Zenitia, ou l'île de la consécration (Arc 1) par

9 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Crossover / Action / Aventure

1 Arrivée sur l'île de Zenitia !

Catégorie: G , 3329 mots
3 commentaire(s)

Début du premier arc : Le début des vacances !



~~~~~~~~~



Arrivée sur l'île de Zenitia


Bonjour/Bonsoir à toi qui donnes une chance à ma 'fic !

Dans cette histoire, j’appellerai Sacha Satoshi par commodité (il s’appellera en fait Satoshi et son surnom sera Sacha) Le nom en français est chiant et redondant à la lecture, et ça donne un combo pour le moins maladroit avec le passé simple. Je vous retrouve en bas pour vous parler un peu ;)


Ah, et petit conseil : Moi pour lire, je clique deux fois sur la loupe avec un moins dessus, et je mets en noir. C'est beaucoup moins agressif, et ça donne un côté intimiste et cosy qui rend la lecture sur écran moins dure.


~~~~~~~~

Ce récit relate l’histoire alternative de Satoshi, bien après le début de l’aventure et sur une autre île. Il a 18 ans. Son aventure démarre bien, il fait de belles rencontres et s’endurcit, se rapprochant de son rêve plus que jamais sur cette île du nom de Zenitia. Au fur et à mesure de son aventure, il a vu des centaines de Pokémons et en a attrapé des dizaines. En sept ans de carrière, il était maintenant plus ou moins connu par la planète Dresseur. Zenitia, cette île si particulière, était donc un défi à la hauteur de ses ambitions, et qui le propulserait peut-être directement au rang de Maître des Maîtres… Le seul et unique.

~~~~~~~~


Habillé chaudement sous le soleil de plomb d’après-midi, Satoshi était sur un paquebot blanc et luxueux, noir de monde. La chaleur l'avait obligé à ranger son éternel jean dans son sac rouge, pour le troquer contre un short bleu, associé à un t-shirt du même blanc que la coque immaculée de l’embarcation, charriée par les vagues. Son Pikachu était toujours là, sur son épaule et à côté de sa casquette, regardant comme lui la ville côtière dont ils s’approchaient : Saint-Trompette. Nouvelle île, nouvelle aventure, nouveaux amis, et de l’action garantie ou remboursée !


Car ce gros bout de terre, nommé Zenitia et vers laquelle ils se dirigeaient, était une destination faite par les grands dresseurs historiques pour les grands dresseurs. Des concours, plus d’arènes que la normale, tellement d’attractions et un championnat final qui assurait la renommée du dresseur gagnant. Sacha ne recherchait pas la gloire, loin de là. Mais après huit ans à se balader de Ligues en Ligues, il avait décidé de se pencher un peu plus sur son rêve. Sur cette île c’était bien simple : soit on en ressortait roi, soit on en ressortait pas. Et sachant qu’on ne comptait qu’une dizaine de Grands Dresseurs sur les milliers qui ont posé le pied à Zenitia, vous pouvez comprendre que la sélection était plutôt rude.


Il ressortit de sa poche le magazine qu’il avait eu il y a deux semaines comme un talisman : là-dedans, il y avait la clé pour devenir Maître Pokémon. En effet, gagner une Ligue Pokémon ne suffisait pas. En gagner plusieurs non plus. Il y avait autre chose à prendre en compte ; la renommée. Car cette dernière était la plupart du temps justifiée. De par des championnats légendaires gagnés, des actes fous réalisés, des populations sauvées... Mais il y avait aussi de multiples autres façons de démontrer sa puissance, comme des concours privés ou en petit comité avec comme invités des dresseurs prometteurs cherchant à se faire voir des plus grands.


De loin, Saint-Trompette ressemblait à n’importe quelle ville côtière riche. Une plage de sable fin et brillant, malmenée par des milliers de touristes collés les uns aux autres pour profiter le plus longtemps possible du beau temps. Les petits commerçants se démultipliaient sur la route pavée et brûlante derrière la plage, juste aux pieds de maisons de vacances luxueuses et détenues par des personnes auu comptes en banque fournies. Outre ce côté vacances et bon enfant, Saint-Trompette étalait toute sa grandeur et légitimait son titre de capitale économique de Zenitia, au vu des nombreux gratte-ciels qui auraient pu constituer l’horizon de Sacha, s’il n’y avait pas ces hautes et lointaines montagnes, au milieu de l’île.


Les Pokémons pullulaient de partout, encore plus que la normale, et sans même leur dresseur avec eux. Sacha ne put réprimer un sourire béat. Il ne voulait pas se détourner de son objectif, mais ne pouvait s’empêcher de frémir d’excitation, à l’idée de savoir qu’il allait passer son été à Zenitia ! Cette terre paradisiaque qu’il n’avait pu voir jusqu’alors que dans les cartes postales ou à la télé.


