Un Dernier pour la Route par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Humour

16 Chapitre 5 - Partie 4

Catégorie: T , 2099 mots
0 commentaire(s)

Le train les avait tous ramenés à Poneyville. Sunset Shimmer avait demandé à pouvoir rester au château, ce que Twilight avait accepté avec un enthousiasme presque gênant. La nuit était bien avancée, pourtant Maxime n’avait pas encore rejoint sa chambre. Celle que Twilight avait offerte à la nouvelle venue était juste à côté de la sienne et il n’avait pas envie de la savoir aussi près de lui. Plutôt que de végéter au salon, il s’était installé dans la salle aux trônes, attiré là par il ne savait quoi. Calé dans le trône de Twilight, seul à la lueur des cristaux, il laissait l’ivresse du whisky terminer de l’imprégner. La carte flottait toujours au-dessus de la table, brillante même sans marque allumée. Les yeux de l’humain parcouraient le trajet entre Poneyville et Appeloosa, revenant sans cesse vers le château miniature. Tout près de là, les ruines de la forêt et la grotte de l’Arbre d’Harmonie brillaient. La tête de Maxime lui tournait, ses paupières se faisaient lourdes, mais il n’avait pas le courage de se lever pour aller se coucher. La lueur de la carte l’attirait, comme la flamme d’une bougie attire les insectes dans la nuit.

Un miaulement s’éleva. Sans un bruit, le chat s’était glissé dans la salle et avait sauté sur le trône voisin, comme si c’était le sien.

- Fous le camp, grinça Max.

L’animal le fixa, comme pour le mettre au défi d’essayer de le faire partir, puis se leva avec souplesse et bondit sur ses genoux. Maxime n’osa pas le toucher, trop étonné pour réagir. L’animal se roula en boule, ferma paresseusement les yeux, puis se mit à ronronner. Lentement, Maxime se détendit, parcouru par cette chaude et douce vibration.

Quelques minutes plus tard, il s’était endormi.

 

 

***

 

 

Depuis quand était-il apparu ? Était-ce sa lumière qu’il l’avait réveillé ? Quand Maxime avait rouvert les yeux, le soleil rouge et or de Sunset Shimmer brillait sur la carte. Le chat avait quitté ses genoux. Ses yeux jaunes brillaient à côté de la porte. Dès que l’humain fut debout, il dressa la queue et quitta la salle en direction du hall. Une vague impression de déjà-vu s’empara de Maxime. Docile comme un somnambule, silencieux comme une ombre, il suivit le félin à travers le château. L’un derrière l’autre, ils traversèrent la bâtisse de cristal, puis la ville endormie, puis la forêt plongée dans la nuit, jusqu’à atteindre les ruines. Sunset Shimmer les attendait au fond du gouffre, sa marque brillante comme une braise dans l’âtre.

- C’est comme si elle m’avait appelée ici, dit-elle en la regardant. Je suis certaine de n’avoir jamais vu cet endroit, et pourtant je savais que je devais y venir. Étrange, non ?

Maxime ne manifesta pas la moindre réaction. Le rêve éveillé dans lequel il était resté plongé tout au long du chemin s’effaçait. Le tintement cristallin qui l’avait accompagné depuis son réveil était remplacé par le bruissement du vent dans les arbres, la lumière irréelle des étoiles par le clair de lune. Sunset suivit son regard vers l’entrée de la grotte.

- Qu’y a-t-il là-dedans ?

- Des emmerdes, répondit Max. Rentrons au château.

- Quelque chose nous a appelé ici, pourtant.

- Rien ne m’a appelé.

- Alors que fais-tu là ?

Maxime grinça des dents.

- Ça ne te regarde pas. Et je ne me souviens pas t’avoir autorisé à me tutoyer.

La licorne lui jeta un regard malicieux, puis entra dans la grotte.

Rien n’avait changé depuis la dernière fois que Maxime était venu. L’Arbre se dressait toujours au centre de la caverne, ses branches de cristal levés vers la voûte, ses racines plongées dans les rochers.

- Il y a de la magie ici, murmura Sunset. Une magie puissante.

- Sans blague...

