Louveteau ! par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Humour / Famille

6 La bête et la bête

Catégorie: G , 4907 mots
0 commentaire(s)

Chapitre 6 – La Bête et la Bête


Elijha se sentait en colère. Il n'était pas dans ses habitudes de devoir justifier ses actes. Et encore moins avec une humaine qui avait tendance à vouloir empiéter dans son esprit. Que Klaus puisse accepter de se confier à cette femme librement, c'était son choix et cela lui faisait du bien , c'est tout ce qui comptait à ses yeux . Lui aurait peut être aimé le faire aussi aisément mais cela lui semblait trop compliqué. Elle l'avait aidée en effet pour ses douleurs mais cela ne pouvait pas prévaloir sur tout le reste.


Elijha n'avait aucune envie de confier ses états d'âme à cette jolie thérapeute et franchement, n'en avait ni le temps …ni le courage en vérité.


Et pourtant il devait bien avouer se sentir à l'aise quand elle était près d'eux. Elle avait été certainement la seule à ne les avoir jamais jugés sur leurs erreurs passés et présentes et n'avait jamais émis de commentaires désobligeants à leur encontre. Son amitié ou amour pour eux était tout ce qu'il y avait de plus sincère et cela réchauffait aisément son cœur.


Il ralentit la cadence, une fois certain qu'elle n'avait pas pu le suivre et longea un chemin qui lui permettait de faire le détour par la colline sans pénétrer dans les bois environnants. Il n'était encore jamais allé dans cette direction et profita un peu du paysage environnant pour respirer plus calmement. La colline redescendait par la gauche en direction de la forêt. Un grand bois qu'il n'était pas prêt d'approcher. Une fois tout en haut , il se rendit compte que leur demeure n'était presque plus visible, cachée par des arbres. Il continua sur le chemin encore un peu, silencieusement. Seul son pas lourd sur les feuilles mortes résonnait dans l'immensité de ce paysage.


Personne , il n'y avait absolument personne aux alentours. En effet, ces frères et sœur avait raison. Ils étaient isolés de tout ici …


Il serra le louveteau encore plus près de son torse et lui déposa un baiser sur le crâne.


- Je te trouve bien calme, dis moi


« Et moi bien silencieux, mon frère. A quoi peux-tu donc songer dans ces moments là ? Je me pose souvent la question… » Klaus s'inquiétait souvent des silences d'Elijha même s'il savait son frère avare en bavardage, les silences pesant lui rappelait les secrets qu'Elijah cachait à la face du monde.


Le petit loup bougea un petit peu dans les bras du vampire, dérangé par les pensées de celui qui l'habitait.


« Ici, louveteau, le maitre c'est moi donc cesse de vouloir me faire taire, toi tu n'es que la Bête qui me sert de couverture pour le moment »


Le léger mouvement de la petite bête fit sortit Elijah de ses pensées. En baissant le regard sur le petit tas de poil qu'il tenait contre lui, il se rendit compte que le petit louveteau avait lové son museau à l'intérieur de son manteau et qu'une de ses pattes avait trouvé une ouverture au travers des boutons de sa chemise et reposait sur la peau nue de son torse. Cette sensation lui sembla très douce et il pouvait sentir l'appui de ses petites griffes contre lui et le duvet de sa patte qui le chatouillait un peu. Elijha le laissa dans cette position et de son autre main libre vint lui caresser le dos. Le petit louveteau frissonna un peu, et émit un petit bruit significatif de son bien être.


Elijah se sentait bien ainsi aussi. Bien sûr il ne se serrait jamais permis de laisser un contact si intime entre lui et un bébé loup si Camille avait été là. La honte l'aurait submergé et il n'était vraiment pas dans sa nature de montrer ses émotions aux autres qui l'entouraient.


Le petit animal ne dormait pas mais semblait avoir trouvé un peu de chaleur contre le vampire et restait très calme pour profiter au maximum de la possibilité d'être contre lui.

