TWD : Au-delà de tout par

16 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Romance / Horreur

59 Brèche dans la frontière

Catégorie: T , 2626 mots
0 commentaire(s)

Lori fixant Rick :

 

Maggie regardant une Carol silencieuse : Ils sont ensemble?

 

Carl surpris : Elle est trop jeune pour lui!

 

Beth : Je reviens.

 

Elle se leva et partit rejoindre son amie avec sa propre couverture.

 

Brooke une fois que la jeune blonde fut avec elle : Avec tout ça, j’en ai oublié le livre. Elle rit. Il l’a toujours!

 

Beth rigola : Pas très malin! Comment tu vas faire?

 

Brooke sur le ton de la connivence : Tu peux garder un secret?

 

Beth se penchant vers elle en baissa la voix : Oui!

 

Brooke idem : Quand tout le monde va dormir, je vais aller récupérer le bouquin ni vu ni connu. Comme ça, j’éviterais un nouveau malaise.

 

Beth : C’est une bonne idée. Pour lui aussi ça a dû être gênant. Après une petite pause. Entre nous, il y a quelque chose entre vous?

 

Brooke surprise par la question : Quoi?

 

Beth d’un sourire gêné : Par moments, on dirait que vous formez un couple.

 

Brooke rigola : Tu plaisantes?! C’est de ça que ça à l’air? Parce qu’on n’est pas ensemble. On en est même assez loin!

 

Beth d’un petit sourire : D’accord…

 

Brooke : Qu’est-ce que je devrais faire selon toi? Andrea m’avait conseillé de me tenir loin de lui.

 

Beth : C’est vrai que tu parais lui faire mal en compliquant les choses. Il est comme un grand frère comme tu dis. Mais… Elle baissa la tête.

 

Brooke : Mais quoi? Silence. Tu le penses toi aussi? Que je devrais prendre mes distances? C’est ça?

 

Beth haussant doucement les épaules sans la regarder : J’en sais rien. C’est probablement mieux pour chacun d’entre vous. Elle la regarda. Qu’est-ce que tu veux au fond de toi?

 

Brooke même mouvement qu’elle : Le retrouver. Que les choses redeviennent comme avant.

 

Beth : Pourquoi… Qu’est-ce que tu aimes le plus chez lui?

 

Brooke : J’en sais rien. Et toi?

 

Beth rigola doucement : C’est dur à dire. Il est tellement… Elle ne continua pas sa phrase.

 

Brooke à sa place d’un petit sourire : Spécial?

 

Beth : Oui! C’est ça! Je crois qu’on l’admire toutes les deux…

 

Brooke : Je n’avais jamais vu les choses sous cet angle mais je crois que c’est exactement de ça qu’il s’agit!

 

Petite pause.

 

Beth murmura : Je ne veux te causer aucun problème… Brooke se pencha sur elle et l’écouta très attentivement. Mais si c’est réellement ce que tu ressens, et que c’est ce que tu veux, tu devrais aller le retrouver.

 

Brooke sans élever la voix pour autant : Mais il ne veut plus de moi à ses côtés!

 

Beth : Peut-être… Ce n’est pas l’impression qu’il me donne. Et que veux-tu qu’il fasse? Uh? Te crier dessus? Elle rigola. Tout le monde l’entendrait et pour la discrétion, on repassera. Elles rirent. Au point où tu en es, tu n’as rien à perdre avec lui. Son amie sembla hésiter encore un peu. Tu n’auras qu’à prétendre ne vouloir que ton livre.

 

Brooke décidée : Oui! Bonne idée!

 

Après un dernier sourire d’encouragement, la jeune blonde sortit et la laissa seule pour méditer sur la suite. Ce qu’elle décidera de faire.

 

Une fois que chacun s’en fut à sa tente, Brooke voulut sortir de la sienne. Néanmoins, elle retint un cri de stupeur. Il était juste devant elle, accroupit, une main dirigée vers la fermeture Éclair.

 

●●●

 

Il vit sa bouche s’entrouvrir et craint qu’elle ne lâche un cri de surprise. Par conséquent, il plaqua l’une de ses robustes mains contre la bouche de la rousse.

