Sasari Uchiwa par

9 vote(s) de lecteurs, moyenne=9/10 0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Side Story / Aventure / Action

191 Histoire du passée : Itomi Hozuki

Catégorie: T , 3829 mots
6 commentaire(s)

Lac Mizzukodô – Trois ans en arrière


[La mission sur laquelle Itomi avait été assigné, elle et son équipe, avait été un succès. Malgré ce qu’elle affirmait sur son implication à l’intérieur de cette mission, Ôgai était toujours en sérieux doute. Toshio, l’énorme sanglier, pour défendre la jeune Itomi, proposa à Ôgai de tester une nouvelle fois Itomi. Si elle réussissait à détruire les murs de pierre d’une manière plus importante que la dernier fois, cela pourrait prouver que ce qu’elle disait pour être vrai.


Comme lors du premier teste, Ôgai testa Itomi à l’extérieur de la grande forêt de cerisier. Il matérialisa une série de murs en pierre, six au total, de la même dimension et solidité que la dernière fois. Itomi était face aux murs, seule et sous pression. Plus les regards pesaient sur elle, plus sa confiance en elle venait qu’à s’envoler. Elle regrettait presque d’avoir dit qu’elle avait joué un rôle important dans la mission. Peut-être qu’elle n’aurait pas eu à faire face au mur comme elle l’était présentement. Peut-être que sa place dans l’organisation n’aurait pas été remis en doute pour Ôgai.]


Ôgai : Tu peux me rappeler ce qu’elle avait fait la dernière fois comme résultat, Toshio?


Toshio : Avec sa technique de pistolet à eau, elle avait réussi à percé le premier mur et à endommager le second des six.


Ôgai : Dans ce cas, pour me prouver un quelconque avancement de ta part, tu devras faire bien mieux que deux murs, Itomi. Qu’on ne me sorte pas l’excuse que l’élément du Suiton est en désavantage à celui du Doton. J’ai connu des utilisateurs du Suiton qui aurait atteint le quatrième mur. Si tu y arrives… eh bien… on verra.


Itomi : J’ai le droit à toutes mes techniques?


Toshio : Oui. Ce qui compte c’est que tu prouves que tu as du talent que tous sous-estime. Si tu as un quelconque potentiel, montre le.


[Les ninjas étaient libre de venir voir le résultat qu’Itomi allait avoir, mais déjà, une bonne dizaine, voire plus, commençait à prévoir la chose et s’ennuyait déjà au point de partir. Itomi, du coin de l’œil, voyait même d’autres types se moquer d’elle en riant dans leur barbe.


Elle se mit à repenser à ce que Seiichi lui avait dit pour se remonter le moral. Ce moment où une personne avait pu reconnaitre qui elle était, c’était un moment qu’elle voulait à nouveau vivre. Itomi voulait tout changer de la réputation de petite fille faible qu’elle avait pour continuer à contribuer au projet d’Ôgai, comme elle l’avait fait pour le village de Seiichi.


Itomi était déterminé maintenant à vouloir montrer son meilleur. Elle se concentra et commença une longue série de mudra qu’elle réalisa avec très peu de moments d’hésitation jusqu’à ce que, à la fin, elle s’arrête avant le dernier. Une image d’elle ayant raté le Suien et Ôgai déçu lui revient à l’esprit. Cette image, qu’elle ne voulait pas revoir, la bloqua. Avec du regret, elle semblait recommencer une série de mudra, puis…]


Itomi : Mizu Rappa!


[D’un puissant souffle, Itomi donna tout ce qu’elle avait dans cette technique pour détruire le plus de couche que possible! La technique était bien plus efficace que le pistolet à eau qu’elle avait utilisé la dernière fois. Le premier mur fut détruit en son centre, puis le deuxième et le troisième avait du mal à résister! Arrivé au quatrième, la pression du jet commençait à diminué. On pouvait lire facilement sur le visage d’Itomi qu’elle faiblissait, mais dans une dernière volonté, elle usa d’un dernier coup de chakra sur la finale.


Ça suffit tout juste à bien fissuré le quatrième mur. Une telle utilisation d’un coup de cette technique lui en avait demandé beaucoup d’effort. Itomi était essoufflée, mais elle arrivait à reprendre son souffle peu à peu.


Parmi les ninjas qui étaient restés pour voir, plusieurs n’avaient plus aucun doute sur qui était Itomi, même qu’il venait qu’à douter d’eux même. Mais Ôgai n’était pas aussi clément et impressionnable.]