- Une bête avec une autre bête…ca ne peut que faire bon ménage, crois-moi. Je ne vaux certainement pas mieux que tes congénères. Profite donc, mon louveteau, de ce moment d'accalmie. C'est assez rare quand tu vis auprès de notre famille.


Puis il sourit en repensant que la Bête n'allait pas éternellement vivre sous cette forme et que bientôt en effet l'accalmie serait terminée au retour de son terrible frère.


Il lui manquait, son visage et ses mimiques de mauvais garçon lui manquait, l'odeur réelle de sa peau lui manquait, même ses cris et leurs disputes venaient déjà lui manquer. Elijah soupira. Pourquoi se sentait-il si proche de son frère alors que les décennies lui avaient montré que leur relation était très compliquée et souvent liée à des tensions et des disputes continuelles ?


Niklaus se sentait bien, en confiance et la douceur de la peau d'Elijah qu'il pouvait sentir au contact de ce louveteau le rendait presque nostalgique de leur enfance, où souvent il venait se blottir tout contre son frère, notamment les journées d'hiver comme celle-ci où le froid venait les envahir. Il aurait presque pu fermer les yeux et laisser le louveteau l'emporter dans le sommeil. Mais il était trop tracassé pour cela. Les douleurs qu'Elijah avait mentionnées l'inquiétaient et le silence de son frère face à cela le rendait nerveux. Pourquoi n'était il pas venu se confier à lui ? Il était son frère tout de même…N'avait il pas confiance en lui, craignait il un refus…pensait il tout simplement que Lui, Niklaus, aurait pu lui refuser ce réconfort…Il sentit sa gorge se nouer à cette idée. Etait il donc si terrifiant que même son frère de sang n'aurait pas osé lui demandé une faveur ?


Puis peu à peu le bercement des pas d'Elijha sur le chemin eurent raison de ses questionnements et il se laissa à son tour envahir par la chaleur procurée d'être contre lui.

Au bout de un ou deux kilomètre, Elijah finit par s'assoir sur un banc de bois qui se trouvait près des barrières d'un champ vide, décolla doucement le petit loup de son étreinte et le posa à ses pieds. Ce dernier s'assit en face de lui et le fixa de ses grands yeux verts.


- Je sais ce que tu dois penser , ce n'est pas vraiment délicat de ma part d'avoir laissé Cami là bas, mais je n'ai pas non plus à me justifier auprès de toi, dis donc, petit loup , alors arrêtes de me regarder comme ça et profite un peu de ta liberté pour courir et t'amuser. Allez va, tu t'es assez reposé, petit feignant.


ELijha lui montra les grandes étendues d'herbe qui s'offrait à lui puis regarda le ciel. Celui-ci était en train de se couvrir doucement mais ils avaient encore du temps devant eux avant que la pluie ne tombe. Et dire que le soleil était au rendez-vous il y a quelques minutes à peine.


Le vampire soupira. Il prit son portable et balaya les quelques noms qu'il avait dedans. Peut être devrait il s'excuser auprès de Camille pour son comportement et son départ précipité. Elle avait du le prendre pour un fou. Il hésita un long moment puis replongea l'appareil dans sa poche.


Non, ce n'était pas dans les habitudes d'un Mikaelson de demander pardon pour de simples broutilles. Il refixa son attention sur le louveteau et grimaça.


- Quoi ? pourquoi tu me regardes encore ? allez cours …à moins que tu veuilles faire le gourmand


« Mince, j'étais bien contre toi …Pourquoi je te fixe comme cela …Je ne sais pas, mon frère, peut être parce que tu as laissé en plan ma chère Camille et que tu t'es sauvé comme un voleur devant l'évidence. Et que tu me caches des choses sur toi ! Peut être que c'est pour cela que j'attends des réponses moi aussi ! »


Klaus savait pertinemment qu'il s'énervait tout seul son frère ne pouvant pas l'entendre ou ne voulait pas l'entendre. Pourtant une faille avait été ouverte et il avait réussit ne serait ce qu'un instant à pénétrer dans son esprit …il devait savoir ce qui clochait…et ELijha semblait avoir reconstruit des barrières psychiques bien hautes pour éviter toute nouvelle intrusion. Il en fallait bien plus pour décourager Niklaus. Puis il soupira. Le louveteau voulait reprendre le contrôle et aller jouer ! Mais dans quelle galère il s'était mis ! »

Tout en discutant avec ce petit louveteau qu'il commençait à trouver réellement attachant, Elijha fouina dans les poches de son manteau pour en sortir un petit paquet de biscuit.

