Undermadness par

12 vote(s) de lecteurs, moyenne=10/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Drame / Famille

10 Coups de pinceaux

Catégorie: G , 3091 mots
1 commentaire(s)

Petite note pour DakKarn851 : Je comprends le fait que tu sois pas si triste que ça. C’est tellement déprimant en fait qu’on s’est habitué, aussi horrible que ce soit… Moi c’est le cas, en tous cas. Enfin ! Moi aussi, j’aurai préféré mourir 30 fois que de tuer celle que j’aime… Kin est bien plus courageuse que moi, c’est certain. Et heureusement pour elle, la fic arrive plutôt à sa fin. Espérons que Kin connaisse… Enfin, que grâce à elle, les autres connaissent une fin heureuse… Merci pour ton com, je n’en dit pas plus, je voudrais certainement pas te spoiler la fin.

Bonne lecture à tous !

******************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************************

 

Un rêve.

Moi qui étais si heureuse d’avoir réussie à m’endormir, après cette journée… Je n’ai pas encore tué ma famille, oui, c’est uniquement pour qu’ils puissent mourir dans un endroit qu’ils aiment.

Et… Il me fallait absolument du repos.

Faire des génocides les uns après les autres, tuer femmes et enfants monstres, entendre des cris de terreur lorsqu’on pourchasse un humain…

J’avais besoin de dormir.

Et maintenant, je me demande ce que je vais voir, dans ce fichu rêve.

Tout est encore flou, pour l’instant. Flou, très flou. Encore plus flou que d’habitude, comme si mon rêve lui-même se cherchait. Je soupire. Prenons les paris.

J’ai vu lorsque j’ai reconstruit le palais, en dernier. Et en théorisant sur un aspect chronologique…

Je devrais normalement voir…

-Joyeux anniversaire, ma petite héroïne !

Hein ?

Ma petite héroïne ?

Il n’y a qu’une seule personne qui m’a appelé comme ça de toute ma vie.

Le flou commence à disparaitre. Je retrouve… La jeune moi. Encore plus jeune. 3 ou 4 ans, sans plus…

Elle se tient devant un immense cadeau, un chapeau sur la tête. Elle est souriante, rayonnante, même. Elle se jette sur le cadeau. Déchire immédiatement le papier.

Je souris moi-même en voyant un petit pinceau. Je me souviens de ce cadeau.

Je n’ai jamais eu l’occasion de l’utiliser.

-Merci Papink ! Merci !

Le flou disparait encore un petit peu. La jeune moi saute. Elle atterrit dans les bras d’Ink, qui était à côté depuis le début, sans que je puisse la voir.

-Je ne mérite pas tant !

-Si ! T’es le meilleur Papink !

Elle rit. Il rit aussi. Ils se serrent dans les bras. C’est incroyablement cliché, ridicule… Et doux.

-Je t’aime Papink !

-Moi aussi, ma petite héroïne.

Il embrasse doucement son front. Elle lui prend la main, et l’entraine plus loin. Rendant l’image d’un coup… Bien plus flou…

Pourquoi tout est flou ?

Et surtout…

Pourquoi je ne me réveille pas ?

Soudain, comme si plusieurs coups de pinceaux nettoyaient le rêve, mon rêve se transforme, les décors se transforment… Mais qu’est-ce qu’il se passe !

Mais… Le flou disparait légèrement… Et je commence à apercevoir…

Des étoiles ?

Des étoiles, de partout, à l’infini… Mais qu’est ce que je faire à Outertale ?! Une seconde… Un souvenir avec ma famille ?

-Il fait bon ce soir, Error.

Hein ?

Mais… Mais je m’en souviens de ça !

C’était il y a deux ans, à peine ! C’est si récent ! La noiraude était déjà partie, et

Le flou commence à disparaitre. Et je me vois, la moi si récente, regardant les étoiles avec Error, l’air sombre, près de moi.

-Tu ne trouves pas ?

-…

Il est très, très silencieux. Je m’en souviens très bien… Je l’avais amené en dehors de chez lui, dans son lieu favoris… Juste pour qu’il se détende. Ce n’est pas en restant avec un mari dépressif qu’il allait aller mieux.

Je ne le regardais pas. Il ne me regardait pas non plus. C’était silencieux. Mais incroyablement agréable.

-Si.

Je me tourne vers Error, comme cette autre moi.

-Je me demande si PaperJam est parmi elles.

Evidemment.

De quoi d’autres ont auraient pu parler.

-Je ne sais pas. Son esprit devrait reposer dans le pinceau, normalement.

-Oui, tu as raison… Mais j’aime penser qu’elle nous observe.

Il sourit. L’autre moi sourit à son tour.