 

Daryl mit un doigt de son autre main devant ses lèvres : Shhh…

 

Elle opina positivement de la tête et il la libéra. Elle lui coula un regard interrogateur et il acquiesça. Alors, elle le laissa passer et il entra dans son abri. Elle referma derrière lui et il la fixa tout en s’installant en tailleur dans le fond. Une fois qu’ils furent enfermés, elle avança timidement vers lui. Elle s’installa tout près et leurs genoux se touchèrent lorsqu’elle s’assit comme lui, face à lui.

 

Brooke murmura : Pour qu’on puisse mieux s’entendre sans devoir élever la voix. Je ne pense pas que tu souhaites être trouvé ici.

 

Daryl : Mm-hmm… Silence. Tu allais où comme ça?

 

Brooke d’un petit sourire : À ton avis.

 

Daryl : Faudrait arrêter de faire ça.

 

Brooke se moqua de lui : Dis le mec venu me rejoindre dans mon lit…

 

Il la fixa.

 

Mauvais choix de mots…

 

Daryl inconfortable : Pourquoi dire ça?

 

Brooke d’un regard évident en baissant les yeux sur lui : À ton avis?!

 

Suivant son regard, il vit qu’il était effectivement dans son lit. Il s’était assis là où elle dormait. Ce fut sans arrière-pensée qu’elle avait parlé. Elle utilisa seulement le premier degré sans réaliser qu’il y avait un sous-entendu à cette expression.

 

Daryl en lui donnant l’objet : Ton livre. J’ai oublié de te le donner.

 

Brooke sourit en le prenant : Merci. J’avais remarqué. C’est pour ça que j’allais vers toi quand je t’ai vu.

 

Daryl : Et c’était nécessaire d’attendre d’être certaine de ne pas être surprise à venir me retrouver dans ma tente que tu as attendue aussi longtemps?

 

Brooke : Je pourrais dire la même chose à ton sujet. Silence. Et oui, c’était volontaire. J’ai cru que ça serait plus facile pour toi de me parler si personne ne nous surveillait.

 

Daryl : Et tu ne sais pas pourquoi j’imagine…

 

Brooke : C’était juste une impression Daryl. Pourquoi on nous surveillerait?

 

Daryl détournant les yeux : Pour rien…

 

Petite pause.

 

Brooke : Tu ne m’as jamais répondu.

 

Daryl sans la regarder :

 

Brooke : Pourquoi tu t’acharnes à me briser le cœur en bousillant notre amitié juste après me laisser revenir vers toi?

 

Daryl la fixant intensément : Et toi? Pourquoi tu t’acharnes à me torturer?

 

Brooke prise au dépourvu : Je ne vois pas de quoi tu parles. Je ne vois pas ce qui te prend depuis cette histoire avec Randall, lorsqu’on était dans la remise. Il se crispa à ce souvenir. Depuis qu’on en est sorti, tu n’es plus le même avec moi. C’est parce que je t’ai vu le torturer? C’est ça qui te tourmente? Le fait que je veuille toujours de toi après ce que je t’ai vu faire? À cause de ce que tu as fait et de ton passé, tu te crois indigne d’être aimé?

 

Son regard pour elle changea d’un seul coup. Il fut plus intense que jamais. Plus pénétrant, plus inquisiteur.

 

Daryl piqué : Qu’est-ce que tu sais de mon passé exactement, huh?

 

Brooke : Ce que tu as bien voulu que je vois.

 

Daryl se crispa et se renfrogna : Ça… Il baissa honteusement la tête.

 

Il serra les poings et trembla de rage.

 

Il repensa à la stupide décision qu’il prit en la laissant venir avec lui dans cette foutue remise de merde! Il lui permit de faire ça et elle le vit à l’œuvre. Ce qu’il l’autorisa à voir, ce fut sa rage, sa violence et son instabilité.

 

Voyant sa réaction, elle les enveloppa de ses petites mains. Les siennes paraissaient gigantesques comparées à celle de la jeune fille.

 

Mais il se trompait. Elle connaissait déjà son tempérament. Ça se voyait depuis le début. Elle parlait d’autre chose. Ce fut autre chose qu’il lui permit d’entrevoir de lui-même par mégarde.