- Tu en veux un morceau…ne dis rien à Niklaus, par contre, je les ai pris dans sa réserve. Ce sont ses préférés avec des graines de sésame. Vas goûtes comme ils sont bons.

Elijha posa un petit morceau du biscuit au sol et regarda le louveteau renifler prudemment puis tendre la langue pour le lécher et l'avaler d'un coup, la queue en l'air et les poils tout tendus.


- Tu vois c'est super bon…tiens vas y


Il lui tendit entre les doigts un autre morceau que Kiki vint directement manger au creux des mains d'Elijha. Celui-ci en profita pour lui refaire une petite caresse sur le crâne et sourit. Ce louveteau lui permettait tellement de ressentir au fond de lui quelque chose qu'il n'avait pas ressentit depuis si longtemps : De l'humanité…


« Eh mais ce sont mes gâteaux ! … »


Eljah finit par verser les quelques morceaux restants sur le sol et attendit que le petit loup se régale. Contre toute attente, celui poussa un des morceaux avec son bout de museau vers son maitre.


- C'est pour moi ?


Le louveteau jappa tout en secouant fortement la queue.


- Non vas y prend le, tu dois être affamé


« Surtout louveteau, que mon frère ne mangera jamais quelque chose qui a touché le sol et que tu as léché notamment » Klaus riait seul en voyant la moue un peu dégoûté qu'avait pu prendre Elijha en regardant le bout de biscuit. Son frère avait vraiment du mal avec la saleté ! Maniaque comme il était, cela ne l'étonnait guère…


Puis Elijha poussa un peu le petit loup pour qu'il aille s'amuser dans l'étendue qui s'offrait à lui.


Kiki avait fait quelques pas dans l'herbe, avait essayé d'attraper une sorte d'insecte, puis devant l'évidence que la petite bête volante s'était enfui plus loin, revint doucement vers son maître et se colla contre ses chevilles pour lui mordiller le bas du pantalon en tirant dessus.


- Quoi, que veux tu ?


Le louveteau couina un peu et retira de nouveau sur son bas de pantalon, puis commença à gambader dans l'herbe pour revenir refaire son manège deux ou trois fois.


« Humiliant, il ne manquerait plus que tu ailles lui lécher les bout de chaussures ! Non, mais c'est pas vrai… je vis la pire expérience de ma vie »


- J'ai compris, tu veux qu'on continue par là bas. Mais qu'est ce qu'il y a, là bas, dis moi qui puisse autant de donner envie d'aller voir. Allez vas y, moussaillon, puisque de toute manière, je me doute que je n'aurai pas le dernier mot avec toi non plus…


« Pauvre Elijha, on va te plaindre, dis donc, pauvre martyre de frère ! «


Le louveteau heureux que son maître reprenne la route dominait désormais la marche, en dandinant allègrement et faisant balayer sa queue de droite et de gauche puis se retournait pour voir si Eijha le suivait bien.


- Pas de crainte, je ne vais pas t'abandonner ici. Au mieux, ce serait au fond d'un puits …


« Eh ! Non mais ca va pas…c'est quoi ces pensées monstrueuses ! «


Elijha sourit. Il se doutait bien que son frère devait t'empester à chaque fois qu'il le cherchait un peu. Mais nom de dieu, ce que ses répliques pinçantes lui auraient fait du bien tout compte fait !


