Ceux qui brûlent dans la lumière par

27 vote(s) de lecteurs, moyenne=9/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Univers Parallèle / Romance / Fantasy

4 Balade à Hurlevent

Catégorie: M , 2462 mots
4 commentaire(s)

Balade à Hurlevent


Deux semaines se sont écoulées depuis mon arrivée au Donjon de Hurlevent. J’ai commencée à prendre mes marques malgré la mélancolie de mon ancienne vie à Ludroth. Pendant mes songes, il m’arrive encore d’avoir des flashs de ces démons et de mon royaume en feu, mais je ne me souviens toujours pas de comment je suis arrivée ici. Avec le temps ça viendra, j’imagine…

Aujourd’hui est un grand jour ! Je me suis enfin décidée à aller me balader dans la cité, après des jours d’isolement dans ce château. J’ai eu l’autorisation du Roi, il m’a dit de me présenter à son conseiller, Genn Grisetête, le vieil homme quasiment toujours collé à son arrière train, quand je me sentirais prête à sortir ou à lui s’il est là, mais ces derniers temps, il se fait rare au palais. Mon cœur se serre rien qu’à l’idée de me présenter à cet homme. Il me faisait déjà peur avec son air si sévère et renfrogné, mais il m’a encore plus horrifié quand il s’est changé en une épouvantable créature mi-homme mi- loup. Dans ma terreur, Je me suis souvenue d’une vieille histoire que mon oncle m’avait raconté pendant ma tendre enfance. Pendant un de ses voyages dans une contrée éloignée, ses hommes et lui avaient fait halte dans une ruine très ancienne. C’est pendant la nuit que cette chose est sortie de la pénombre, d’après ses dires. Elle avait un corps de loup difforme aussi sombre que la nuit elle-même, ses griffes étaient longues et tranchantes comme des rasoirs et un visage presque humain au regard vicieux et au sourire carnassier. Son cri strident était à vous glacer le sang. Non sans perte, mon oncle a pourfendu cette créature et son récit a hanté une grande partie de mon enfance.

 La porte se met à grincer et, dans un sursaut, je me retourne. Millie me regarde, surprise de mon étrange réaction. Mon regard s’illumine à sa vue, je lui souris en lui prenant les mains avec enthousiasme. 

-         Ou irons-nous en premier !? Lui demandai-je avec beaucoup d’entrain.

-         Eh bien, Madame…

-         Lynawen ! Combien de fois je t’ai dit que tu pouvais me tutoyer. Lui dis-je en lui coupant la parole.

-         Oui Mad… Lynawen. La vieille ville… c’est le premier quartier en sortant du donjon, ensuite tu pourras aller où bon te semble.

-         Le plus dur reste à faire, aller voir le terrifiant conseiller Grisetête…

-         Malgré son apparence sévère, c’est un homme bon.

On peut lire l’admiration dans les yeux de Millie, peut-être que je l’ai jugé trop vite. On descend alors ensemble dans la salle du trône, la lourde porte de bois et de fer grince quand on la pousse. Le vieil homme est debout, les bras croisés sur son torse, juste à côté du trône vide. Son lourd regard crû se pose sur moi, je déglutie. Sa prestance m’intimide, je n’ose même pas faire un pas.

-         Que me veut l’invitée du roi ? Me dit-il sur un ton strict.

Sa voix gronde comme du tonnerre pour moi, il m’a fallu tout mon courage pour formuler ma demande de pouvoir visiter la cité. Il grogne dans sa barbe avant de répondre qu’il va envoyer quelqu’un chercher une escorte et me dit d’attendre à la fontaine du défunt Roi Varian. Ma foi, ça aurai pu être pire. Je reprends doucement mon calme quand Millie et moi nous empruntons le long couloir pour rejoindre l’extérieur du château. Le ciel est entièrement dégagé, pas un seul nuage à l’horizon, juste une légère brise. Pendant que l’on attend les gardes qui doivent nous escorter, mon attention s’attarde sur l’impressionnante statue de l’ancien dirigeant de Hurlevent. Varian Wrynn, j’ai entendu des racontars de couloir sur lui et Millie m’a raconté des histoires, une d’entre elles parle de sa mort héroïque sur le rivage brisée contre une armée de démon, La légion ardente, si je me souviens bien. Depuis, je ne cesse d’y penser, et si… et si ces démons étaient les mêmes que dans mes souvenirs perdus ?

