exténuée, elle s'endormit, bercée par le son régulier des sabots des chevaux claquant sur la chaussée.



-Gamine ! Oi, Aki !

Et pour la seconde fois de la journée, elle fut réveillée par la voix du brun. Elle ouvrit lentement les yeux. Elle aurait voulu rester jusqu'à la fin des temps, endormie, avec Levi. Sa présence avait un effet apaisant sur elle malgré le fait qu'il gueules beaucoup. Il dégageait une aura qui la calmait et qui la faisait se sentir bien, et qui, paradoxalement, la stressait énormément et lui donnait envie de s'enfuir à toutes jambes. Il l'impressionnait beaucoup. Parce qu'il était un soldat incroyable, mais pas seulement. Il était une de ces personnes qu'on n'oublie jamais, jamais. Son regard gris vous transperçait et c'était fini, impossible de l'oublier. Il était solitaire, méchant, il avait un sale caractère, il haïssait les enfants. Mais il dégageait quelque chose de spécial. Une impression magistrale. Quelque chose de fort, d'adulte. De mature. Et Aki trouvait une côté triste à Levi, également. Elle connaissait un minimum son passé et savait qu'il avait vu beaucoup d'amis mourir sous ses yeux. Pour elle, Levi était un homme triste. Très triste. Il le cachait de son mieux derrière un flot incessant d'insultes, une carapace construite au fur et à mesure des années. Mais il souffrait, et le blonde le sentait. Parce qu'elle était pareille que lui. 

La personne qui occupait toutes ses pensées interrompit son monologue intérieur en lui hurlant dessus :

-Oi ! Gamine, putain ! REVEILLE-TOI !

Elle se redressa en sursaut et secoua la tête. 

-Oh Caporal, je suis désolée, désolée, désolée...

-Pas le temps pour tes excuses, on fonce !

Il agrippa la main de la blonde et l'entraîna derrière lui, en courant.

Arrivés au point de rendez-vous, Aki aperçut Hanji qui leur faisait de grands signes. 

-Akiiiiiiii, Leviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!

Ils s'arrêtèrent devant elle. Le brun ne songea pas de suite à lâcher la petite main d'Aki, ce qui fait qu'il la garda dans la sienne encore un peu.

 -Ohlalala mais Levi, tu arrives presque en retard !

-Je te le fais pas dire, cette gamine m'a ralenti.

Il pointa un doigt accusateur vers la gamine en question.

-Ohhhhh bah Aki ?

-Je suis vraiment, vraiment désolée...

Tandis que la blonde se confondait en excuses, Levi dépassa les deux femmes et rejoignit les autres membres du bataillon sur l'estrade. Les soldats s'activèrent tous au travail, de peur de se faire passer un savon par le redoutable brun.

-Bonjour Levi.

Erwin s'avança, se frayant un passage parmi les soldats qui combattaient pour l'humanité.

-Salut, Erwin.

-Qui est cette jeune fille que tu as ramenée avec toi ?

-Une morveuse insignifiante. Elle a raté son fiacre, du coup j'ai été obligé de la ramener avec moi.

-Et du coup, elle a de l'avance. 

-Ouais. Bah comme on a pris des raccourcis, c'est logique. Mais il y a 1 heure de différence entre la cérémonie et le début de la préparation donc je devais y être en avance.

-Le fiacre des nouvelles recrues est vraiment lent.

-C'est clair. Ca doit être un vieux croûton qui le conduit, pour sûr. Tss.

Le blond réfléchit un moment en détaillant Aki, et s'exclama soudain :

-Oh ! Je sais, c'est la fille que tu entraînes, non ?

-Ouais.

Voyant que le brun ne semblait pas enclin à lui communiquer plus d'informations, il s'éloigna pour répéter son discours.

L'heure passa très vite. Les derniers préparatifs s'achevèrent à temps, et les quelques recrues assez courageuses pour s'engager dans la bataillon arrivèrent environ cinq minutes avant l'heure prévue.

La cérémonie put commencer sans encombre.

-Tout d'abord, bonjour à tous... Et merci d'être là aujourd'hui. Nous sommes le bataillon d'exploration !

Le grand blond marqua une longue pause puis reprit :

-Aujourd'hui, vous faites un choix décisif pour votre vie future. Vous vous engagez vers une voie périlleuse, parsemée d'embûches. Dans le bataillon d'exploration, nous sauvons des vies. Nous tuons, nous sommes tués. Je ne vais pas pour épargner la réalité car elle est comme elle est. Nombre de nos camarades meurent au combat. Mais ce ne sont pas les seuls. Les Titans meurent, eux aussi. Nous combattons pour permettre à l'humanité d'étendre ses territoires et de reprendre son emprise sur le Monde. Nous souhaitons délivrer l'humanité de l'ombre des Titans. Nous voulons sauver l'Humanité, lui empêcher l'extinction. Nous souhaitons sauver des gens. Eviter à des jeunes enfants la douleur de perdre un parent.

Aki remarqua le regard de Levi posé sur elle. 

-Certains meurrent, d'autres vivent. Mais c'est nécessaire pour l'Humanité, et vous les savez tous. Sans nous, il n'ya plus aucun espoir de reconquérir la Terre. Si nous n'avons pas assez de membres, pas assez de talents ; nous nous éteindrons. Nous avons besoin de vous ! Vous pouvez contribuer à la sauvegarde de l'humanité, tous autant que vous êtes ! 

Il prit une grande inspiration et dévisagea chaque recrues. Certains pleuraient, d'autre étaient sur le point de le faire. Certains avait une expression déterminée, d'autre affichaient une désespoir ou un désarroi profond.

-Alors, si vous êtes prêts à porter les espoirs de l'Humanité sur vos frêles épaules, bienvenue dans le bataillon d'exploration.



Petite anecdote : Pour les noms des 10 premiers, j'ai utilisé des noms et prénoms de personnages de manga ou d'animés. Saurez-vous les retrouver ? (Sauf pour Aki et Yuki évidemment, bien que leur deux noms de familles viennent de mangas/animes aussi.)

J'espère que le discours d'Erwin vous aura satisfait. Je ne sais pas quoi en penser, je l'ai écrit un peu vite. Sur ce, merci d'avoir lu, j'espère que vous avez aimé et que vous prendrez la peine d'attendre le prochain chapitre.

2 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?