Puis d'un coup, le louveteau se mit à renifler l'air avec insistance et se figea , le regard tendu vers le bois, tout excité. Son museau pointait dans la direction de cette forêt qui semblait l'appeler et son regard se fit plus doré.


- Ah non, pas par là !


Klaus sentit une vague de puissance l'envahir aussi . Il avait toujours été attiré par les bois, du fait de sa condition d'hybride. Cet environnement l'attirait comme un aimant et s'imaginer courir au travers des arbres et s'enfoncer dans les profondeurs de ces grands bois le rendait presque euphorique. Il ne le faisait d'ailleurs que très peu, sa personnalité vampirique ayant souvent le dessus sur sa condition de loup.


Le louveteau reprit sa marche tout de même en direction du bois quand ELijha le rattrapa par le col et lui fit faire demi tour.


- Non, c'est dangereux les bois, pour les tous petits loups, tu sais, il y a des pièges, il y a des sangliers qui n'apprécieraient pas du tout ta venue…


Le louveteau s'était arrêté les oreilles tout tendues pour écouter la voix de son maître puis se retournant de nouveau , comme si il ne pouvait résister, reprit sa course vers le bois.


- Kiki ! Je t'ai dit non , mais c'est pas vrai, tu tiens cet entêtement de qui…oh… je ne devrai même pas me poser la question…Niklaus, stop !


« Kiki, tu oses m'appeler par ce prénom ridicule, Kiki, et ben tu sais quoi, nous allons rejoindre notre territoire ! Nous somme des loups et des loups ca n'a pas peur des bois ! Allez , cours mon loup …cours »


Avant même que Elijha puisse réagir le petit louveteau se mit à courir vers le bois plus loin, passa sous la barrière d'un champ et …fut rattraper sans aucune difficulté par Elijah qui l'attrapa et le porta comme un sac à patate devant lui. Les pattes de Kiki balançaient dans le vide bien vite comme s'il souhaitait continuer son cheminement.


- Je te jure que si recommence je te mets un collier et une laisse jusqu'à ce que tu reprennes ta forme initiale


« Je te pensais pas branché sado maso ! …ELijha, pitié, laisses nous aller au moins sentir l'odeur des arbres, allezzzz…fais pas ton chien »


Elijah fit demi tour, repassa par-dessus les barbelés en arrachant au passage malheureusement un bout de son pantalon, ce qui le fit grogner, ramena le louveteau sur le chemin de terre.


- Suffit ou sinon on rentre !


Le louveteau, queue basse, gémit légèrement tout en tournant la tête vers la profondeur des bois. Mais docile et trop peureux pour s'échapper de nouveau, revint vers les pieds de son maître et le suivit doucement.


Klaus hurlait de rage. « Bat toi, nom de Dieu, t'es un loup ou une lavette …j'avais envie de courir au travers de toutes ces odeurs, ca fait plus de deux mois que j'en ai pas l'autorisation, ca aurait été le moment ou jamais… » Puis Klaus se rendit compte que de toute manière, le louveteau était encore bien trop petit pour filer comme l' éclair s'en être rattrapé par son frère.


Elijha reprit sa route quand il sentit des gouttes d'eau lui tomber dessus. Les nuages étaient devenus tous noirs d'un coup et le vent s'était levé. Le froid se fit ressentir immédiatement et il resserra les boutons de son manteau contre lui. Mince, le temps se dégradait rapidement. Il accéléra le pas pour rejoindre le chemin qui menait à la demeure quand un éclair zébra le ciel et un énorme coup de tonnerre résonna au travers de la campagne. Le louveteau se mit à gémir et se réfugia dans les jambes de son alpha rapidement ce qui le déséquilibra et le fit tomber les fesses au sol. Le bébé loup en profita pour lui grimper dessus et se glisser comme il put à l'intérieur de son manteau, tout tremblant.