-Pas faux. Mais dans ce cas, elle doit être désespérée de vous voir dans un état pareil.

-Hahaha ! Le pire, c’est que tu as raison !

Je me mets à rire aussi. C’est ridicule, oui, mais…

Au moins, il rit ! Et c’est un point positif !

L’autre moi aussi s’est mis à rire, tendrement. Error soupire.

-J’aimerais tellement rester dans cette quiétude… Pour l’éternité.

-Je l’aimerais bien aussi.

On reste alors en silence. Un long moment. Je souris. C’est un bon souvenir… Error était heureux ce jour-là, avant de retourner chez lui. Mais je crois que depuis ce jour, il s’était mit à sourire plus souvent.

Et le flou revient.

Qu’est ce qu’il se passe, pourquoi je vois des souvenirs… Sans aucun sens ? Il n’y a pas de chronologies, ou… Juste… Des souvenirs…

A nouveau, des semblants de coups de pinceaux effacent les étoiles, pour les remplacer par un environnement froid.

Je ne reconnais d’abord pas l’endroit. Mais, petit a petit, alors que le flou disparait…

Je reconnais… Un laboratoire. Des tasses de café, partout, plus ou moins sales. Une machine glorieuse avec un bouton brillant de vert. Des piles de papier semblant infinies…

La jeune moi court, jeune moi de quatre ans à peine, une pile de papier à la main, vers un bureau. Celui sur lequel repose cette machine à café cultissime.

Je souris.

Tonton Sci.

-Tonton Sci ! Tonton Sci ! J’ai les papiers !

-Ah ! Merci, Kin !

Je cours vers le bureau, et enfin le flou disparait pour laisser place à Science, se tenant devant un café et une pile de papier. Je l’appelais Tonton Sci à l’époque, je n’arrivais pas à prononcer Science correctement.

La jeune moi dépose la pile sur le bureau, et lâche un soupire.

-Je l’ai fait !

-Encore merci, tu m’as sauvé la vie !

-Hehe, je suis la meilleure !

Il sourit, et se lève.

-Tu devrais rentrer chez toi, Ink va s’inquiéter.

-Oh, mais Tonton Sci !

-Je vais pas tarder à dormir moi aussi !

-Mais tu as l’air tellement réveillé ! Comment tu vas faire pour dormir ?

Science sourit, et sort quelque chose de sa poche, fièrement.

-Grâce à ça !

Je souris, et les yeux de la jeune moi brillent en reconnaissant une seringue.

-Wow… C’est quoi ça…

-Une seringue ! Ça me permet de m’endormir !

-Mais comment !

Il se penche un peu, et montre son bras.

-Dans cette seringue, je peux mettre un produit. Et si je pique au bon endroit de l’os, jusque dans la moelle…

Il enfonce doucement la fine aiguille dans son bras, faisant paniquer la jeune moi.

-Arrête tu dois avoir tellement mal !

-Non, non, ne t’inquiète pas ! Tant que c’est bien piqué, je n’ai pas mal !

-C’est vrai ?

Il hoche la tête.

-Là, je vais pouvoir me mettre le somnifère. Mais tu peux mettre des vitamines, de la nourriture liquide… On peut sauver de nombreuses vies !

-C’est vrai ?!

La jeune moi s’approche de lui. Elle lui attrape le bras, et regarde la seringue d’un œil brillant.

Je souris légèrement. Une seringue… Je vais lui en voler une, plus tard. Et grâce à ça, j’ai pu aider… Et sauver Papy.

Merci Science. De toute mon âme, je te remercie.

Je suis désolée d’avoir dû te tuer, toi aussi. Je ne t’oublierai jamais, je n’oublierai jamais ce que tu as fait.

Des coups de pinceaux, à nouveau, effaçant le si doux regard de la jeune moi. Quand est-ce que ce rêve va seulement s’arrêter ?!

Je veux qu’il s’arrête.

Je commence alors à voir… Entre le flou habituel…

Du vert ?

Pourquoi du vert ?

Oh… Oh, je crois que je reconnais… Oh…

Epictale.

Je n’y suis allée qu’une seule fois, et je m’en souviendrais toute ma vie.

-Je n’ai jamais vraiment compris la fascination de PJ pour cet AU.

Le flou disparait d’un côté, me laissant voir un Sci mélancolique, regardant devant lui. Vêtu d’une veste grise, légèrement portée par le vent.

L’autre moi, d’il y a une année à peine, est juste à côté. Mon écharpe volète elle aussi.

-Epic est son idole, non ?

-Oui, et c’est encore plus obscur pour moi.

Il soupire.