 

Brooke : Ce qui te met dans cet état… Est-ce que ce sont tes ci… Elle se tut et changea d’approche. Ce que je sais de toi, c’est que tu as dû te battre dans ta vie. Souvent même. Je t’ai vu… Ta façon de frapper Randall et Shane. Ta façon de te battre contre lui principalement en dit long. Tu sais et tu n’as pas peur de prendre des coups, d’en rendre. Tu en as reçu plus que nécessaire. Je me trompe? Silence. Tu sais où frapper pour faire le plus de mal et causer un maximum de dégâts. Sa voix se fit douloureuse. Et tu as appris ça par expérience… Elle fit une pause et baissa les yeux sur ses poings. Ils ont servi. Pour blesser. Pas uniquement te défendre. Mais tu t’es laissé faire malgré tout. Tu n’as sans doute rien tenté pour l’arrêter. Elle le regarda. N’est-ce pas? Il en fit autant. Tu as dû te poser la question souvent, non? Il l’observa d’un œil interrogateur et elle parla d’une voix douce. Qu’est-ce que j’ai bien pu faire pour le mettre tellement en rage et mériter autant de mépris, de souffrance, de cruauté?

 

Daryl, sans élever la voix pour autant, d’un ton dur pour cacher ses émotions : Qu’est-ce que tu en sais pour commencer? Huh? Ton père te battait peut-être? J’crois pas, non. Ça se saurait. J’aurais vu les marques sur ton corps. À force de te regarder, de t’observer.

 

Il fut allé trop loin dans les confidences, les aveux. Il voulut lui soustraire ses mains mais elle referma les siennes dessus. Il essaya de nouveau plus fortement alors elle lui saisit les poignets pour l’en empêcher en les ramenant vers elle. Ses jointures touchèrent son ventre… Elle ne réagit pas à ce contact presque intime.

 

Et dire qu’il fut un temps où elle bondissait loin de lui lorsqu’il ne faisait que lever une main vers elle! C’était dingue comme elle avait changé parmi eux. En leur présence à tous, elle s’ouvrit peu à peu. Avec Andrea, elle réapprit à faire confiance. En la compagnie de l’homme face à elle, elle s’épanouit de jour en jour.

 

Daryl brisant le contact visuel : Quelqu’un s’en aurait aperçu. Il préférait qu’elle ne sache pas à quel point il lui portait de l’intérêt.

 

Brooke sincère : Mais tu as raison. Je ne sais pas ce que ça fait qu’être martyrisé continuellement par l’une des deux seules personnes qui sont naturellement faites pour t’aimer inconditionnellement. Elle fit une pause. Mais je sais quelque chose que tu ignores. D’un mince sourire mélancolique. Il y a d’autre façon de blesser un enfant. Pas besoin de lever la main dessus pour lui faire mal. Elle détourna les yeux sur la droite, au-delà du traqueur. L’ignorance fait très bien le travail… Elle baissa la tête et se mit à caresser distraitement les mains du chasseur de ses pouces. Suffit juste de ne pas l’aimer. Sans réfléchir, elle les porta à son visage et les embrassa simultanément. Ça, contre sa peau, c’est une chose que je connais…

 

Promptement, il les lui retira. Elle le regarda, surprise par sa brusquerie.

 

Brooke, réalisant ce qu’elle faisait : Oh! C’est vrai… Excuse-moi, Onis… Tu m’avais déjà dit de ne pas…

 

●●●

 

Promptement, il retira ses mains. Il la fixa, dérouté et confus par ce qu’il ressentit en ce moment.

 

Elle parla mais il n’écouta pas. Dans un seul et même mouvement vif, il lui saisit le visage et plaqua violemment sa bouche contre la sienne.

 

Elle fut surprise mais agréablement. Elle entrouvrit les lèvres et il fit de même. Ses mains désertèrent son visage souriant contre le sien et explorèrent le creux de ses reins. Elle passa son bras droit derrière sa nuque cependant que sa main gauche fut dans ses cheveux. Elle pressa la tête du chasseur contre la sienne et leur baiser devint plus passionné.

 

Elle se redressa sur ses genoux et plaqua son corps contre le sien. Instinctivement, elle grimpa sur lui. Elle fut légèrement plus haute que l'homme tout en le collant davantage… Il ne lui en donna pas le choix. De ses bras puissants, il la maintint contre son torse en l’embrassant fougueusement.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?