Miraculeux Décembre par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Romance

5 Mercredi 4 décembre | Secret

Catégorie: G , 1390 mots
0 commentaire(s)

Adrien a un secret. Un secret qu'il ne doit révéler à personne, pas même à Kagami. Pas même à moi.


Cher journal,

 

Aujourd'hui, je me suis retrouvée en heure de colle avec feu l'amour de ma vie, Adrien Agreste.


- « Marinette, tu ne crois pas que tu en fais un peu trop ? »


Tikki désigne de ses minuscules mains le mot « feu ».


- « Bon, d'accord. » J'abdique avant de le rayer à grands coups de stylo.


Tout a commencé le mercredi matin, dans la salle à manger [...]



- « Je ne comprends pas comment tu as pu te perdre, ma chérie. »


Assise à la table avec ma tasse de cacao fumante, je cherche éperdument une excuse quant à mon absence injustifiée de la veille. L'akuma s'est déclaré à des kilomètres du collège Françoise-Dupont, impossible de lui mentir en prétextant m'être mise à l'abri.


- « J'ai la tête ailleurs ! » Je m'exclame à court d'idées.


- « Mais Marinette, on habite à trois pas de l'école... »


En guise de réponse, je glousse nerveusement en tapotant des doigts sur le mug à l'effigie de mon Mecha dans Ultimate Mega Strike III. Au bout de la panique, je le vide d'une traite - me brûlant la langue passage - et file vers la porte d'entrée, équipée de mon sac.


- « N'oublie pas ton heure de colle ! » S'écrie ma mère alors que dévale les escaliers de la boulangerie.

Je m'arrête brusquement et manque de trébucher sur la dernière marche.


- « Oh non, la colle ! »




- « Prenez de quoi vous occuper intelligemment sinon j'en déciderai à votre place ! »


Mme Mendeleiev est sûrement le pire professeur en retenue. Tantôt elle vous espionne et vous fusille du regard sans raison, tantôt elle pousse des cris et d'autres bruits inconvenants le nez plongé dans une revue scientifique.


Sans un mot, je me replace sur mon banc et y dépose ma tablette sur laquelle des exercices de mathématiques m'attendaient. Mais ceux-ci paraissent bien moins intéressant que l'occupant du banc voisin. Adrien a écopé de la même sentence que moi, pour la même raison. Il avait manqué les premières heures de cours de la veille, sans raison apparente. Comme moi, il ne s'agit pas de la première fois, ainsi nous nous retrouvions dans la même salle.


« Quelle chance ! »


C'étaient les paroles d'Alya quand elle a appris la nouvelle. Selon elle, le fait de me retrouver coincé avec lui était l'occasion de lui parler. Mais c'était sans compter la sentinelle Mendeleiev, sur l'estrade.


- « Mademoiselle Dupain-Cheng, avez-vous besoin d’aide ?


- N-Non, Madame.


- Alors concentrez-vous sur votre travail plutôt que sur votre voisin. »


Sa remarque me jette un froid autant qu'elle me brûle d'embarra quelques instants plus tard. Je sens le regard d'Adrien se poser sur moi tandis que je presse mes mains contre mes tempes pour ne pas le croiser.


Qu'il soit en couple avec Kagami ne me dérange pas, c'est plutôt qu'ils aient voulu m'en aviser la première qui me dérange un peu. Adrien m'a toujours considérée comme son amie, je n'ai pas su saisir l'opportunité de devenir plus que ça, après tout. Kagami, elle, aussi déterminée qu'elle puisse l'être, n'a pas hésité une seconde à lui avouer son attirance. Elle m'a battue à plate-couture. Je suis Ladybug, je sauve Paris tous les jours et, pourtant, je dois reconnaitre m'être fait battre par plus fort que moi.


- « Vous avez vu ça ?! »


Le cri de Mme Mendeleiev brise le silence qui régnait dans la salle de classe. Elle se hisse sur son bureau et désigne la porte d'entrée de l'index.


- « Elle était là ! La bestiole de l'autre fois ! Je sais qu'elles existent ! »


Je ne comprends pas un traitre mot de son charabia, pourtant elle persiste à crier sur des créatures. Perplexe, je jette un rapide coup d'œil en direction de ma bourse. Tikki gigotte légèrement pour indiquer sa présence.