-Pourquoi lui ? Uniquement parce qu’il est fort ? Elle l’aurait battu vingt fois en duel, si elle avait pu les faire.

-Je suis d’accord.

Du flou disparait de l’autre côté de Sci, pour laisser apparaitre un Edge vêtu de noir et rouge, et regardant devant, l’air tout aussi mélancolique.

-Elle était tellement forte. J’aurais tellement aimé faire un duel contre elle, au sommet de nos puissances…

-Elle t’aurait battu.

-Mais au bout de combien de temps ?

Un petit silence s’installe. Je me souviens très bien de ce jour. Ils désiraient juste se reposer un petit peu, et ils voulaient que je les accompagne…

Je ne sais même pas pourquoi… Non, je ne sais plus pourquoi. Ils me l’ont dit, mais je l’ai volontairement oublié.

-Kin. Tu sais pourquoi nous avons demandé que tu viennes ici ?

-Non, j’allais justement le demander. 

Sci sourit. Maintenant que j’y pense, je ne l’ai jamais appelé Sci… Toujours Binoclard… C’est Tonton Sci et Binoclard, pas Science et Sci… Enfin… Je peux l’appeler Sci, maintenant.

-Je voulais te remercier d’avoir été la rivale de PJ.

Il lève les yeux au ciel, alors que je le regarde, suppliant explications.

-Elle m’a confié un jour qu’elle airait aimer t’affronter. Ce fameux combat à un contre un. Ici, dans son AU favoris.

-J’aurais adorée avoir un combat, moi aussi.

-Elle t’aurait battu.

-Sûr ?

Il lâche un ricanement.

-Tu me bat, et tu bats Sci. Mais tu ne pourras jamais battre PaperJam ! Même dans l’au-delà !

-Oh, tu en es sûr ?

-Certain !

Ils se mettent à rire tous les deux.

-A deux contre moi, c’est déloyal, les garçons !

-Hahaha ! Tu n’as pas vraiment tort !

-Enfin ! Pourquoi me remercier d’être sa rivale, exactement ?

Sci soupire.

-Grâce à toi, elle a voulu se dépasser. Elle a voulu devenir une héroïne. Elle a voulu sauver UnderWorld…

-Oh…

L’autre moi baisse la tête.

-Grâce à toi, elle est devenue… Ce qu’elle était avant sa mort. Une version bien meilleure d’elle-même. Une version… Dont elle était fière.

Je souris un peu à mon tour, alors que la jeune moi laisse échapper un vague ricanement. Edge se rapproche de l’autre moi, et pose sa main sur mon épaule.

-Et merci d’être avec nous, aussi. Tu nous as permis de faire notre deuil.

-Oh, comme c’est aimable à vous.

Il ricane.

-Sympa, moi qui te faisais un compliment.

-Je l’accepte avec grand plaisir, merci !

Un petit silence s’installe.

-C’est agréable, ici.

-Très. Ce petit vent est si doux.

Sci part vers Edge, et les deux s’assoient côte à côte sur l’herbe. L’autre moi fait de même.  

Ferme les yeux. Profite du vent.

M’attend à me réveiller.

Mais les coups de pinceaux apparaissent. Effaçant ce souvenir si doux… Pour le remplacer par des couleurs froides. Blanc, marron, et vert poussiéreux.

Je crois que je reconnais cet endroit…

Snowdin.

Je me reconnais. C’est une moi… Légèrement plus jeune. Légèrement. J’ai quoi… 18 ans ? Oui, 18 ans. J’ai rencontré PaperJam à 20 ans.

La jeune moi est cachée derrière un arbre.

Il ne me faut pas deux secondes pour deviner ce que je vais voir.

-Bonne nuit.

-Bonne nuit !

Du flou disparait légèrement me laissant voir une espèce de tente. Quelqu’un repose à l’intérieur, couvert par une couverture plus ou moins en bon état. Une jeune fille, 16 ans, se trouve devant.

Elle se relève. Et lorsqu’elle entend la personne dans la tente dormir, elle serre les poings.

-Et tu comptais sortir quand, exactement ?

Elle attrape un sabre, qui vient d’apparaitre dans sa main, et le pointe dans ma direction.

-Olà olà ! C’est bon, j’ai compris, j’arrive !

Je sors de ma cachette, bras en l’air. Elle dépose son sabre devant ma gorge.

-Que fais tu ici. Comment nous as-tu trouver.

-Reste calme, je ne te veux aucun mal.

-Répond !

Elle avance son sabre brusquement, l’autre moi est forcée de reculer.

-Je m’appelle Kin. Je viens d’un AU, plus loin. Je suis venue ici pour trouver à manger.

-Il n’y a plus de nourriture ici. Tu peux partir.