 Des bruits métalliques attire mon attention. En me retournant, quatre gardes engoncés dans leurs armures de plate grise et abordant la tête de lion doré du Roi sur leurs tabards bleus se présentent à nous. En leurs compagnie, nous sortons du Donjon.

 On longe le canal qui a une forte odeur de poisson. Après un peu de marche, on arrive dans le quartier de la vielle ville. Les tuiles des maisons sont toutes d’une couleur pourpre et l’odeur est bien différente de celle du canal. La puanteur du cuir mélangée à celle de l’alcool agresse mon nez. Plus j’avance dans les ruelles quasiment désertes accompagnée des bourdonnements de la taverne et des fracas des marteaux sur le métal, plus l’ambiance me fait penser à un petit village. Millie me conduit sur la place où se trouve une jolie fontaine, lorsque mon regard s’attarde sur une femme habillée d’une armure cuir noire qui m’est familière. C’est Thabita qui a l’air de sortir d’un bâtiment, toujours avec son air renfrogné. Elle continue son chemin sans faire attention à moi. Je suis bien heureuse de cette tournure, ça m’évite de faire semblant d’avoir envie de converser avec elle. Donc c’est ici que se trouve le SI:7, Millie m’avait expliquée que c’était le service secret de la couronne.

 Aucune des boutiques ne me donnent envie de m’attarder dans ce quartier et la taverne ne m’inspire pas confiance, alors nous nous dirigeons vers le quartier suivant, le quartier commerçant. Je me souviens de cette endroit, j’en ai eu un avant-gout en arrivant à Hurlevent. L’odeur familière du pain me mets en appétit et je propose à Millie qu’on aille s’acheter des viennoiseries. Elle m’envoie un regard complice, je la prends par le bras et, ensemble, on se fraye un passage dans la foule compacte de citoyens, d’aventuriers et de conscrits, jusqu’à arriver au commerçant. Une fois en possession de nos sucreries, on se rend compte qu’on a accidentellement semées notre escorte. On décide donc de s’asseoir sur un banc à côté de la banque construite en pierre blanche et avec, elle aussi, un toit bleu et d’une autre fontaine. On commence à manger en attendant ces pauvres gardes. Alors qu’on est assises, on entend des commérages d’aventuriers de passage sur un certain Sargeras et son immense épée plantée en Silithus. Intriguée, je lance un regard interrogateur à Millie.

-         De quoi parlent-ils ? je lui demande alors.

-         Comment vous expliquer ceci, disons que le titan noir à planté son épée dans Azeroth.

-         Un titan ? Comme ceux dans les livres que Harrison Jones m’a conseillés, à la bibliothèque ? Attend !? Ils existent vraiment ? Je lui réponds, surprise et effrayée.

-         Tu n’as rien à craindre de ce monstre, il a été enfermé par des héros. Me dit-elle sur une voix rassurante.

-         Ils doivent être très impressionnant pour réussir à enfermer une divinité.  

Alors que Millie est sur le point de me répondre, nos quatre gardes disparus nous retrouvent enfin et on décide de continuer notre balade en ville. Ma dame de compagnie veut passer par le quartier des mages pour acheter du tissu afin de me confectionner de nouveaux vêtements. Nous traversons la rive pour nous rendre dans le quartier des mages. La première chose qui me frappe, c’est que tous les toits sont violets, une couleur que j’affectionne. On marche un peu, quand je vois au loin une pancarte d’une boutique avec marqué dessus “Le carquois vide". J’accélère le pas pour voir de plus près, ça semble bien être un magasin d’archerie. J’ai perdu mon arc en venant dans ce monde et ne plus pratiquer ce noble sport me manque affreusement. J’entre à l’intérieur et me présente au marchand.

-         J’aimerai voir vos arcs, si vous plait.

-         Bien sûr, ma petite Dame. J’ai tout ce qui pourrait faire votre bonheur. Des arcs, des arbalètes et même des fusils ! dit-il, enjoué.

-         Des fusils ? Qu’est-ce donc ? Je lui demande alors, interloquée.