Toshio : Elle n’a pas fait qu’atteindre le quatrième mur, Ôgai, elle l’a endommagé. Si ça ce n’est pas une preuve.


Ôgai : Tu t’attaches bien à cette fille à ce que je vois.


Toshio : C’est une Hôzuki, Ôgai! Crois ce qu’on t’a dit. Cette fille est l’une de tes pièces maitresses dans ton organisation.


Ôgai : Je l’admets… Je te garde dans mon organisation, Itomi. Tu n’iras pas avec Izô et les autres… je vais réfléchir à ce que tu pourras faire. Je concède que tu as du potentielle, mais je n’irai pas jusqu’à dire que tu es un membre de ce clan de Kiri.


Itomi : Ça m’est égal, Ôgai-sama. Je suis contente que vous puissiez me garder dans votre organisation et que vous puissiez voir ce que je vaux.


Ôgai : Bien… Hum… bon, retournez à vos affaires tout le monde.


[Le spectacle était terminé et tous partir. Itomi était fière d’elle et contente. Pour une fois, elle avait pu montrer aux autres qu’elle n’était pas la petite fille faible qu’il croyait. Elle ne pensait rien de l’organisation jusqu’à ce qu’elle puisse vraiment agir et sauver des vies. Confirmer qu’elle puisse en faire partie la consolait bien.


Il ne restait plus qu’Itomi sur place et aussi Toshio qui s’approchait d’elle.]


Toshio : Quand tu as fait ta technique, tu as hésité durant l’incantation, n’est-ce pas?


Itomi : C’était mieux comme ça.


Toshio : C’était cette technique… Celle qui ressemblait à une flamme que tu voulais faire au tout départ, non?


Itomi : Si j’avais… Si j’avais échoué à nouveau comme je l’ai fait, je n’aurais pas pu…


[Brusquement, Toshio tapa de son sabot au sol. À la surprise d’Itomi, six nouveaux murs de pierre s’élevèrent face à elle.]


Toshio : Je suis du genre borné par moment. Ce souffle que tu viens de nous faire, je suis certain que ce n’est pas tout ce que tu es capable de faire. J’aimerais voir cette technique.


Itomi : Si je n’arrive pas à la contrôler, ça pourrait gravement me blesser et…


Toshio : Reprend confiance en toi, Itomi! Je ne suis pas là pour te juger en mal! Peut-être que j’ai tort, peut-être qu’au final, ta limite elle celle que tu viens de nous montrer, mais au mieux, tu peux être l’égal des quatre types qui suivent Ôgai. Ces mêmes types qui t’ont forcé à venir ici.


Itomi : Je ne suis pas une Hôzuki… Ce n’était qu’un argument pour me vendre, c’est tout!


Toshio : Fait cette technique, Itomi!


[L’imposante bête arrivait à bien mettre la pression sur la jeune fille. D’un côté, elle avait peur de rater sa technique et de passer pour une ratée une nouvelle fois, mais de l’autre, elle connaissait l’étendu de cette technique. Elle avait vu son maitre l’utiliser et…


Itomi se mit en place face au mur et recommença l’enchainement de mudra qu’elle avait fait. Elle y alla jusqu’au bout cette fois! Comme la dernière fois, Itomi concentra son chakra dans sa paume de main et l’éleva pour en produire cette flamme aqueuse.


Toshio voyait la main de la jeune fille trembler, comme si elle devait faire tenir en équilibre une tige de dix mètres de haut. Certes la technique n’était clairement pas prête pour utiliser en combat ou autre, mais le sanglier voulait voir le potentielle de tout ceci.


Itomi était à proximité du mur. Elle se concentra pour rester calme, puis, au bout d’un moment, elle prit son élan et…]


Itomi : Suien!


[Tout était identique à la dernière fois sauf une chose ; la technique avait touché! Telle une flamme, la technique s’agrandissait à vue d’œil et ravageait les murs complètement! Le premier et le deuxième avaient été décimés en quelque secondes, le troisième ne fut pas très loin! Plus la technique était active, plus la pression de l’eau devenait gigantesque. Au bout d’un moment, tous les murs étaient tombés. Les morceaux des premiers murs étaient devenus du sable!


Au bout d’un moment, alors qu’Itomi avait réussi à en finir avec les six remparts, elle arrêta sa technique. Une bonne quantité d’eau tomba au sol et elle aussi, essoufflée, tomba sur ses genoux. Cette technique lui avait demandé beaucoup plus que le jet d’eau d’avant. Son bras était endolorie et tremblait, elle n’avait plus de force pour retenir ses nerfs.]