Finalement, le paquebot arriva à bon port, et Satoshi descendit d’un pas rapide les escaliers du bateau. Sur sa droite se trouvait un parking de yachts chouchoutés par leur propriétaire qui s’afféraient à les faire briller, allant jusqu’à éblouir quiconque tournait le regard vers eux. Sur sa gauche, la plage qui lui faisait tant envie. Mais pour l’instant, il devait se diriger droit devant lui, vers la chambre d’hôtel qu’il avait réservée.


En temps normal, Sacha aurait profité du beau temps en marchant au pas, laissant tel un lézard, le soleil percuter son corps et le réchauffer. Il aurait reniflé les bonnes odeurs qui s’échappaient des restaurants aux alentours, laissé planer son regard sur les grillades et autres bons mets. Et puis, son regard se serait peut-être perdu sur les silhouettes avantageuses des nageuses qui remontaient l’allée en tongs et maillot de bain, droit vers la plage… ! Mais il n’avait pas le temps de flâner ; son estomac exprimait franchement un désir de se remplir pressant, et c’était bien connu, Sacha ne pouvait rien refuser à son ventre !


Quelques minutes plus tard, il jetait son sac sur le lit de sa chambre d’hôtel, puis il sauta à son tour sur le matelas au confort relatif, épuisé. Pikachu s’affala sur le tapis et ses paupières commencèrent à jouer un jeu de métronome, tantôt descendant, tantôt montant. Il avait dû monter dix étages pour ouvrir son deux-pièces, et en plus, la seule vitre donnait sur la façade d’un autre immeuble aux murs beiges et inexpressifs. Ben ouais, la vue sur la mer était pour les riches et les sédentaires. Lui, c’était un aventurier, un voyageur… ! Au moins, la pièce n’était pas trop lugubre. Et puis, il ne s’y attarderait que pour dormir.


— Ah, Saint-Trompette est génial ! s’écria-t-il avec bonheur. Tellement de soleil, de mondes, et…


Il entendit alors les cris du ventre de Pikachu. Immédiatement les siens répondirent avec plus d’ampleur. L’estomac de son ami ne se laissa pas faire et répliqua, tant et si bien que les voisins devaient avoir entendu. Sacha ne comptait pas faire durer ce concours improvisé pus longtemps.


— Oui, ne t’inquiète pas, répondit Sacha au « Pika Pika » plaintif de son compagnon. J’ai encore pas mal de Pokédollars… ! Allez viens, on descend !


Cette fois, la descente fut active, moins pénible. Sacha plongea de nouveau dans la foule qui emplissait l’allée qu’il avait quittée pour rentrer dans l’hôtel, et projeta son regard en l’air, de droite à gauche, à la recherche de la première bonne enseigne gastronomique qu’il verrait. Ses yeux furent alors aimantés par deux filles plus loin qui marchaient dans son sens, habillées avec légèreté et en pleine discussion. Bizarrement, il ne réussit pas à détacher son regard des deux jeunes femmes, et se surprit à les admirer alors même que son estomac geignait comme un animal blessé. C’était bien la première fois qu’il privilégiait quoi que ce soit d’autre à la nourriture, de quelque nature que ce soit. Il faut dire qu’il avait bien grandi depuis le jour où il avait quitté le domaine familial… !


Au cours de son aventure, il avait rencontré maintes filles qui aujourd’hui lui semblaient attirantes au possible, mais il n’avait pas vu cela lorsqu’il était plus jeune. Désormais, Ondine ou encore Aurore étaient des amies de très longue date, et il lui était impossible de briser cette amitié. Mais il avait l’impression, de temps à autre, que son innocence en matière d’amour lui avait gâché pas mal d’occasions de vivre une belle histoire. Maintenant, il avait envie d’une relation différente avec l’autre sexe, et ces pensées l’obnubilaient dans les moments de faiblesse comme en ce moment.


Finalement, c’est son estomac qui prit le dessus et il trouva un beau petit restaurant où il y avait encore quelques places.


La couleur qui ressortait le plus était le rouge velours du tapis emplissant la pièce, ainsi que les murs marrons de bois vernis, bourrés de tableaux de plats plus succulents les uns que les autres. Presque toutes les tables rondes étaient prises, et il s’assit en coin de salle sur les fauteuils épousant la forme du mur avec Pikachu. La serveuse arriva rapidement :


— Bonjour monsieur ! Pour vous rafraîchir, nous vous proposons de commencer par nos glaces plus fraîches qu’un Farfuret ! Figurent aussi au menu un plat chaud, une salade césar façon Bulbizarre, et…

— Pour commencer, je vais prendre la glace, goût… feu. Et toi Pikachu ?