La licorne s’approcha du tronc et tendit la patte. Sa marque se mit à briller comme une lampe.

« ... L’Harmonie... »

« ... L’Équilibre... »

« ... Reconnaissent les leurs... »

« ... Ceux qui ont leur place en ce monde... »

« ... Qui y sont nés... »

« ... Qui ont décidé d’y revenir... »

« ... Qui ont choisi de le faire leur... »

La marque de Maxime se mit elle aussi à luire. Il leva la voix, poings serrés.

- Conneries ! Vous vous entendez parler ? Vous me forcer à revenir et vous prétendez que c’est moi qui l’ai choisi ? Vous avez de la chance que je ne sois pas venu avec une hache !

Il eut l’impossible et pourtant bien réelle impression que l’Arbre riait.

« ... Ce qui avait été brisé a été réparé... »

« ... Celle qui devait revenir est de retour... »

« ... Une fois sa mission achevée... »

- Ma mission ? s’étonna Sunset. Quelle mission ?

La voix se tut presque assez longtemps pour donner l’impression qu’elle réfléchissait.

« ... Celle de comprendre... »

« ... Qu’on ne fait pas un monde sien, mais le sien... »

« ... Et que celui qui était déjà le sien... »

« ... Elle l’avait laissé derrière elle... »

Un frisson parcourut le pelage de la ponette. Elle leva un sabot tremblant vers le tronc.

« ... Et celui qui a rendu son retour possible, grâce à elle ... »

« ... Peut maintenant faire de même... »

Quand elle le toucha, une lumière blanche emplit la grotte.

 

 

***

 

 

S’était-il endormi ? S’était-il évanoui ? Maxime avait l’impression d’à nouveau se réveiller. L’éclat blanc qui avait illuminé la caverne imprégnait encore sa rétine. L’Arbre scintillait comme jamais. À côté du tronc, un rectangle de lumière était apparu, dévoilant, au-delà d’un passage sombre, le ciel gris de pluie, l’asphalte noir des routes, les toits et les murs d’une ville. Le chat se frotta contre ses jambes.

- Qu’est-ce que c’est ?

Sunset Shimmer s’approcha, mais on sentait dans sa voix qu’elle savait déjà de quoi il s’agissait. Elle toucha à nouveau le tronc.

- C’est lui qui a fait ça ?

- Il n’y a pas de « lui », grogna Max. Ce n’est qu’un arbre.

Elle le regarda, surprise, puis plissa les yeux vers le portail.

- Il a ouvert un passage… pour toi ?

L'incompréhension se lisait sur le visage de la licorne. Elle leva la tête vers la voûte, dans l’espoir d’une explication, mais la voix s’était tue. Elle se retourna alors vers Max, l’air presque fâchée.

- Tu n’as même pas l’air surpris ! Il vient de t’ouvrir un passage vers ton monde ! Il te laisse repartir, comme ça, tout simplement ! C’est ce que tu veux, non ?

Maxime se baissa lentement vers elle, le front plissé dans un mélange grinçant de mépris et de pitié.

- Ce que je veux ? Comment peux-tu le savoir ? Tu sais ce qui s’est passé, la dernière qu’il m’a « laissé » rentrer chez moi, comme tu dis ? TU m’es tombée dessus ! IL t’a fait me tomber dessus, et tout a recommencé ! Tu ne vois pas ce qui se passe ? Il se fout de nous ! Il nous balade comme il veut d’un monde à l’autre, il nous empêche d’aller nous-mêmes où on veut, et il a le toupet de vouloir nous faire avaler la pilule avec ça ! Qu’il aille se faire voir !

Il ramassa un caillou et le jeta avec rage à travers le portail.

- Mais tu veux quand même y retourner, non ? insista Sunset.

- Pas si je le dois à ce truc.

- Mais tu en as envie, pas vrai ? Tu le veux autant que je voulais ! Rentrer dans ton monde, chez toi !

Chez lui… Maxime se figea. La lumière au-dessus d’eux se renforça.

« ... Vivre ici rend meilleur. Ceux qui vivent ici sont bons. Ils le sont presque tous. La seule folie, c’est de ne pas s’en rendre compte et de vouloir partir… d’avoir voulu partir... »

Les paroles de Sunset Shimmer résonnaient dans la grotte, reprises par la voix.

