Undertale par

42 vote(s) de lecteurs, moyenne=9/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Aventure / Humour

2 Elink.

Catégorie: G , 919 mots
1 commentaire(s)

Undertale :


Chapitre 2 :


Elink :


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


La disparition de Sans et Alphys perturba beaucoup les monstre, en particulier Papyrus et Undyne. Ils étaient tous les deux très inquiet et Undyne avait lancer des recherche dans toute la ville. Papyrus, quand à lui, s'en voulait beaucoup. Il se disait que s'il avait accompagné son frère, ça se serait passé autrement. Heureusement, Toriel était là pour le consoler. Asgore avait lui aussi alerté les autorités mais il avait beaucoup trop de travail pour s'occuper de cela maintenant.


La veille, vers 22h35 :


une silhouette regarda l'horrible spectacle qui s'offrit à lui et, prit d'une soudaine colère, avait poursuivie l'inconnu. Celui-ci ne découvrit même pas qu'il était suivi, et continua sa route comme si de rien n'était. Arrivé dans une petite ruelle, il sortit de son sac une boite rouge, avec écrit dessus des mots dans une autre langue. Quand il l'ouvrit, une lumière blanche très lumineuse apparut et on crut distinguer des cœurs blanc à l'intérieur. Il s’apprêtait à en prendre une quand :


- Repose.sa.tout.de.suite.


Il se retourna et découvrit une petite silhouette caché dans l'ombre. Il s'avança et découvrit une fille squelette avec des cheveux court blanc, un bonnet noir avec dessiné dessus un squelette, un t-shirt blanc à rayure noir, un gilet bleu et un short noir avec des os. En s'approchant un peu plus, il découvrit que son œil gauche était devenu orange.


- Je ne le repaîtrais pas...


L'inconnu la fixa du regard et brandit son pistolet vers elle. Sans réfléchir, il tira sur elle et son tire fini dans le mur. Il regarda autour de lui, en se demandent où était passé sa prochaine victime quand :


- Vraiment pathétique... dit la voix avec un p'tit rire.


Il se retourna mais trop tard, plusieurs os lui traversèrent le corps et, sans comprendre, s’arrêta de gémir. La fille squelette s'approcha de lui et lui arracha la boite des mains, qu'il tenait encore fermement. Elle s'éloigna un peu de lui et ouvrit la boite.


- Sans ?


Pour toute réponse, l'une des âmes se mit à briller, se qui décocha un sourire sur le visage de la fille squelette.


- Alphys ?


Une autre âme se mit à briller, se qui lui décocha un autre sourire. Elle referma la boite et la serra dans ses bras et se mit à courir vers le centre ville.



Le lendemain :


Undyne arriva au centre de police, encore déprimé de la disparition d'Alphys. En entrant, les officiers regardèrent leurs capitaine tristement, mais aucun n'osa l'approcher. A peine était elle assise à son poste que son téléphone sonna :


- Centre de police, je vous écoute.


- UNDYNE ! C'EST PAPYRUS ! IL FAUT QUE TU VIENNE ICI TOUT DE SUITE !


- Quoi ? Mais enfin, pap, je suis en plein trav...


- C'EST A PROPOS D'ALPHYS ET SANS !


La déprime d'Undyne s'envola instantanément :


- J'... j'arrive pap !


Elle raccrocha immédiatement et sortit en courant du centre de police avec un espoir de revoir Alphys, sous les yeux interloqué de ses officiers. En arrivant devant chez Papyrus, elle frappa un bon coups et la porte s'ouvrit aussitôt :


- Laisse moi entrer !


Pap la laissa enter avec plaisir et la referma aussitôt :


- Alors ?


- ET BIEN, C'EST DANS LE SALON.


Undyne se dirigea vers le salon, mais Papyrus se mit en travers de son chemin :


- ATTEND ! EN ARRIVANT... ESSAYE DE NE PAS LUI CRIER DESSUS...


- Comment veut tu que je crie sur Alphys ?!


- CE... CE N'EST PAS ALPHYS... NI SANS.


- Alors c'est qui ?


- JE... NE SAIS PAS.


Undyne sentit de la tristesse dans la voix de Papyrus :


- C'est quoi ?


Papyrus lui designa le salon et Undyne si dirigea. En se retournent une dernière fois, elle crut le voir pleurer. Dans le salon, elle découvrit une fille squelette, qui ressemblait étrangement à Sans.


- Qui est tu ?


La fille squelette se retourna d'un coup, toujours la boite serré dans ses bras.


- Je... je m'appelle Elink. Es tu Undyne ?


- Oui.


- ... écoute... je sais se qui est arrive à Alphys... et à Sans.


Undyne en resta bouche bée, mais garda son sang froid.


- Par contre, je ne sais pas si tu... devrait connaitre la vérité...


Undyne la regarda comme pour la défier, de sorte à se qu'elle dise immédiatement la vérité.


- Et bien, te souvient tu du voleur d’âme ?


- ... Oui.


- Il est venu au centre de police la nuit dernière... quand Sand y ait allé...


Undyne réfléchit... et malheureusement, comprit.


- Non... Alphys... son âme... ( Elle se mit à pleurer... un peu.).


La fille squelette se mit juste devant elle et lui tendit la boite rouge.


- C'est... quoi ?


- La réserve d’âmes de se monstre.


- A l'intérieur, il y a...


- Alphys et Sans ? Oui.


Elle prit la boite et partit voir Papyrus. Il était assit par terre, des larmes oranges coulant sur son visage. Undyne s'assit à coté de lui et le prit dans ses bras ( se qui arrive très rarement )


- On va les retrouver... t'inquiète pas...


Papyrus resta silencieux unpetit moment, puis :


- IL... Y A AUTRE CHOSE.


- De quoi ?


- CE... CE N'EST PAS UNE COÏNCIDENCE SI ELINK RESSEMBLE AUTANT A SANS...


Undyne le regarda, incrédule.


- C'EST... C'EST MA SŒUR...









1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?