Sous le regard un peu surpris de la serveuse qui n’avait jamais vu un dresseur demander son avis à son Pokémon, Pikachu pointa de ses petites pattes la glace goût citron sur la carte.


— Il va la prendre goût électrique. Comme toujours, n’est-ce-pas Pikachu ? Et on va aussi prendre la salade de fruits, le smoothie, deux verres de limonade, la salade…

— Euh… mais vous commencez par le dessert ?

— Oui ! affirma Sacha d’un hochement de tête.


La serveuse s’en alla avec un petit sourire désabusé : c’était toujours le cas lorsque Sacha, ou plutôt l’estomac démesuré de Sacha prenait la parole. L’ambiance était saine, bruyante et l’ensemble donnait la joie de voir tous ces Pokémons sortit de leur Pokéballs, tous ces enfants jouant avec eux…


Une deuxième fois dans la journée, son regard croisa une fille, à l’autre bout de la salle et en coin aussi, côté rue. Elle tournait le dos à la baie vitrée et regardait avec un sourire amusé son Floresia Shiny boire un thé glacé. Ses cheveux bruns mi- longs étaient ondulés et brillants, ses yeux d’un vert clair. Elle avait un t-shirt blanc sous une chemise en jean, avec un jean noir et des baskets montantes multicolores. Ses jolies fossettes accentuaient son sourire et son visage angélique. La jeune femme croisa ses yeux et il détourna rapidement les siens pour les reporter sur la carte, non sans colorer ses joues.


Plus tard, Sacha engloutissait comme un ogre le plat qu’il avait commandé, parlant la bouche pleine avec son compagnon. Peut-être qu’inconsciemment, il le faisait pour oublier cette fille qui, bizarrement, ne cessait de hanter ses pensées. Ses réflexions portaient généralement sur des nouvelles stratégies de combats, et il se sentait donc presque gêné d’avoir l’image de cette jeune femme perpétuellement en tête. Il jeta un coup d’œil timide vers l’endroit où elle était assise mais ne la vit plus. C’est alors qu’il sentit quelqu’un lui tapoter l’épaule.


— Puis-je m’asseoir ?


C’était la fille : Satoshi s’étouffa avec sa boisson sucrée. Sa voix était douce, accueillante. Sacha acquiesça sans réfléchir en se nettoyant quelque peu les lèvres et s’enfonça dans son banc.


— Tu… Heu, tu veux un verre ?

— Oh… ! Non merci, répondit-elle poliment avec le sourire.


Quel idiot ! Il lui avait tendu son propre verre, dans lequel lui et Pikachu avait bu ! Il venait de traiter cette jeune fille comme un Pokémon à qui on donne le fond de son verre… Normal qu’elle refuse ! Il lui fallait d’urgence réparer son erreur. Il en eut l’occasion lorsqu’un serveur passa à côté d’eux. Il espérait que l’odeur ne soit pas trop forte d’ailleurs… ! Il se rattrapa dans la seconde et fut assez fier de son initiative. Il arrêta un serveur sur un coup de tête et offrit un verre à la jeune femme.


— Au moins, il ne sera pas sale, dit-il après que le serveur soit parti. Et puis c’est un cadeau, alors…

— Merci !


Ce sourire, encore ! Elle lui demanda timidement si elle pouvait toucher son Pikachu, ce que Sacha accepta avant même qu’elle finisse sa phrase. De toute façon, son compagnon s’était approché d’elle et se dodelinait déjà dans ses bras, repu. Satoshi chercha ensuite du regard un sujet de conversation. Elle semblait être venue juste comme ça, pour lui parler car il l’intéressait et il en était honoré. A lui maintenant de prouver qu’il pouvait entretenir la discussion, et non rester à la regarder comme un merlan frit ! Sacha se mit alors à la féliciter pour la capture de son Joliflor shiny et posa des questions à propos de ce dernier. Il lui parla ensuite de son aventure avec son Pikachu, de quelques-unes de ses péripéties (les plus calmes, histoire de ne pas la choquer). A son grand plaisir, son sourire se démultiplia pendant la conversation et le sien aussi, jusqu’à ce qu’elle laisse échapper un petit rire :


— Désolée… Tu as un morceau de salade sur la dent… !

— Oh, zut… bredouilla Satoshi, les joues cramoisies. Quelle andouille…

— Non, ce n’est pas grave, sourit-t-elle.

— D’ailleurs, tu as un bout de poussière dans les cheveux…

— Hein ? Un bout de poussière… ? 


Elle éclata de rire, les mains devant la bouche.


— Mais ça n’existe pas ! Tu ne dois passer la poussière souvent pour le savoir ! Ou bien tu as voulu dire bouloche… ?