Toshio : Je parlerai avec Ôgai et ne t’inquiète pas, Itomi. Je m’assurerai que tu gardes une place importante ici, même s’il vient qu’à trop douter de toi. Tu as de meilleures intentions que plein de gens ici et je refuse de te voir sombrer d’une quelconque manière ici.


Itomi : Pourquoi vous m’aidez autant..?


Toshio : Contrairement à tous les autres, tu n’as pas choisis d’être ici. Tes ambitions sont plus pures que les autres. C’est mon instinct qui me dit de le faire.


____________________________________________________________


Lac Mizzukodô – 25 juillet


Itomi : Toshio avait fait en sorte que je sois une sorte d’assistance. Ce n’était pas ce qui avait de plus gratifiant comme tâche. J’ai eu l’occasion de faire d’autres petites missions, mais jamais comme la première où j’ai pu sauver cet homme ; Seiichi. Durant toutes ces années je l’ai accompagné de près ou de loin, selon ses envies, je devais l’aider et le protéger comme je le pouvais. Pendant tout ce temps, je n’ai pas pu me faire beaucoup de liens avec les autres membres.


* Silence *


Itomi : Avant même que l’équipe d’Hirosuke, Teruki, Shizu et Mifuyi ne viennent ici, mon intérêt pour l’organisation avait bien chuté. Contrairement au tout début où Ôgai prenait chacun des membres par la main pour les guider, à la fin, quand il s’adressait à moi, il ne pouvait pas s’empêcher de le faire en criant… en hurlant, en grimaçant et m’haïssant. Plus le temps avançait, plus je me sentais comme un instrument qu’il utilisait pour ses plans… Ses plans… J’avais toujours cru en lui. Il disait vouloir changer le monde à sa façon et j’y croyais dur comme fer. Tous les villages qu’ils disaient avoir libéré du mal. Tous ces ninjas qui œuvraient supposément pour le mal, vaincu par l’organisation d’Ôgai. Ça manière d’agir avec ces membres étaient dérangeantes, surtout pour les ninjas qu’il considérait vraiment comme acquis, tel que moi. Mais ses accomplissements arrivaient à me faire oublier son comportement et à me rendre fière de mon organisation. Puis, arriva le jour où Asatsuyu débarqua.


Komaki : Asatsuyu?!


Itomi : Ôgai ne m’avait envoyé que très rarement en mission à l’extérieur de l’île. C’était d’ailleurs plus souvent comme porteuse de matériel qu’autre chose. On me sous-estimait dans tous les sens. Avant qu’Ôgai ne devienne quelqu’un de trop désagréable, on m’entrainait quelque fois à être une meilleure ninja, mais au fil du temps, je devin comme une ménagère et une servante. J’avais commencé comme celle qui accompagnait Ôgai et j’ai fini comme celle qui allait jusqu’à lui cirer le crâne. Je n’avais pas d’amis puisqu’Ôgai ne me le permettait pas et d’autres membres ne souciaient aucunement de moi… il n’y avait que les missions. Un jour, quand je reçu Asatsuyu, il m’a assigné à leur équipe pour une mission test… Probablement parce qu’il n’avait personne d’autre pour les accompagner… C’est là qu’on m’a sorti des ténèbres qui m’aveuglaient… Des ninjas venu de nulle part et au bout de plusieurs heures de marches, j’en connaissais déjà beaucoup plus sûr eux que sur n’importe qui d’autres dans l’organisation! Eux avaient appris à savoir qui j’étais vraiment. C’est ridicule, mais rien ne m’avait jamais fait autant plaisir… Aucun membre de notre organisation n’avait une amitié et une complicité comparable à la leur... Ils m’ont trahi…