Le marchand s’avère étonner de ma réponse, il en sort un de derrière son comptoir et le pose devant moi pour que je puisse l’examiner. Je n’ai jamais vu une telle arme, comment ça fonctionne. Je le prends en main mais il est bien trop lourd et imposant pour moi et de toute façon je chérie bien plus une arme gracieuse, légères, souple et maniable. Je lui achète un arc courbé des plus basique mais solide. Ça ne remplacera jamais celui que mon cher oncle ma offert mais ça fera l’affaire. Je sors du magasin et rejoins Millie et les gardes qui m’attendent avec impatience. Mon amie me prend par le bras et cette fois on entre vraiment dans le quartier des mages.

 Des jeunes gens courent dans tous les sens, chargée comme des ânes, de fournitures toutes plus étranges les unes que les autres. On peut voir une immense tour au toit pointu avec un escalier en colimaçon autour du bâtiment. Je peux voir entrer est sortir des gens en toute hâte. Ce qui est le plus saugrenu, c’est que les rues sont recouvertes d’herbe, très peu de passages sont pavés. Étrange pour une ville aussi grande et civilisée que Hurlevent. Devant nous, la pancarte de la fameuse boutique de Millie, “Textiles Duncan“. On entre à l’intérieur, des rouleaux de tissus de toute les couleurs sont rangés sur des étagères contre les murs de l’établissement. Mille s’approche du vendeur, un homme charmant. Leur conversation est enjouée, ils semblent bien se connaitre.

-         Comme d’habitude, mais il me faut de nouvelles couleurs. Rajoute de l’argent et du violet, je te pris. Dit-elle en souriant.

-         Pas de problème ma petite Millie, c’est pour ton amie derrière ? Lui demande alors l’homme.

-         Oui, mais c’est pas tes oignons ! Répond Millie avec un air taquin.

Elle paye alors pour la marchandise. Je propose à Millie de lui soulager son fardeau. Une fois à l’extérieur, je pose sans vergogne dans les bras d’un garde les rouleaux de tissus, Millie me regarde, surprise, puis, un grand sourire mesquin s’affiche sur son visage et à son tour, elle suit mon exemple et pose le reste de ses achats dans les bras du même soldat. Notre fier garde semble totalement désemparé.

-         Puisque vous êtes là, rendez-vous utile. Leur dis-je alors avec un sourire.

Nous sortons du quartier des mages par un très joli parc, au loin, j’aperçois une sorte de mémorial, mais on ne s’y attarde pas plus que ça. Nous traversons un pont et nous somme accueillies par une gigantesque cathédrale. Les toits de cette partie de la ville sont jaunâtres. On passe à côté de l’hôtel de ville et d’une autre fontaine surmontée d’une impressionnante statue d’un homme portant une grosse armure et brandissant un marteau. Des enfants jouent autour de la Statue, certain se sont mit à me tourner autour en riant avant de s’enfuir. J’en profite pour m’approcher de ce magnifique monument. Sur le socle de la fontaine, un nom est gravé “Uther le porteur de lumière“. En continuant notre chemin, on passe côté d’un orphelinat. Je commence à me sentir fatiguée, alors j’informe Millie que je veux rentrer au Donjon de Hurlevent. On traverse le quartier des nains pour rentrer plus vite. Cette fois, les tuiles du quartier sont toutes marrons. L’endroit est très bruyant et animé, avec beaucoup de boutique d’armement et d’armure. Le bruit des marteaux résonne de toutes part. Peu importe où je pose mon regard, je croise d’étrange invention farfelues dont je n’arrive pas à comprendre l’utilité. Alors que je commençais à m'habituer à ce monde, c'est à la vue de ce quartier que j'ai réellement comprise que je n'étais plus chez moi. On passe sous une grande arche et je retrouve l’agréable façade familière du château. Les gardes ont l’air tout aussi heureux que moi de retrouver le Donjon. Exténuée, Je peux enfin retrouver la tranquillité de mes appartements. 



J'espère que mon chapitre 4, vous plaira.

J'ai mis toute mon âme dedans pour vous immerger dans la cité de Hurlevent.

Il était très dur à écrire, ça m'a demandé beaucoup de travaille.

J'en profite pour remercier mon ami de l'Alliance pour tes précieux renseignements ^^

Anar'alah belore


4 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?