« Oh je déteste l'orage moi aussi »


Un second coup de tonnerre encore plus puissant retentit, des éclairs illuminèrent tout le ciel et le soleil disparut définitivement pour laisser place à une pluie torrentielle et gelée. Elijah se leva rapidement, essuya son manteau et ouvrit quelques boutons pour laisser pénétrer le louveteau à l'intérieur. Puis il referma les pans pour cacher intégralement la petite bête. Elle tremblait de tous ses membres et n'arrêtait pas de couiner à chaque grondement du ciel.

Elijha soupira. Il n'y avait aucun abri à proximité et il commençait à être totalement détrempé. Son manteau n'offrait plus aucune protection au petit loup qui tremblait désormais et de peur et de froid et sa chemise commençait aussi à ressentir les affres de ce temps terrible. Les nuages étaient de plus en plus sombres, ce qui donnait l'impression que la nuit allait tomber en pleine fin de matinée.


- C'est bien ma veine


Il ferma ses bras contre le bébé enfoui sous son manteau et avança sur le chemin qui prenait des allures de boues tout au long. Ses chaussures en étaient recouvertes désormais. Un éclair se figea sur le sol quelques centaines de mètre d'eux ce qui le fit sursauter. Puis un arbre subit la foudre et se coupa en deux à quelques mètres d'eux. Le petit loup poussa un cri alors qu'ELijah écarquillait les yeux.


- Ah oui tout de même, les éléments semblent vouloir se déchainer !


« C'est peu dire, Elijah, mon louveteau est en train de faire une crise de panique…alors grouille toi, j'aimerai pas que ca me gagne non plus ! «


Elijah n'avait jamais non plus apprécié les orages si violents mais il n'en avait jamais non plus vraiment peur. Mais il savait que son frère n'aimait pas ces temps là, réminiscence liée à la brutalité de leur père qui avait souvent eu le mauvais goût de les entrainer dehors par des temps pire que celui-ci pour leur apprendre à être fort face aux éléments qui se déchainaient. Klaus en avait gardé une peur qu'il essayait toujours de cacher mais que son frère devinait bien. Il resserra de nouveau le louveteau contre lui, plus pour tenter de rassurer son frère que pour ce petit bout de poil et chercha du regard où il pouvait bien aller pour essayer de se protéger en attendant que tout se calme.

Il se mit alors à courir et descendit la colline face à lui mais se rendit bien trop tard qu'il s'était trompé de chemin et venait d'arriver dans une sorte de prairie entouré par les bois.


- Merde


« Klaus sursauta. Pour que son frère lâche un juron, c'est qu'il y avait problème. »


ELijah sentit le louveteau se tendre et le rassura


- Ne te soucie pas, je me suis juste trompé de chemin, on va faire demi tour


La pluie tombait de plus en plus forte et de plus en plus drue, faisant presque mal. Elijah n'en revenait pas. Entre la foudre, les éclairs, le tonnerre, on aurait pu croire que les ténèbres venaient pour les emporter.


Il chercha dans la prairie un endroit pour se protéger mais à part les bois en contrebas il ne vit rien qui puisse permette de patienter. Il respira un grand coup et décida, non sans une certaine appréhension, d'aller juste à l'orée du bois pour se mettre à l'abri sous les arbres. Il aurait préféré encore se prendre la foudre que devoir s'approcher de ces bois maudits mais il devait mettre le louveteau et par alliance, son frère à l'abri de la foudre et des bruits du tonnerre. ET puis tout semblait vide de vie donc…pas de raison de craindre ces bois…


Son cœur s'emballa légèrement quand il s'enfonça juste à l'orée de la forêt, pour qu'ils puissent être couvert par les arbres. Les éclairs zébraient le ciel et illuminaient la prairie.


Klaus aurait tellement aimé être à l'abri de leur demeure, près du feu que de devoir affronter ces terribles bruits qui lui rappelaient le visage dur et sévère de son père quand il le battait pour avoir peur d'un simple coup de tonnerre. Bien caché sous le manteau de son frère, il vénérait presque d'être sous cette forme de louveteau que son frère protégeait du mieux qu'il pouvait de la pluie et du froid.