- La ferme !

Maxime s’assit sur un rocher et se prit la tête dans les mains.

Bons ? Oui, ils l’étaient. Meilleurs ? Par rapport à ses semblables, oui, sous bien des aspects. Chez lui ? Allait-il oser reconnaître que, depuis longtemps, la plupart des visages qui lui venaient à l’esprit quand il pensait à « chez lui » n’étaient plus ceux d’humains ? Après tout, qui l’avait aidé, soutenu, et même supporté ses caprices mieux que ne l’avait jamais fait n’importe quel membre de sa propre espèce ?

Chez lui…

Le chat se frottait sur sa jambe. Sunset lui posa un sabot sur le genou, un triste sourire aux lèvres.

- C’est dur, hein ? D’enfin comprendre. D’enfin réaliser… Mais je comprends, tu sais.

Maxime la fit taire d’un doigt sur le museau. Contre sa cheville, le chat avait recommencé à ronronner.

 

 

***

 

 

Ils rentrèrent en silence, le chat sur les talons. Les lumières du château étaient allumées. Twilight les attendait sur le seuil, l’air de déjà savoir ce qui s’était passé. Maxime l’aurait presque remerciée de ne pas les avoir rejoints dans la grotte. La ponette mauve souriait, émue.

- Alors, tu as fait ton choix ? Tu restes ?

Maxime et Sunset se retinrent de se regarder, mais la licorne souriait aussi. D’autres formes équines franchissaient la porte du château pour se joindre à la jeune princesse.

- J’espère bien qu’il reste, plaisanta Applejack. On n’a pas eu le temps de lui préparer un cadeau d’adieu.

- À la place, on va pouvoir faire une super fête ! bondit Pinkie. Deux, mêmes ! Une pour « Sunset Shimmer revient à Equestria » et une pour « Maxime reste à Equestria » !

Elle semblait prête à décoller, déjà sous l’emprise du démon de la fête. Sunset Shimmer s’éloigna d’un pas, légèrement inquiète. Applejack éclata de rire.

- Tu t’y feras, sucre d’orge, ne t’inquiète pas, dit-elle en prenant Sunset par l'encolure. Même ce grand dadais s’y est fait !

Elle fit un signe de tête vers Maxime, qui était resté en arrière. Les autres entraînaient déjà leur nouvelle amie à l’intérieur, mais Twilight resta dehors, à côté du bipède.

- Est-ce que je peux te demander pourquoi ? demanda-t-elle quand les autres se furent éloignées.

- Tu peux, mais ça ne veut pas dire que je te répondrai.

La musique s’était allumée à l’intérieur. Sunset Shimmer n’allait pas tarder à découvrir la rapidité avec laquelle Pinkie pouvait faire démarrer une fête. Twilight se passa la patte dans la crinière.

- On ne t’en aurait pas voulu si tu avais décidé de partir, mais on aurait été tristes. Je suis contente que tu aies choisi de rester, quelles qu’en soient les raisons.

Maxime soupira.

Quand lui et Sunset avaient quitté la grotte de l’Arbre, le portail était toujours là. Allait-il rester jusqu’à ce qu’il décide de le franchir ? Si, un jour, l’autre monde lui manquait vraiment, pourrait-il changer d’avis et y retourner ? Ce monde le lui devait bien, après tout. Ou était-ce lui qui y avait gagné ? Gagné un nouveau chez lui, un nouveau foyer, de nouveaux… amis ? Allait-il un jour avoir le cran de les appeler ainsi ? Ne l’étaient-elles pas déjà ? On ne peut vraiment devenir ami avec quelqu’un qu’en trinquant avec lui, dit-on. Dans ce cas, les habitants bizarres de ce monde bizarre, ces poneys étranges et pourtant si attachants seraient bientôt les siens, quand il aurait vidé sa chope avec chacun d’entre eux.

Après la musique, les lumières de la fête s’allumèrent dans le château. En bas des marches, Maxime mit un genou à terre, tendit les bras vers Twilight et, pour la première fois, la serra contre lui.


0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?