* Étonnement des autres *


Itomi : C’est là que j’ai su se qu’ils projetaient vraiment de faire… Ils n’étaient pas dans le camp d’Ôgai, ils avaient leur propre mission… Comme moi aujourd’hui face à vous. J’aurais pu me défendre bien mieux contre eux à l’époque. J’aurais pu fuir plus rapidement, j’aurais pu tout faire, mais je m’étais tellement attaché à eux rapidement que je me suis laissé attraper… Je suis de nature curieuse de toute manière… Je voulais savoir si tout ce que j’avais vécu avec eux été aussi des mensonges. Finalement, c’était Ôgai le menteur depuis le début. En quelques preuves seulement, ils m’ont montré qu’Ôgai n’agissait pas pour une future paix, mais pour son intérêt personnel sans se soucier des autres. C’était le pouvoir et la domination qui l’intéressait. J’aurais pu m’en rendre compte plus tard, mais avec ma pauvre confiance en moi me barrait la vue. Ôgai m’avait tellement rabaissé que je n’avais même plus confiance en mes propres pensées… Asatsuyu m’a montré clairement le contraire et ils m’ont invité à les rejoindre. Ils m’ont invité à être libre avec eux… Quel idiot aurait dit non!? * Regarde ceux devant elle * Vous n’êtes que des idiots qui ne voyez rien, comme je l’ai été! Ouvrez les yeux! Tous ce que vous faites, ce n’est que des conneries! Mikami n’est pas mieux qu’Ôgai, j’en suis certaine! Il est égoïste, il est narcissique! Il ne vous apprécie que parce que vous lui apporter ce qu’il désire! Libérez-vous!


Asaki : Tu crois qu’on ne sait pas tout ça?


Itomi (Surprise) : Comment?!


Asaki : Cette organisation… c’est tout ce que j’ai. Je n’ai pas beaucoup d’amis non plus ici. Mikami me dégoute de plus en plus… Tout ce qu’il a pu faire avec l’organisation. Les missions ne sont plus que des pillages et embuscades… Ça n’a plus l’envergure que ce qu’Ôgai faisait. Mais si je quitte tout ça, je deviens quoi? Je deviens un nukenin qui n’a rien et qui n’a nulle part où aller. On n’a pas tous la chance d’avoir des sauveurs qui les invitent à venir rejoindre leur organisation. Bien des ninjas viennent ici car ils n’ont plus rien eux non plus. Il y a bien des choses qui ne me plaisent pas, mais ce sont des sacrifices nécessaires pour que je puisse avoir encore un certain avenir.


Komaki : Alors, Mikami-sama n’est pas…


Masao : Tu n’es pas une ancienne comme on les, Komaki… après un moment, la génération post-Ôgai viennent à comprendre eux aussi, ça se fait seul. Désolé que tu l’apprennes comme ça.


Komaki : Ça va… Je ne l’aimais pas tant que ça de toute manière. Hmph!


Itomi : Vous n’êtes que… Pff… Baka!


Iyoko : Tss, tu n’as pas écouté ce qu’il a dit! On n’a pas tous ta chance!


Itomi : Regardez autour de vous! Vous êtes six à penser tous la même chose! Qui sait combien d’autres sont là pour les mêmes raisons que les vôtres? Vous n’avez pas d’amis!? Faites-moi rêver! Vous avez l’opportunité de reprendre ce que Kenshin et Ayuki voulaient après mon départ! Renverser l’organisation et faire d’elle quelque chose de meilleure pour tout le monde.


Asaki : Beaucoup croit encore en Mikami et le suit à la trace… Ils pensent comme lui. Et… * Gêné * Mikami est très fort, ça en découragerait plus d’un.


Itomi : C’est ça le vrai sacrifice que tu dois faire, Asaki! Bat-toi pour vivre comme tu le veux!


* Étonnement d’Asaki *


Akino : On vous épargne le plus gros du boulot


[Derrière les ninjas, sans qu’aucun ne l’ait ressentit, trop pensif par rapport au discourt d’Itomi, Akino et Shizu étaient là. Akino avait lancé le corps de Mikami au sol.]


Itomi (Soulagée) : Akino, Shizu!


Akino (Sourit) : Désolé du retard, Itomi. On a eu des soucis de notre côté.


Masao (Impressionné) : Vous avez vaincu Mikami?! Comment peut-il être dans un état pareil?


Shizu : Mikami était fort, mais ce qui le rendait plus fort, c’était cette sur-confiance en lui qu’il propageait partout dans l’organisation. Il s’en est fait sa marque de commerce et tous les ninjas de votre organisation allait jusqu’à ce convaincre qu’il était invincible.


Komaki : Mais… mais maintenant que Mikami est vaincu… Ça veut dire que l’organisation est…


Akino : Vous n’avez pas entendu ce qu’elle a dit!? Bon sang! Une organisation n’a pas besoin de chef! Il n’y a un chef que si ses membres en choisissent un qu’ils veulent voir à la tête. Vous tous êtes maintenant les maitres de cette organisation et vous pouvez en faire ce que vous voulez. Prenez des décisions tous ensembles.