Puis d'un coup, il sentit un frisson le parcourir. Ce n'était pas lié au froid du dehors, non quelque chose lui donna des sueurs froides. Un danger…il sentit l'odeur…l'odeur des loups.


Le louveteau essayait de se caler le plus loin possible dans le manteau d'Elijah, quand il se figea. Il se mit à grogner d'un coup et sortit la tête du manteau, le poil hérissé et les babines retroussés. Elijah le serra contre lui ne comprenant ce qu'il lui arrivait


Ne t'inquiète pas, mon petit père, je suis là. Tu n'as pas besoin de grogner contre ce tonnerre, il ne peut rien te faire de mal


Mais le bébé loup ne se calmait pas. Le museau tendu à l'extérieur, il renifla encore un peu et grogna de plus belle, commença à pousser des petits cris plus proches du hurlement du loup que des jappements qu'il faisait depuis le début. Il essaya de sortir du manteau, échappa au bras d'Elijah et tomba au sol pour se redresser aussitôt et se tenir droit le corps tourné vers le bois, tout en tension. Elijah regarda ce bébé loup se transformer presque en une bête sauvage et se baissa vers lui pour le caresser.


- Mais que t'arrive t-il ?


Klaus grogna de toutes ses forces. Il sentit son sang se glacer et la bête en lui se réveiller pour faire face au danger. Il sentit alors la main d'Elijah se poser sur le front du louveteau et brisa les barrières psychiques entre lui et son frère.


«- Elijah, derrière toi, le loup …cours…COURSSSS !


Les barrières de l'âiné s'effondrèrent et il communiqua avec son frère. La terreur qu'il ressentit à ce moment là le fit se retourner d'un coup. Face à lui, derrière un arbre se tenaient deux énormes loups, les crocs dehors et le regard doré, presque sanglant. Elijah sentit son cœur s'emballer et ses membres le lâcher. Pas ça …pas ces loups, pas maintenant. Il essaya de contrôler sa respiration et voulu se baisser pour attraper le petit louveteau quand un des loups attaqua.

Tout fut rapide. Le premier loup attaqua Elijah tandis que le second loup sauta sur le petit louveteau qui poussa un cri de douleur. Il l'emporta en le tenant dans sa gueule. Le louveteau se mit à geindre et à appeler. La voix de Niklaus paniqué retentit alors dans le psychisme d'Elijah. Un appel à l'aide, Klaus en danger , du sang qui coulait sur le pelage du louveteau et ce loup qui pensait l'emmener dans les profondeur du bois…


Tout devint noir et profond dans la conscience du vampire, toute humanité le quittait. Elijha sentit alors en lui une fureur comme jamais il n'avait ressentit remonter le long de sa colonne, lui foudroyer les os et lui bouillir le sang, lui briser presque l'esprit et ses yeux se transformèrent en la bête qu'il retenait au plus profond de lui depuis trop longtemps. Son louveteau… NiKlaus… étaient en danger. Plus rien n'allait arrêter la Bête en lui de se déchainer.


Il stoppa d'un coup l'attaque du premier loup, le démembrant sans aucune difficulté, jetant son corps contre un arbre et courut après le loup qui emmenait son frère. Sa vitesse vampirique fut fatal au ravisseur. Elijah se tenait désormais devant lui sans aucune once de charité ou de bonté sur le visage, tout n'était que fureur et mort. Elijah allait donner la mort à celui qui osait s'attaquer au sien.


Le loup recul un peu et lâcha le corps du petit louveteau au sol, ensanglanté. Celui respirait mal, une partie de son flan avait été déchiré par les crocs de son attaquant, le sang coulait vite, bien trop vite…Elijha fixa son attention sur ce sang qui se déversait au sol, sur la respiration de plus en plus lente de son petit louveteau, sur la douleur que ressentait son frère et sur son coeur qui semblait ralentir.