-Il n’y en a plus car tu l’as tout prix ?

Elle hoche sobrement la tête.

-Et lui, c’est qui, ton petit frère ?

Elle se fige.

-Tu ferais mieux de partir d’ici. D’accord ?

-Et toi, que fais-tu ici ?

-En quoi ça te regarde ?

-Cesse d’être agressive. J’admire ton sens de l’observation, et tes sabres. Tu crois que je viens à peine de te remarquer ?

-… Ce sentiment… De me faire observer…

-C’était moi, oui.

Elle reste silencieuse. La jeune moi continue alors :

-Je sais me battre. Mais j’ai cruellement besoin d’alliés pour mon projet.

-Un projet ?

-Un projet.

Elle serre sa main dans le sabre.

-Décrit moi ce projet.

-Un homme qui n’a fait que du mal doit payer. Et sa fille possède une âme si puissante qu’elle nous permettrait de faire un Reset considérable.

-Un Reset ? C’est tout ce que tu veux, un Reset ?

La jeune moi sourit.

-Un Reset qui permettrait à ma famille de survivre… Et à ton petit frère aussi.

-…

Elle jette un regard vers la tente.

-Un Reset. Ça nous ferait renaître, c’est bien ça ?

-Exactement.

-Et qui me dit que je pourrais te croire ?

-Absolument rien.

Elle semble surprise.

-Je veux dire… Je t’observait, depuis un moment déjà, on ne s’est jamais rencontrée… Tu n’as aucune raison de me faire confiance. Et je ne te demande même pas de la confiance, juste tes armes, pour qu’on puisse s’aider mutuellement.

Elle reste en silence, attendant une précision. Bon sang, j’avais oublié comme elle était méfiante… Mais l’autre moi, elle, semblait le savoir, a en juger par son sourire narquois.

-J’ai une famille aussi tu sais ? Une famille a nourrir. Comme toi, visiblement.

-Et alors ? Je peux très bien gérer ma famille toute seule.

-Seule ?

-Vaut mieux être seule que mal accompagnée.

Touchée.

-Très bien. Je veux tes sabres pour mon projet de Reset. Que veut tu de ma part ?

Elle semble réfléchir une seconde.

-Je met ma batte à mon service, si tu le veux bien.

-Que ferais-je de ta batte ?

-Une protection. Pour lui.

Je montre la tente d’un regard.

-J’ai trouvé un AU pour chasser.

-Alors tu ne cherchais pas de la nourriture ici.

-Si, j’en cherchais pour t’en donner. Mais il n’y en a plus du tout ici.

Elle serre les dents.

-Vous allez mourir de faim, si vous refusez mon aide.

-Comment peut tu voyager entre les AU’s !

-Je le sais, et je te l’apprendrai, le jour ou je sais que je pourrais te faire confiance.

Cet… Cet argumentatif… Quand je pense que je… He…

J’allais dire que je donnerais ma vie pour elle.

Mais c’est finalement elle qui l’a donnée, contre sa volonté, pour moi.

-…

-C’est gagnant gagnant. Promis.

-… Tu viendrais quand ?

-Tous les matins, je t’apporterais à manger.

-Et en échange, je dois me battre pour toi.

-J’ai besoin d’une alliée, cette personne est puissante, et surtout, pas seule.

Elle regarde l’autre moi d’un regard dur, froid… Jaugeant la moi du passé, qui se contente de sourire.

Cookies, après moultes hésitations, baisse alors le bras, faisant disparaitre le sabre. Oh, Cookies…

-Peut être que ce Reset nous permettra…

Elle s’arrête en plein milieu de sa phrase.

-Mimicook.

-Hum ?

-Je m’appelle, je crois, Mimicook. Et j’accepte de t’aider.

-Bien. Je te remercie.

La jeune moi tend la main. Cookies hésite, et me reprend la main.

-Nous voilà alors partenaire ?

-… Partenaire.

Nos deux mains se serraient. Je peux encore sentir cette sensation autour de la mienne… C’est…

… Je crois que j’ai enfin compris de rêve.

Des souvenirs, que toutes ces âmes ont voulu me rappeler. Toutes ces personnes que j’ai tuées, elles… C’est ça, la seule et unique raison de…

Je suis désolée… Mais je ne reviendrais pas sur ma décision.

Je ne reviendrais pas dessus, c’est bien trop tard !

Je l’ai fait, terminé, point final, c’est tout !

Et je vous sauverai, je sauverai ma famille et c’est TOUT !

Je les tuerai aussi, je ferais cet Oméga Reset…

Et je ne regrette pas mon geste !

Ils verront enfin la lumière qu'ils méritent depuis si longtemps !

Je me réveille.

1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?