Humiliations par

360 point(s) avec 1 review(s) sur 1 chapitre(s), moyenne=7.2/10
Préquelle / Drame / Suspense

10 Epilogue

Catégorie: G
3 commentaire(s)
8
Style/Orthographe
7
Scenario
7
Note globale

360 point(s)

Ça fait un moment que cette histoire me faisait de l'oeil. Reid est un personnage intéressant. Je sors un peu des sentiers battus de mes fandoms habituels mais il faut bien prendre des risques !

Style/Orthographe:

Le texte est bien écrit. Je trouve que le style de l'auteur se pose bien au bout de quelques chapitres et l'histoire possède alors une patte propre. Les sentiments de Spencer sont bien retranscrits, le vocabulaire est varié et bien choisi.

Les scènes difficiles sont écrites de telle manière que le lecteur se sent vraiment mal à l'aise. L'effet recherché a fonctionné sur moi, en tout cas. Peut-être reprochera-t-on une débauche de détails un peu morbides mais le but est de choquer, de toucher vraiment le lecteur. Sans parler que l'on a affaire à un point de vue interne, celui du personnage principal qui souffre.

Au niveau de l'orthographe, c'est d'un bon niveau. Pas d'erreurs notables.

La mise en page est aérée mais le format des dialogues n'est pas standard. Pourquoi les mettre en italique ? Cela diminue l'utilisation de ces mêmes italiques pour mettre en valeur les mots, les sensations du narrateur. Les guillemets faisaient très bien l'affaire et auraient permis de ne pas casser l'effet voulu par l'italique.

 

Scénario/Personnages :

L'histoire est centrée sur Spencer. C'est lui le narrateur, ce qui explique le ton tranché de l'histoire concernant les autres personnages. Je souhaite que ce soit bien ça, parce que parfois, la caricature est simple: les camarades de classe musclés, tous méchants avec Spencer. D'ailleurs, leurs brimades et leur attitude me font plutôt penser à des lycéens qu'à des étudiants. Il y a des attitudes que je peine à trouver chez de jeunes adultes. Mais comme je le dis, ces traits sont peut-être forcés parce que c'est la vision de Spencer qui nous est présentée. C'est très présent par l'utilisation du vocabulaire utilisé, on sent que Spencer est dégoûté par ce qui l'entoure.

Le Spencer Reid de la série est adulte. Il ne semble pas avoir un jugement si négatif sur les autres. Mais le Spencer jeune si. En lisant l'histoire, c'est compréhensible. La fic part d'un épisode de la série et développe un peu autour de ce dialogue de l'épisode cité dans le résumé. Avec le visionnage des épisodes suivants et de la série dans son ensemble, on ne peut pas dire que ce Spencer soit OOC. On ne sait pas grand chose du Spencer jeune. Toutefois, il est cohérent dans l'ensemble de l'histoire. On a certes un Spencer Reid plus sombre mais la série ne montre que le personnage adulte et qui est quelqu'un de renfermé. On ne sait pas ce qu'il a vécu et la vision d'angedelanuit est plausible. C'est amené de façon à ce que ce soit raccord avec le personnage. Pas évident d'inventer le passé d'un personnage.

Le peu que l'on voit de Diane Reid est en accord avec la série. Elle n'est pas uniquement malade, l'auteur n'oublie pas ses moments de lucidité.

Les autres personnages, sont, je l'ai déjà dit quelque peu caricaturaux. C'est même la caricature du lycée où le bouc émissaire est un exutoire pour les autres. Leur méchanceté est quand même quelque peu gratuite et le simple fait que Spencer soit très intelligent et pauvre me paraît être vraiment un prétexte léger pour développer une telle animosité envers quelqu'un. Personne n'est gentil avec lui. Il est vraiment seul. Ca me paraît un peu exagéré. Le côté inhumain de la situation de Spencer est accentué par le fait qu'aucun adulte ne le protège. C'est un peu le point faible du premier volet de cette trilogie : c'est un peu trop extrême.

Le paroxysme est atteint dans les deux derniers chapitres avant l'épilogue. Le huitième est déjà une humiliation cuisante, on comprend qu'elle peut déjà suffisamment meurtrir le personnage principal. Le neuvième chapitre est vraiment cru, ce qui justifie son rating MA. On sent que l'auteur cherche à enfoncer le personnage encore plus. Était nécessaire ? Après, le réalisme est peut-être véritable. On ne sait pas vraiment ce qui pousse un groupe à commettre des actes pareils.

 

En résumé :

Une histoire bien écrite, sombre et violente, glauque sur sa fin mais qui satisferait le lecteur fan de Reid, qui cherche autre chose que simplement le voir couiner comme une vierge effarouchée. Là, il a des raisons d'être aussi fragile. On reprochera quelques caricatures et raccourcis pour les bourreaux. Mais au vu de la dernière phrase, c'est pour amener une autre histoire. Le premier volet d'une série n'est pas forcément le meilleur mais on a envie de savoir si Reid va vraiment se venger et comment.



Réagir à cette review sur le forum