Le loup recula encore quand ELijah passa au dessus du louveteau pour s'approcher encore plus de lui. Il essaya de fuir, se retransforma en humain sous la peur et demanda pitié, pitié…pitié…Elijah n'avait aucune pitié, il était une bête lui aussi, une bête vengeresse. Il fonça sur le loup garou, nu, lui planta ses crocs s dans la gorge et l'éviscéra, la laissant se vider au sol sans un seul geste pour secourir l'homme qui se tenait désormais devant lui. Le gargouillis de sa gorge finit en un râle bruyant et tout s'arrêta. Elijah court rapidement vers le petit louveteau


- Kiki…Niklaus, Niklaus, parles moi …


Ses mains désormais tremblaient. Il abattit toutes ses barrières mentales et posa son front contre la tête du petit louveteau qu'il tenait dans ses mains, la main sous son dos, le ventre tourné vers lui.


- Niklaus, parles moi, je t'en prie


- Lijah , j'ai mal, j'ai l'impression qu'on m'a arraché une partie du corps, Aide moi …aide moi


Elijah sentit sa gorge se nouer. Il regarda autour de lui et se rendit compte qu'il était dans les bois sans aucune aide possible. Il serra le louveteau contre lui. Le sang coulait sur son manteau, sur ses mains, le long de son pantalon pour finir en goutelettes sur ses chaussures. Le sang de son frère…


- Tiens bon, mon frère, tines bons…tiens bon…


ELijah, je me sens faible, tellement faible, le louveteau, il est trop petit pour une telle attaque…elijah..


La voix de Klaus ne faisait plus qu'un murmure de plus en plus lointain dans l'esprit du vampire.


- Non, non, non, non … no, non pas ça …Niklaus, sois fort je te ramène à la maison, je t'en prie, concentre toi sur moi, je t'en supplie…


Le louveteau eut des soubresauts. La douleur était trop forte pour lui. Elijah essaya de panser sa blessure béante et ôta son manteau et sa chemise. Il enroula la plaie autour de sa chemise blanche et serra fort pour colmater le sang qui coulait sans cesse. Il mit ensuite le louveteau dans son manteau et le serra contre lui, bien au chaud.


- Je vais aller te soigner, tout va bien se passer, tout va bien se passer…


Ses paroles sortaient avec difficulté de sa gorge nouée et il laissa les larmes lui couler sur le visage, les lèvres tremablantes. Il sentit le froid l'envahir.


Son frère était en danger de mort !


Il reposa son front contre celui du petit louveteau qui dépassait du manteau et se concentra


- Klaus, écoute moi, suis ma respiration, suis le battement de mon cœur, accroche toi à celui-ci…je sais que tu peux le faire …


- ELijah…j'ai mal…j'ai si mal


Puis le noir envahit l'esprit des deux frères. Elijah hurla.


- nOn, non , NOOONNNN


Il ne lui fallut que quelques secondes pour sortir du bois, Les éclairs et la foudre tombaient presque sur ces deux êtres qui couraient dans la campagne . Il remonta la colline à une vitesse vampirique et arriva face à sa demeure, totalement paniqué.


C'est là qu'il la vit, assise sur le perron attendant certainement le retour du vampire.


Elle se leva d'un coup en voyant le visage baigné de larmes d'Elijah et accourut vers lui.


- Que se passe t il ? Elijha, parles, parles …


Il la fixa à son tour, tout son regard réclamant de l'aide, il était démuni, il ne savait plus quoi faire et lui tendit machinalement le petit loup ensanglanté. Elle souleva un pan du manteau et regarda la chemise ensanglanté. Le corps de Kiki se soulevait avec difficulté. Il gémissait faiblement. Elle regarda Elijah qui restait devant elle, sans bouger, sans parler, complètement perdu puis attrapa son bras et ouvrit la portière passager de sa voiture


- On y va , monte dans la voiture, je vous emmène chez le vétérinaire.


Camille respira un grand coup. Le tonnerre était de plus en plus fort et la pluie ne semblait pas vouloir s'arrêter. Elle s'assura que la route ne soit pas trop glissante et démarra emportant avec elle le petit louveteau mourant et son maître transi d'effroi.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?