Itomi : Si nous sommes venus ici à la base, c’était pour venir en aide à Kenshin et Ayuki… On voulait les sortir de cet enfer. Mais en voyant ce que l’organisation était devenue, en discutant avec toi, Komaki, et toi, Motoo… ce n’est pas que Kenshin et Ayuki qui avaient besoin d’aide, c’est toute l’organisation qu’il faut sortir de l’enfer.


[Ça mit un choc plus que certain au membre de cette organisation. Itomi disait vrai. La manière dont l’organisation agissait n’était pas la meilleure des manières pour arriver à ce qu’ils désiraient tous et ils avaient le pouvoir de changer ces choses. Une organisation n’appartient pas qu’au maitre, c’est quelque chose qui était construit par tous ceux qui en faisaient partie. Chacun apportait sa pierre à l’édifice à sa manière.]


Komaki : Vous avez raison, Itomi-san! Il faut qu’on reprenne l’organisation! On n’est tous dans le même problème. On n’a plus personne autour de nous et venir ici était le moyen que nous avons trouvé pour donner un sens à notre vie. On est tous semblable! Motoo, c’est mon meilleur pote depuis!


Motoo (Gêné) : Héhé, merci.


Komaki : Toi, Masao, t’es grognon, mais je suis sûr que t’as un bon fond! On va être pote aussi!


Masao : Je suis si désagréable que ça?


Komaki : Asaki, Iyoko! Même toi Koseki et tous les autres! On va reprendre l’organisation à notre manière! La meilleure des manières!


Mikami : Non!


* Étonnement des ninja *


Mikami : C’est mon organisation! J’en suis le maitre maintenant! Jamais vous ne pourrez faire quelque chose d’aussi potable que ce que j’ai fait! Des novices comme vous ne comprenez rien au vrai monde! J’ai gouté au vrai monde bien plus que n’importe qui ici! Tuez-moi ces salopes! Prenez les armes pour moi et je vous garantis que votre vie future sera comme dans vos plus grands rêves!


[Ça venait encore mettre des doutes dans l’esprit de certains… Il était vrai qu’aucun d’entre-eux ne prétendait être capable de faire la gestion d’une organisation. Tous les ninjas étaient pensif pendant que Mikami parlait, sauf une qui était déjà convaincu.


Pendant ces belles paroles, pas à pas, la jeune fille s’avança jusqu’à ce que Mikami soit complètement couvert de son ombre, lui qui était étendu au sol, bien mal en point. Elle souleva un vêtement et pris la poigné d’une épée la sortit tranquillement.]


Mikami : Tss… Si tu oses faire ça… Saleté d’épéiste minable, vous n’êtes rien…!


[Confiante, Komaki planta son arme dans le cœur de Mikami! C’était la fin pour ce dernier. Son visage était paralysé par la mort, une lame froide le traversait bord en bord, lui qui avait toujours détesté les épées comme armes. La dernière expression dans le visage de Mikami n’était que la peur finalement…


Ça effaça complètement les doutes des autres ninjas qui reprirent complètement confiance en eux.]


Komaki : Ferme-là!


* Silence *


Komaki : Je n’ai jamais supporté qu’il méprise les épéistes… * Expire * L’organisation d’Ôgai, l’organisation de Mikami… * Se relève en direction de ses partenaires * Pourquoi on s’appellerait pas Kenshi!? Les épéistes?


Iyoko : Mais je ne sais même pas me battre avec une épée…


Motoo : Je suis d’accord moi!


Asaki : Ça le fait bien mieux, oui. Je suis d’accord aussi.


Iyoko : Mais vous n’êtes pas épéiste! Et vous n’avez pas peur d’être confondu avec les épéistes de Kiri?


Masao : Ça me va aussi.


Iyoko : Mais..! Et puis merde…


Komaki : C’est décidé dans ce cas! Kenshi va reprendre l’île Mizzukodô et la rendre comme elle aurait toujours dû l’être!


Akino : Vous avez encore du boulot à faire. Si vous voulez que l’organisation ne ressemble à rien de ce qu’elle a pu être avant, vous devriez passer minutieusement le peigne fin parmi les membres. Il y en a beaucoup ici qui devait vraiment soutenir les idées et les manières d’agir de Mikami.


Itomi : Comme ce Hitoshi là-bas… * Boude *, je ne l’aime pas.


Iyoko : Ça ne sera certainement pas facile de tout remonter, mais j’ai confiance en nous.


Fin du chapitre 191

6 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?