Undertale par

44 vote(s) de lecteurs, moyenne=9/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Continuation / Aventure / Humour

5 L'autre dimension

Catégorie: G , 947 mots
2 commentaire(s)

Undertale


chapitre 5 :


L'autre dimension :


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Quelque part, dans la boite des âmes :


Il faisait noir, je ne voyait rien. Je me sentait comme... vide. Des images défilés dans ma tète. Je voyait Alphys, puis une sorte de coups de feu dans ma direction. Je suis tombé au sol, sous le choc de l'impacte. Puis j'ai vu... mon... âme ?!


Petit retour à la réalité :


Papyrus continua de parler à Undyne, sous les yeux interloqué d'Elink.


- ON DOIT VRAIMENT VENIR MAINTENANT ?


- Tu veux retrouver ton frère, oui ou non ?


- OUI, BIEN SUR !


- Alors c'est maintenant !!!


Papyrus raccrocha, puis s’adressa à sa sœur :


- ON DOIT VRAIMENT Y ALLER ! MONTE DANS LE CADIS !


- Qu... quoi ?!


Elle n'eut pas le temps de comprendre se qui lui arrivée que Papyrus la porta et l'a mis de suite dans le cadis. Environ une demi-seconde plus tard, le cadis partis à toute allure entre les rayons, en évitant de justesse les personnes qui si trouvait.


- Aaaaah !!! cria Elink.


Arrivé à destination, Papyrus arrêta le cadis dans un grand freinage et les gens qui se trouvait là les regardé d'un air interloqué, comme s'ils les prenaient pour des tarés.


- Wouha ! Pap, je savais pas que t’allait aussi vite ! J'en ais encore le vertige...


- JE LE FESSAIT SOUVENT AVEC MON... NOTRE FRÈRE, SANS ! IL RÉAGIT COMME TOI, D'AILLEURS.


Papyrus attendit une réponse mais Elink ne répondit pas. Elle... elle dormait !


- OH MON DIEU, C'EST COMME ETRE PIÉGER ENTRE DEUX SANS !


Il ne réveilla pas Elink, vu qu'elle devait sans doute être épuiser pour tout ces événements. Il paya alors les course, sortit dehors en portent Elink sur ses épaules et se dirigea en courant vers le laboratoire de Gaster.


Deuxième petit retour dans la boite des âmes :


Mon âme ! Bon sang, j'avais perdu mon âme ! Mon corps avais sans doute disparut juste après ça. Et Alphys... oh non... je n'ose même pas savoir comment à dut réagir Undyne ! ... et Papyrus... oh, Papyrus, pardonne moi d'avoir disparut si soudainement !


- Sans ?


Qu... une voix ! J'ai bien entendu une voix ! Elle... a dit mon nom ? Comme réponse, j'essaye de crier, mais à la place, je... m’illumine ? Pendant quelque seconde, j'avais crut entendre la voix rire. Je suppose qu'elle a vu ma lumière.


- Alphys ?


Alphys ! Je l'avais presque oublié ! Je m’apprêtait à l’appeler mais je vis autre chose s'illuminer ! Je m’approcha de la lumière et...


Retour à la réalité :


Undyne attendait impatiemment que Papyrus et Elink arrive. Comment Gaster avait il put faire ça ? Et la boite... Elle n'eut pas le temps de finir ses pensées, Pap et Elink étaient enfin arrivé.


- Pap ! Eli... Mais que... ?


Elink était toujours sur les épaules de Papyrus, en dormant profondément.


- ELLE ÉTAIT FATIGUER, ALORS JE L'AI PORTER JUSQUE ICI !


Undyne les regarda comme les gens qu'il y avait au magasin, puis reprit ses esprits :


- Bon, venez vite ! Gaster vous attend !


Papyrus suivit Undyne jusqu'à une grande salle, où il y avait un bureau collait à un mur et un lit. Juste au dessus du bureau se tenait une sorte de fenêtre transparente, surement pour observer des chose qui se trouvait derrière, comme au centre de police. Papyrus continua d'observer jusqu'à apercevoir Gaster.


- Tient, te voilà enfin ! Et...


Il observa Elink d'un air un peu apeurés, se qui inquiéta un peu Papyrus.


- TU VA BIEN ?


- Ou... oui. Peux tu la réveiller, sil-te-plait.


Papyrus déposa alors Elink sur le lit, se qui la fit se réveiller :


- ( baille ) On est déjà arrivé ?


Mais a peine avait elle ouvert les yeux qu'elle croisa directement le regard de Gaster :


- Es que c'est... lui ?


- TU NE LE CONNAIS PAS ?


- N... non. En vérité, je ne l'ai jamais vu de ma vie.


- Et pourtant moi, si.


Elink remarqua qu'il parlait avec ses mains, ve qui lui rappela quelque chose, mais sans savoir quoi.


- Comment sa, vous me connaissez ?


- Et bien, je t'ai crée. Cela me parait normal que je te connaisse.


- ... pourquoi m'avoir abandonné ?


- Que... tu...


- ET SI ON PARLÉ DE ÇA UN PEU PLUS TARD, HEIN ? ON EST FATIGUÉ ET IL VAUDRAIT MIEUX S'OCCUPER DE LA BOITE DEMAIN !


Undyne et Elink acquiescèrent d'un mouvement de tête mais Gaster n'avait pas l'air d'accord, bien qu'il ne protesta pas. Comme ils étaient venu quelque fois rendre visite à Gaster, Undyne et Papyrus savaient où ils pouvaient dormir, mais pas Elink. Gaster lui montra alors une salle où elle pourrait dormir. C'était une salle blanche et beige, avec seulement un lit bleu, une petite armoire et un bureau.


- Sa te va ? demanda Gaster.


- Oui, très bien... merci.


Gaster ne dit rien de plus et referma la porte derrière lui. On aurait dit qu'il ne voulait pas parlé à Elink, comme s'il lui reprocher quelque chose. Elink n'en prit pas compte et s'allongea sur le lit. Elle ne se rendit mème pas compte qu'elle s'était endormit aussitôt.


Retour n°2 dans la boite :


- Alphys !


Elle se retourna, et me vit courir vers elle.


- Sans ! Je ne pensais pas te voir ici !


- Mais tu m'a vu me faire tirer dessus et...


- Oui, et j'ai vu ton ame... comment es possible que nous sayons...


Elle ne termina pas sa phrase, une silhouette noire se dirigeait vers eux d'un pas lent.


- Bonjour... mes cher ami !


Il ouvrit les yeux et... ils étaient d'un rouge perçant !

2 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?