- « Oh, elle vient de partir dehors ! » Clame Adrien, debout derrière son banc.


Alors que notre professeur de science s'élance dans le couloir sans se soucier de notre heure de retenue, je hausse un sourcil. S'il y avait le moindre kwami dans cette école, je l'aurai remarqué... Le rire qu'Adrien pousse ensuite me tire de mes réflexions.


- « Tu as vu sa tête ? Il n'y avait rien du tout. »


Décidément, je ne comprenais rien de ce qu'il se passait. Le beau blond referme sa tablette et l'attrape de sa main droite. L'espace d'un instant, je crois qu'il va s'échapper de la classe quand il s'approche de moi pour s'installer à côté. Mon cœur commence à s'emballer, comme à chaque fois qu'il se trouve à moins d'un mètre.


- « C'est beaucoup mieux comme ça, tu ne trouves pas ? »


Sa question n'a aucun sens pour moi, mais j'opine tout de même de la tête. S'il voulait m'approcher, je n'allais pas refuser.


- « Désolé de t'avoir pris au dépourvu hier.


- H-Hier ?


- Oui, quand je t'ai dit pour Kagami et moi. Je ne voulais pas te mettre mal à l'aise. »


Et pourtant, cette simple phrase suffit à me replonger dans l'état que j'ai fui toute la journée. Blessée, je reporte mon attention vers ma tablette et y inscris distraitement quelques réponses.


- « Marinette ? Tout va bien ? »


S'il continue à utiliser ce ton mielleux avec moi, cela ne risque pas de s'améliorer. Je suis amoureuse de lui, alors n'importe quelle démonstration à mon égard fait bondir mon cœur dans ma poitrine.


- « Hé. »


Devant mon absence de réaction, Adrien pose sa main sur mon épaule, me provoquant un violent frisson.


- « Oui, tout va bien.


- Tu es sûre ? Je te trouve un peu bizarre dernièrement. Est-ce que j'ai fait quelque chose de mal ? »


Mes lèvres brulent d'envie de lui avouer mon mal-être. ...Peut-être que ça me dérange qu'ils soient en couple, finalement. Après avoir avalé le peu de salive qu'il me restait, je me tourne légèrement vers lui et croise son magnifique regard émeraude. Rien qu'une dose de courage et tout sera fini.


- « P-Pourquoi tu étais absent hier matin ? »


Quelle idiote ! Lui aussi paraît surpris de ma question.


- « A-ah... Je... J'étais occupé avec quelqu'un d'autre ! »


Encore Kagami... Alors que j'ai séché les cours pour libérer l'akuma, lui en a profité pour voir sa petite copine. Pas besoin d'être psy pour identifier le mal-être en moi comme de la jalousie.


- « Tant mieux pour vous deux. » Je lâche finalement.


Je ne sais pas si ma rancœur a teinté mes paroles, mais la poigne d'Adrien sur mon épaule se referme.


- « En vérité, je n'étais pas avec Kagami, mais je faisais quelque chose de très important. »


Sa rectification me décontenance, je l'interroge des yeux et attends patiemment qu'il poursuive.


- « Désolé, Marinette, je ne peux en parler à personne, mais il y a ce secret que je dois protéger à tout prix. C'est à cause de ça que j'étais en retard hier. Tu comprends ? »


D'un côté, je ne pouvais que le comprendre, ayant moi-même un énorme secret à protéger. Néanmoins, son besoin de m'informer qu'il n'était pas en compagnie de Kagami m'a soulagée. Je pousse un long soupir, sentant la pression retomber progressivement.


- « Hé ! Je vous rappelle que vous êtes en retenue ! »


Postée à l'entrée de la classe, Mme Mendeleiev semble avoir abandonné sa chasse au kwami. Adrien reprend sa place, non sans m'adresser un clin d'œil chaleureux. [...]



Je me demande quel genre de secret cache Adrien. Peut-être une activité top secrète ! Et s'il était un espion envoyé par la CIA ? J'espère qu'il me le dira un jour.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?