— Ah oui, ce doit être ça… marmonna Satoshi, plus rouge que les tapis du restaurant. Attends, je m’en occupe, décida le jeune homme.


Il se pencha sur la table et tendit son bras vers la boule de poussière. Une fois enlevée, il la regarda avec un sourire et se rendit compte qu’il s’était rapproché d’elle. Ils se regardèrent d’un sourire gêné, et avant même que Satoshi se remette sur son siège, une gigantesque déflagration souffla l’entièreté du restaurant.


Ils furent projetés contre le mur et une table pleine de plats vint même le heurter de plein fouet. Le bruit de l’explosion fit vibrer sa boîte crânienne au point que toute pensée s’en alla de son esprit, et il eut terriblement mal au dos et au ventre, ainsi qu’au nez. Un sifflement sourd et insupportable naquit dans ses oreilles en même temps qu’il ouvrait les yeux sur le restaurant méconnaissable. Tous les clients avaient été projetés vers eux car la déflagration venait de la rue. Quelques personnes et Pokémons en sang ne se relevaient pas, et la rue était aussi remplie de monde blessé et à terre. Beaucoup d’entre eux devaient être morts, vraisemblablement.


— Pikachu ? Pikachu !... Pikachu !!!


Ouf, ce dernier était juste derrière lui. Il se lova dans les bras de Sacha et le jeune homme regarda d’un air perdu autour de lui. Joliflor était là, mais le petit Pokémon de trente centimètres de haut à peine était blessé ! Plus loin, sa jeune dresseuse était couchée par terre, le front en sang et un plat renversé sur sa chemise. Elle se releva en même temps que lui avec peine et Satoshi lui rendit son Pokémon.


— Elle est gravement touchée… l'informa inutilement Satoshi. Il faut aller dans un centre Pokémon de toute urgence ! Qu’est-ce qu’il s’est passé… !


Tout à coup, trois personnes entrèrent dans le restaurant à la place du mur réduit en miettes sur le sol, alors que les cris horrifiés des passants dans la rue continuaient de se faire entendre. Au milieu et devant les deux autres se trouvait un homme au regard sévère, aux lèvres fines et aux cheveux cachés en partie par son béret noir. Sa longue veste noire devait lui tenir chaud sous ce ciel sans nuages. Derrière lui se tenaient deux femmes extravagantes, aux cheveux bouclés de couleur rouge pour l’une et bleue pour l’autre. Elles portaient les mêmes vêtements : des talons, une jupe en cuir noire et une chemise blanche qui leur donnait des airs de secrétaire. L’homme voulut alors parler mais il fut interrompu par une voix que Sacha attacha tout de suite à un jeune homme espiègle.


Il était noir, avec un short vert et une ceinture à Pokéball en diagonale au niveau de sa taille. Ses dreads épaisses étaient attachées, avec un bandeau aux teintes vertes et jaunes sur le front et il avait des bracelets au bras, avec un débardeur aux couleurs militaires. Son allure était athlétique, et son regard semblait nonchalant à première vue, mais il était énervé en ce moment. Il attrapa un Pokéball de sa ceinture.


— Ben alors bande de ploucs ? s'insurgea-t-il. Votre mère ne vous as jamais dit de pas faire exploser de bombes en public ?

— Ce n’est pas pour vous que nous sommes venus, dit simplement l’homme au béret en lui lançant un regard dédaigneux. C’est pour elle ! Cet attentat est un avertissement, Elizabeth...


Il pointa du doigt la jeune fille à côté de Sacha.


— Je ne suis pas un expert, mais j’aurais pas fait de la même façon si je voulais inviter une fille ! répliqua le jeune homme noir avec un sourire.

— Et tu vas devoir payer pour ceux que tu viens de tuer !!! s’exclama alors Sacha.


Les jambes un peu tremblantes et fou de rage envers l’homme, il se releva et Pikachu se plaça devant lui en position de combat.


— Bien… Vous cherchez donc vous aussi à mourir… ! murmura l’homme à la veste noire.



-------------

Voila voila pour ce chap' plutôt long ! Vous trouverez peut-être la première partie un peu longue, mais j'avais vraiment envie de vous mettre dans une bonne atmosphère avant de tout casser, brusquement. Pokémon est un peu trop enfantin à mon goût et je veux le crédibiliser un peu avec cette 'fic. De faire une fanfiction sur ça m'est d'ailleurs arrivé sur un coup de tête. Je ne l'ai pas fini, je ne sais pas si je posterais tout mais en tout cas, j'espère que ça vous as plu !

-------------



Spécialement corrigé par OldGirlNoraArlani

Le reste de mon arc a été corrigée par FanficSaiyuki27

Un grand merci à elles pour leur aide:)

3 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?